colore la foule ♦ leviathan

avatar
lorem ipsum
212
24/06/2017
-
Humain
Mini image :

Description du personnage : lorem ipsum

Messages : 212

Date d'inscription : 24/06/2017


Crédits : -




Dim 25 Juin - 11:39
La couleur l'a appelé, il l'a senti. Son sang n'a fait qu'un tour, l'oiseau a piaillé comme pour l'inciter à y aller. Il ne sait pas, impossible de comprendre les dires d'un tel volatile. Il a oublié ce qui l'attachait à son travail, oublié qu'il a une toile à finir. Les rues ont besoin de lui. Son corps désarticulé passe sa porte, traverse les mondes. Il cherche cet endroit spécial, cet endroit où se trouve la vie. Cela doit faire plusieurs jours que cette idée le hante, il ne sait pas trop pourquoi. Ce doit être la décoloration de l'univers qui l'a un peu trop affecté. Pendant des heures, il laisse sa chair le traîner sur les pavés, il se laisse un peu mener. Le bruit ne parvient à ses oreilles qu'à travers un filtre onirique. C'est comme s'il était sous l'eau et essayait d'entendre les sons de la surface. Les conversations sont incompréhensibles, les rires sont moins éclatants. À travers ce brouillard mystique, il sent Fugl qui quitte son épaule et ne comprend pas.

Le sol est froid sous sa joue, il sent mieux la vie comme ça. De longs instants, il écoute les pavés. Son esprit est vert. La couleur se répand sous ses mains, sous son visage. Lui aimerait sentir une prairie aussi froide. Quelques nuances foncées dépeignent ce qui pourrait être des brins d'herbe. Sa respiration soulève sa cage thoracique et il se sent bien, étalé sur le sol. Et puis il se rappelle de l'existence, de son tableau en cours. Le champ de fleurs envahit un peu le sol et il finit par se relever, déjà pressé par la peinture. Son énergie s'est mêlée aux pavés, il lui faut rester immobile quelques instants pour s'assurer de son équilibre. Comme il ne peut pas partir immédiatement, il regarde autour de lui et ses yeux se posent sur une enfant, blanche. Sur sa peau, sur ses cheveux, il voit les milliers de possibilités déjà. Une sorte d'obsession l'envahit.

« Tu es si blanche. »


Le mot semble sorti d'un autre temps et il sent la tristesse l'envahir. Quelqu'un de décoloré ressent-il cela aussi ? Il pourrait lui apporter tant de choses, la sauver du froid mortel. On l'avait prévenu qu'il existait des gens aux attributs particuliers ici, ce sont des éternels mais jamais il n'aurait imaginé trouver quelqu'un comme ça. Déjà, ses doigts effleurent la chevelure et la teintent de jaune. Même ses toiles sont plus difficiles à colorer que ces cheveux. Trop d'émotions l'envahissent, il tremble un peu. Il s'imagine déjà qu'elle a été privée de ses couleurs par le sort qui sait se montrer si cruel et trouve cela tellement injuste. Il doit y remédier.

« Dis-moi... Aimerais-tu vivre la couleur ? »


Elle a bien dû voir ce dont il est capable, son pouvoir s'est trop exprimé contre le gris. Les images se forment déjà, il a éloigné sa main. Sa maîtrise est encore si bancale, il risquerait de la colorer sans qu'elle le veuille et ce ne serait pas agréable. Ses désirs sont importants oh si précieux maintenant. Il les écouterait tous, pour peu qu'elle le prononce.

« Je peux te donner toutes les couleurs, selon ce qui te fera plaisir. »


Un léger sourire étire ses lèvres. Son cœur bat trop fort. Il faut qu'elle accepte.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t121-colore-soren
http://magmell.forumactif.com/t132-imagine-the-future-soren
avatar
high quality trash.
294
03/04/2017
Ulith (WIXOSS)
LANN ♥
Administration
Administration
Mini image :

Description du personnage : high quality trash.

Messages : 294

Date d'inscription : 03/04/2017


Avatar : Ulith (WIXOSS)

Crédits : LANN ♥




Dim 25 Juin - 16:11
paint me like one of your white girls.


Elle est là, assise à même le sol, adossée contre un mur qui s'effrite un peu plus contre elle à chacune de ses respirations. Pour une fois, ce n'est pas une ruelle isolée qu'elle a choisi pour s'oublier, mais une rue passante. Elle est là depuis quelques heures, la nausée au bord des lèvres, petite poupée abandonnée, et seuls ses yeux cramoisis bougent, suivant les passants. Il y en a de toutes sortes, à Andraste. Elle les suit des yeux sans rien dire, et s'imagine leur laideur, leur saleté – elle les fantasme pourris de l'intérieur. C'est répugnant. Et elle aime ça.

Elle a délaissé ses obligations. Elle reprendra ses déambulations plus tard. Pour le moment, elle s'intéresse davantage aux déchets ambulants. Ceux qui passent devant elle, qui traînent les pieds ou qui s'affairent, pressés, préoccupés. Ceux qui se traînent sont ses préférés. Elle se complait dans leur lassitude, imagine la misère et la crasse qui suit leurs pas. Elle soupire ; et sent le plâtre s'effriter un peu plus dans son dos. Entre des omoplates trop saillantes. Tch. Sa propre horreur plaque un sourire amer sur sa bouche. Elle a envie de gerber.

Et puis il y a ce mâle avec son air un peu paumé. Un rêveur. Un de ceux qui longent les murs enfermés dans leurs bulles. Il ne la voit pas. Et, contre toute attente, va jusqu'à trébucher sur elle. Ça fait un peu mal. Il piétine sans pitié son ego mal placé. Et ne s'en rend même pas compte. Il reste simplement là, allongé à côté d'elle. Elle pourrait presque se demander s'il était mort, si seulement elle savait ce que ça signifiait. Mais elle n'en savait rien. Une éternité de dégoût, c'était tout ce à quoi elle avait jamais goûté.

Alors elle reste là, impassible, immobile et immonde. Silencieuse. Avec rien d'autre que ce rictus creux pour redonner un peu de vie à son corps inerte. Elle écoute la ville et les vibrations sur le pavé, elle oublie l'autre abruti étalé sur le sol, sans se douter de ce qu'ils partagent en cet instant.

C'est alors qu'un changement attire son attention vers le sol, et quelle regarde, abasourdie, les couleurs qui se répandent lentement, gracieusement, mêlant leurs teintes et leurs nuances. C'est un spectacle fascinant et inquiétant, car elle ne le comprend pas. Et puis l'individu se relève, et l'Éternelle le suit des yeux, curieuse, à présent. Quand leurs regards se croisent, elle ne comprend pas l'angoisse qu'elle lit au fond de ses yeux. Jusqu'à ce que le mot tombe.

Tu es si blanche.

C'est la première fois qu'elle entend cette insulte. Du moins, la première fois qu'il s'agit véritablement d'une insulte. Jamais encore, ne lui avait-on dit avec autant de tristesse combien elle était blanche. Les Éternels aimaient le blanc avec vénération. Mais avant qu'elle ne finisse de s'interroger sur cette curiosité, l'inconnu déjà tendait la main pour frôler ses cheveux mal coupés. Elle ne réagit pas, trop intriguée pour s'offusquer du geste.

C'est la première fois qu'on la touche comme ça, que des doigts la caressent avec autant de franchise et de retenue à la fois. Elle tremble, sans savoir quoi penser, les reflets de l'incompréhension se bousculant sur ses iris. Quelques souvenirs lointains l'assaillent, mémoire d'une époque riche et pure, où l'on la respectait trop pour oser la toucher. De peur de souiller son immaculée sainteté. Elle était promise à tant de grandeurs, tant d'admiration. Tant de promesses que ce pouvoir lui avait volées ; parfois encore, elle se demandait pourquoi. Pourquoi, Leliel, n'avais-tu pas voulu d'elle dans tes dévoués ? Elle, qui restait comme une enfant ignorée par ses parents.

Quand elle comprit enfin ce que le jeune homme impliquait, elle eut un mouvement de recul, hésitante. Elle ne savait toujours pas ce qu'elle pensait de sa couleur, Leviathan aux émotions cryptées. Elle était sa fierté, et le symbole de son échec. Bénédiction, ou malédiction ? Elle n'en savait rien. Mais lui, elle le savait littéral. Elle porta la main à ses cheveux courts, tirant une mèche, tandis que la question lui traversait rapidement l'esprit : s'il mettait sa magie à l'oeuvre, parviendrait-il à lu dérober ce vestige de pureté ?

Elle avait déjà essayé. Les couleurs des Artistes n'y avaient rien changé, la couche extérieure s'effritant avec le temps. Les teintures des humains disparaissaient en quelques heures. Alors, poussée par la curiosité, prête à tester le destin une fois de plus, elle formula sa réponse en quelques mots qui s'échappèrent sèchement de ses lèvres.

« Montre-moi. »

Elle ne saurait dire si elle le suppliait, ou le mettait au défi. Si elle espérait qu'il y parvienne, ou qu'il échoue. Elle cherchait simplement des réponses, toujours et encore, sur les raisons de son étrange existence.

Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t88-leviathan-you-don-t-know-how-sick-you-make-me
http://magmell.forumactif.com/t823-leviathan-now-she-s-stupid-in-the-streets#6889
avatar
lorem ipsum
212
24/06/2017
-
Humain
Mini image :

Description du personnage : lorem ipsum

Messages : 212

Date d'inscription : 24/06/2017


Crédits : -




Dim 25 Juin - 20:58
Oh il ne comprend pas, ne sait pas ce qu'il lui arrive face à cette demoiselle. Un autre visage cogne trop fort, une autre joie éclate lorsqu'elle accepte. Ici, il peut, il doit colorer. Ce blanc la ronge, il voit bien, entend bien ses supplications. La couleur sauve, égaie, anime. Là, adossée à son mur, on la croirait morte et c'est peut-être pour ça qu'il ne l'avait pas remarquée. Lui ne voit que les éclats. Lui ne discerne pas les nuances de froid. Il ne sait pas comment la manipuler, il ne sait pas quoi lui offrir. Les poupées attendent la peinture mais elle, laquelle veut-elle ? Ses yeux ne lui disent pas mais le besoin est trop pressant, impossible d'attendre les mots. Alors même s'il ne la connaît pas, même si son nom lui est étranger et qu'elle a sans doute des siècles de vie de plus que lui, il prend une décision. Sa main est toute petite dans celle du peintre. Les longs doigts se referment un peu, comme pour protéger la blancheur temporaire.

« Je vais dessiner une fleur. J'espère que tu aimes les fleurs. »


Ce n'est pas vraiment pour elle qu'il l'a dit, il espère juste qu'elle ne s'offusque pas. Son index ne fait qu'effleurer la peau, y dépose de l'aquarelle. Pour s'économiser, il trace les contours d'un lotus blanc. Le jaune et le bleu ciel parent la fleur, des ombres mystérieuses apparaissent au creux de la main. Son souffle s'est fait plus intense, l'effort est conséquent. Il ralentit, atténue la concentration difficile à tenir. Du bout des doigts, il caresse encore le dessin, pour ajouter des nuances. Fugl semble intrigué mais calme, il observe le travail depuis l'épaule de son humain.

« Est-ce que ça te plaît ? Je peux continuer si tu veux. Je pense faire une tige verte et des feuilles qui partiraient sur ton avant-bras... Ou bien je peux simplement poser de la couleur sur tes joues. Que veux-tu ? »

Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t121-colore-soren
http://magmell.forumactif.com/t132-imagine-the-future-soren
avatar
high quality trash.
294
03/04/2017
Ulith (WIXOSS)
LANN ♥
Administration
Administration
Mini image :

Description du personnage : high quality trash.

Messages : 294

Date d'inscription : 03/04/2017


Avatar : Ulith (WIXOSS)

Crédits : LANN ♥




Lun 26 Juin - 0:04
eventually, every color fades


Staggered by it's beauty, saddened by it's modest stay
Taken all for granted or innocence betrayed


Il saisit sa main. Elle n'a tellement pas l'habitude, elle qui ne connait presque que le dégoût des autres – et le sien — ça la surprend, ça la prend complètement au dépourvu. Elle n'a pas l'habitude de ce type d'attention. Comment peut-il ne pas voir les bandages, les iris couleur sang ? Mais elle accepte, offre sa main d'enfant aux soins de cet humain, dévorée de curiosité. Et rapidement, du bout des doigts, la couleur naît sous le toucher qui effleure la peau frémissante. Les chatoisements s'étendent doucement, recouvrant et masquant les veines honnies sous sa peau tranlucide, et la fleur se dessine, ressortant en albâtre nuancée sur le fond constrasté. Elle ne met pas longtemps à reconnaître le lotus, et le coin de ses lèvres tressaille en un instant de faiblesse devant cet hommage — coïncidence involontaire, peut-être ? Elle, la citoyenne essentielle reniée de tous, réhabilitée d'un peu de couleur par – l'Anima ne trompait pas – un simple humain.

Elle ne remarque pas sa fatigue, comme il ne remarque pas le tourbillon qu'il déclenche en elle, trop absorbés qu'ils sont par l'oeuvre. Leviathan ne s'était jamais découverte de fibre sensible pour l'art. Mais jamais, avant, elle ne l'avait vécu personnellement. Aujourd'hui, l'oeuvre, c'était elle.

Ils l'admirent – elle s'admire – et il s'enquiert de ses volontés. Hésitante, à l'idée d'abandonner plus de son identité, mais tentée, elle finit par avouer.

« ...c'est joli. »

Elle bouge un peu la main, teste les mouvements du dessin sur sa peau.

« Je veux bien que tu continues un peu. La fleur. »

Mais à peine a-t-elle formulé le souhait, que déjà les couleurs s'atténuent, lentement mais inévitablement, s'estompant comme un rêve qui s'enfuit. Non, retient-elle en silence, tandis que son espoir se délite. Fichu corps. Fichu corps qui reclame sa blancheur ternie. Elle sait que ce n'est qu'une question de secondes avant qu'elle ne se retrouve de nouveau désespérément pâle.

Le rictus amert reprend ses droits sur son visage, et elle rit entre ses dents. Elle se trouve idiote. Qu'espérait-elle, au juste ?

« C'est pas la peine. » a-t-elle abandonné.

Trop blanche pour les humains, pas assez pour les Éternels. Elle ressent une envie soudaine de se dérober. De retourner à son devoir, d'aller se terrer dans un coin de solitude, seule avec sa condition, et de fuir ces idées étranges qu'il lui évoque. Elle retire sa main, avec un sourire un peu sarcastique. Mais elle reste quand même, vaguement reconnaissante sans trop savoir pourquoi. Au moins pour la magie du spectacle, qui l'avait divertie dans son quotidien monochrome.

Pour ne pas le laisser sur cet échec, elle fit même l'effort de faire la conversation.

« ...tu es un artiste, donc ? »

Effort senti, et peu concluant. Mais c'était déjà tellement plus que ce à quoi on se serait attendu d'elle.

Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t88-leviathan-you-don-t-know-how-sick-you-make-me
http://magmell.forumactif.com/t823-leviathan-now-she-s-stupid-in-the-streets#6889
avatar
lorem ipsum
212
24/06/2017
-
Humain
Mini image :

Description du personnage : lorem ipsum

Messages : 212

Date d'inscription : 24/06/2017


Crédits : -




Jeu 29 Juin - 2:17
Le dessin lui plaît. Elle l'examine sur toutes les coutures, le voudrait voir s'agrandir. Alors Sören s'apprête à continuer, voit déjà la tige et les feuilles envahir le bras mais la couleur redevient blanc. L'absence de vie règne à nouveau sur la main, sur le corps entier. Pourtant, ses yeux rouges brillaient. Pourtant, la fleur avait bien épousé la peau alors d'où vient le problème ? Ce n'est pas la première fois qu'il colore ainsi mais l'effet dure plus longtemps quand il se concentre comme il l'a fait. Il se met à douter de l'avoir bien fait, se demande déjà comment savoir s'il l'a correctement fait. Il avait cet espoir de réchauffer un peu le monde, de pouvoir être un sauveur plutôt qu'un simple décorateur. Elle aussi est déçue. Ses yeux ne brillent plus et déjà la déception les envahit. La tristesse trace une coulée bleue sur sa peau. Son cœur est déchiré mais seule la couleur le montre.

Il lève à nouveau la main, l'approche de la sienne mais elle abandonne. Son âme n'espère plus. Ses mots résonnent trop fort en lui, une ligne apparaît sur son autre joue. Ses dents se serrent dans sa bouche fermée. Le monde explose dans sa tête. Sa main déjà s'éloigne bien trop. Elle s'exile dans sa souffrance alors qu'il n'a pas tout tenté. L'idée même semble interdite. Elle n'en parle plus et lance un autre sujet mais lui ne veut pas. Lui veut faire son maximum. Lui refuse de laisser tomber alors il plante ses yeux dans ceux de la demoiselle.

« Oui, je suis un artiste et je suis bien déterminé à finir cette fleur. Tu me laisserais réessayer ? Je peux pas laisser mes dessins disparaître comme ça alors que je les crée pour qu'ils vivent. »


Le bleu commence déjà à disparaître. Sans s'approcher, il la regarde et attend une réponse favorable. Il se sent prêt à tout donner.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t121-colore-soren
http://magmell.forumactif.com/t132-imagine-the-future-soren
avatar
high quality trash.
294
03/04/2017
Ulith (WIXOSS)
LANN ♥
Administration
Administration
Mini image :

Description du personnage : high quality trash.

Messages : 294

Date d'inscription : 03/04/2017


Avatar : Ulith (WIXOSS)

Crédits : LANN ♥




Mer 19 Juil - 23:30
All dolled-up in straps, all colored in
Are you gonna fall apart again?


Il y a de la surprise dans son regard. Rien que de la surprise, trop franche pour laisser la place à quoi que ce soit d'autre – la surprise qui éclipse tout. Et puis l'incompréhension, dans la foulée, qui s'installe.

Pourquoi ?

Prise au dépourvu, elle garde la bouche entre-ouverte, bloquée sur ce mot qu'elle n'ose tout d'abord exprimer, et incapable d'en penser d'autres. Pourquoi cette détermination, pour une simple inconnue, une immortelle avec laquelle il ne partage rien. Incolore. Insignifiante. Transparente.

Mais la question s'éclipse – elle ne trouve pas les mots pour lui dire non. Alors elle concède, et tend à nouveau la main, avec un hochement de tête en signe de consentement. Geste d'offrande presque pieux, elle n'ose l'arrêter. Malgré elle, elle sent ce petit titillement dans ses entrailles. Elle sait pertinemment que c'est peine perdu. Le cadeau est empoisonné. La fatalité guette, comme une bête sauvage tapie dans l'ombre. Elle sait, tout au fond, qu'elle ne lui offre qu'un nouvel échec, et l'amertume de la déception. Mais elle est curieuse. Au-delà du renoncement, c'est la curiosité qui l'emporte.

Elle veut le voir essayer. Peut-être que cette étincelle d'espoir l'intrigue, elle qui la tue toujours dans l'oeuf. L'obstination possède un certain charme – et la chute, en mille éclats tragiques, luit d'une terrible beauté. Peut-être qu'une part d'elle aimerait voir ça. Elle a toujours cette envie sombre et égoïste de voir les autres s'effondrer. Qu'a-t-elle a y perdre, après tout ? Elle n'est pas pressée de retourner travailler.

Petite poupée entre les mains d'un créateur, prête à se laisser façonner – encore une fois.

S'il y tient tant,
elle veut bien se prendre au jeu,
partager un bout d'existence avec lui,
et l'entraîner avec elle.

Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t88-leviathan-you-don-t-know-how-sick-you-make-me
http://magmell.forumactif.com/t823-leviathan-now-she-s-stupid-in-the-streets#6889
avatar
lorem ipsum
212
24/06/2017
-
Humain
Mini image :

Description du personnage : lorem ipsum

Messages : 212

Date d'inscription : 24/06/2017


Crédits : -




Dim 13 Aoû - 18:01
Elle consent. Son coeur se met à battre trop fort. Tout l'emporte. Ses émotions prennent le pas sur ses pensées, sur sa raison. Plus aucun son ne résonne sans sa tête, seules les couleurs tonnent. Ses doigts tremblants se posent sur la main si pâle. Toute son âme se concentre au bout de ses ongles pour mieux transmettre. Il veut l'aider. Il doit l'aider. Une malédiction a dû s'abattre sur elle lors de sa naissance et il voudrait la conjurer, au moins temporairement. Persuadé qu'il en est capable, il se sent prêt à sacrifier toutes ses nuances pour les lui donner. S'il le faut, il recommencera des dizaines de fois jusqu'à même s'évanouir parce que son pouvoir aura utilisé trop d'énergie. Difficile de savoir si la folie ou la détermination s'expriment dans ses yeux. Le peintre est trop affecté. Ses pétales ne sont pas bien formés. Ils semblent dilués dans la peau, malgré leur couleur vive. Leurs contours ne se précisent pas et il ne s'y intéresse pas. La forme a peu d'importance pourvu qu'elle vainque le blanc.

Ce dessin-là met plus longtemps à disparaître. Pendant de longues minutes, il fixe religieusement la fleur qu'il vient de dessiner et espère ne pas la voir s'atténuer mais le malheur s'abat à nouveau. Son poing se serre trop fort. Sa colère monte jusqu'à ses sourcils. Il s'acharne, ne pense pas à demander encore. Le dessin l'obsède. Toutes sortes de fleurs parent tour à tour la peau qu'elle lui offre. Quand il donne un peu plus de son courage, elles restent un peu plus longtemps mais toutes, sans exception, se font dévorer par le blanc. Le blanc si affreux, si atroce se régale de toutes les couleurs que le blond lui offre. Après la mort d'un hibiscus, Fugl vient de mettre à hauteur de ses yeux. Il le gêne. Il sent bien que son compagnon le fait exprès, pour l'empêcher d'aller plus loin mais lui n'écoute pas. Il n'écoutera jamais quelqu'un qui lui souffle d'abandonner alors il pousse l'anima. Celui-ci décide de s'éloigner, pour ne pas voir ce qu'il va se passer ensuite. Une de ses plumes a foncé.

Tout son corps tremble. Son cerveau explose. Ses boyaux se tordent. Il n'arrive pas à continuer. Les teintes ne durent plus que de trop courtes secondes. Il voudrait crier, hurler, se débattre mais tout cela ne servirait à rien. Tous ses essais ont été infructueux. Cela doit bien faire une heure qu'il échoue et recommence, sous le regard inquisiteur de la fille. C'est là qu'il réalise qu'elle est encore là, que le sujet principal de cette histoire, c'est elle. Son regard se heurte à celui de l'éternelle et il pense à toutes les tentatives qu'elle a dû faire, aux centaines ou même milliers de ratés. Pourquoi le monde a-t-il été si injuste avec elle ? Elle n'a sans doute pas mérité cette cruauté mais la subit au quotidien. Elle a dû accepter cette tristesse et doit vivre avec. Lui y penserait à chaque instant de chaque seconde. Entre chaque respiration, tous les matins, tous les soirs, le froid serait bien trop lourd pour ses épaules. Ça l'empêcherait d'exister. Alors une larme coule sur sa joue, seule preuve du tumulte qui le secoue. Il se recule un peu, d'une dizaine de centimètres pour ne plus empiéter sur l'espace de cette fille qu'il n'a pas pu sauver.

« Je suis désolé. J'ai essayé autant que je le pouvais mais là... J'en peux plus... Je suis vraiment désolé... »


La culpabilité lui fait baisser la tête. Il lui a fait perdre son temps plus qu'autre chose et voilà qu'une autre goutte parcourt son visage. Il est inutile, incapable d'aider. Cette pensée le secoue pendant qu'il s'excuse encore, difficilement. Sa voix, trop faible, ne le laisse pas continuer à se rabaisser et lui impose le silence.

Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t121-colore-soren
http://magmell.forumactif.com/t132-imagine-the-future-soren
avatar
high quality trash.
294
03/04/2017
Ulith (WIXOSS)
LANN ♥
Administration
Administration
Mini image :

Description du personnage : high quality trash.

Messages : 294

Date d'inscription : 03/04/2017


Avatar : Ulith (WIXOSS)

Crédits : LANN ♥




Mer 23 Aoû - 14:22
I kind of like it when I make you cry


Elle le regarde, patiemment, comme détachée de la situation, captivée par son effort. En cet instant, elle ne voit qu’un être triste et misérable, qui s’acharne en vain contre le sort. Elle se désintéresse petit à petit des couleurs éphémères qui grimpent et se succèdent sur sa peau, pour se concentrer plutôt sur les émotions qui se peignent sur le corps de l’humain. La frustration de ses sourcils, la détermination de ses pupilles, la révolte des jointures qui se crispent alors qu’il lui tient la main. Elle imagine tout son être se consumer dans le combat qu’il est en train de mener ; mais difficile à dire, son sérieux laisse peu paraître, juste quelques signes discrets, signaux de détresse que l’Éternelle à l’oeil affûté ne manque pas ;  alors Trash sourit, tourne en dérision, c’est de la condescendance qui s’installe dans ce sourire qu’il ne remarque pas dans son travail acharné. Et Leviathan est fascinée de voir cette noblesse d’âme qui peu à peu s’effrite, érodée par l’échec, avant de lâcher prise, sous le poids de la fatalité. Elle s’imagine le goût amer de l’abandon, la corruption noire et suintante de son espoir naïf

qui roule sur sa joue
en larme cristalline.

Échec et mat, se retient-elle d’annoncer.
Elle a quitté son sourire furtif et contemple l’homme qui se recroqueville et se tait. Elle le fixe en silence en laissant passer les secondes, comme si elle craignait de briser l’instant. Comme pour lui laisser le temps de s’effondrer.

Puis elle finit par s’ébranler. Elle ramène ses jambes sous elle pour s’agenouiller, et se pencher vers lui. Elle tend la main dans sa direction, une fois de plus — mais cette fois, le geste se poursuit jusqu’à l’humain et effleure ses cheveux ; se pose sur le sommet de son crâne incliné, glisse à côté de l’oreille, puis jusqu’à sa nuque, délicatement, et s’y arrête. Elle ne dit rien, mais elle le regarde toujours, le visage tendu vers lui, ses yeux cherchant les siens. Son autre main va chercher celle du peintre, laissée à l’abandon sur le sol, et s’en saisit. Elle la guide et lui fait tracer la forme maladroite d’une fleur sur le sol, du bout du doigt.

« Voudrais-tu m’apprendre à peindre ? » demande-t-elle de sa voix monotone.

Pourtant, la peinture ne l’intéresse pas. Mais lui, si. Elle veut le voir peindre encore. Et encore. Jusqu’à révéler les couleurs les plus intimes et les plus sombres de son coeur. Elle veut voir ce qu’il adviendra de lui, de ses rêves et de ses idées, vouées à se heurter au monde encore et encore. Elle veut revoir cette douleur tragique s’exprimer sur son être. Elle veut être là, et qu’il se rappelle chaque fois qu’elle le regardera peindre,

« je n’ai pas pu »

Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t88-leviathan-you-don-t-know-how-sick-you-make-me
http://magmell.forumactif.com/t823-leviathan-now-she-s-stupid-in-the-streets#6889
avatar
lorem ipsum
212
24/06/2017
-
Humain
Mini image :

Description du personnage : lorem ipsum

Messages : 212

Date d'inscription : 24/06/2017


Crédits : -




Mer 23 Aoû - 23:23
Les secondes se transforment en millénaires au contact de sa peine. Il n'entend plus rien. L'eau absorbe tous les sons. Les gens ne passent pas, les nuages ne bougent plus. Le monde a dû se mettre sur pause quand il a senti son désarroi, pour le laisser le savourer. Seul le ciel désire le contraire, il l'éblouit de son bleu mais déjà il le sent s'éloigner. Il traverse la surface, plonge déjà sans pouvoir lutter. La culpabilité le fait couler dans un océan sombre. Il n'a plus l'impression de respirer correctement. Ses pensées s'agitent puis se taisent. Sa chute est rapide puis s'arrête brusquement. Rien ne freine le choc, toute son âme se brise. Des taches noires se dessinent sur son torse, sous ses vêtements. Elles dévorent sa peau. Il le mérite. Toute sa peau devrait brûler à cause des tourments. Des flammes emplissent les ailes de son tatouage. Les couleurs emportent le peu d'énergie qu'il utilisait pour tenter de remonter à la surface. Les abysses déglutissent lentement ce morceau d'humain qu'elles n'ont pas eu besoin de mâcher puisqu'il est déjà en petits morceaux. L'encre emplit ses poumons, élimine les pigments qui subsistent dans son être.

Une main le délivre des profondeurs, effleure sa peau du bout des ongles. L'air réapparaît, délivre ses voies respiratoires. Le mal s'est évaporé. Il contemple celle qui l'a repêché. Contrairement à la tristesse glaciale, la main qu'il sent posée sur sa nuque est chaude. Son doigt sur le sol ne laisse qu'une trace noire que l'on imagine être le contour d'une fleur. On y voit les tremblements, les hurlements, la noyade. Enfin, il sort la tête de l'eau et entend des mots si jolis. Trop perturbé encore, il ne distingue pas la monotonie de sa voix. Le sel lui a brûlé les yeux, il ne verra pas la mort dans ceux de l'éternelle. Il ne peut que distinguer le reflet de l'éclat de son propre engouement, sans comprendre que ce n'est qu'un mirage. Ceux qui secourent n'en sont pas bons pour autant.

« D'accord mais je ne suis pas sûr d'avoir tout ce qu'il te faudrait et la rue n'est pas le meilleur endroit pour ça. Quand veux-tu commencer ? »


Elle est semblable à la lune, reflète les rayons du soleil qu'elle a en face d'elle. Ses deux mains jointes emprisonnent celles de la fille pour montrer son enthousiasme.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t121-colore-soren
http://magmell.forumactif.com/t132-imagine-the-future-soren
avatar
high quality trash.
294
03/04/2017
Ulith (WIXOSS)
LANN ♥
Administration
Administration
Mini image :

Description du personnage : high quality trash.

Messages : 294

Date d'inscription : 03/04/2017


Avatar : Ulith (WIXOSS)

Crédits : LANN ♥




Mer 27 Sep - 20:58
Murdering beauty and passions


Elle sent l'espoir renaître sous ses doigts, et ne sait quoi en penser. Une part d'elle se sent comme purifiée, baptisée à nouveau. Mais elle sait, sans chercher à s'en cacher, que ce n'est qu'une chimère de pureté, corrompue jusqu'au coeur. C'est si beau, pourtant. Captivée par le regard franc et pur de l'humain, elle pourrait presque s'y perdre ; si son instinct ne lui hurlait pas, inlassablement, de s'en détourner. Que l'espoir n'existait que pour être vicié. Qu'elle le connaissait. Mais c'était justement cette délicate fragilité qui lui donnait tout son charme. Elle le laissait se glisser dans le coeur de son interlocuteur, soigneusement, pour mieux l'en déloger par la suite –

mais pas encore —

non, pas encore.

Elle voulait profiter de chaque facette du mâle qu'elle apercevait, de chaque nouvelle nuance dans ses yeux brillants (brillants d'espoir, encore brillants de larmes). Elle qui avait égaré ses émotions en route, teintée d'amertume par un vécu centenaire et trouble, elle dévorait celle des autres.

Mais sa pause s'était déjà trop éternisée. Il ne fallait pas abuser des bonnes choses, songea-t-elle alors que le peintre s'emballait comme un petit feu follet. Elle esquissa alors un sourire. Elle devait le ménager un peu.

« ...demain ? Vers midi ? Où ? »

Elle espère que ça lui conviendra. Ou qu'il lui proposera un autre rendez-vous. Et qu'ils en auront bientôt fini. Elle commence à s'impatienter, à se sentir presque mal à l'aise. Trop de contact, trop de monde autour, trop d'agitation ; tant extérieure qu'intérieure à elle-même. Elle doit retourner à son devoir, à la raison qu'elle a donné à sa vie.

Elle est pressée de continuer à le découvrir —
mais elle a peur de s'y oublier.

Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t88-leviathan-you-don-t-know-how-sick-you-make-me
http://magmell.forumactif.com/t823-leviathan-now-she-s-stupid-in-the-streets#6889
avatar
lorem ipsum
212
24/06/2017
-
Humain
Mini image :

Description du personnage : lorem ipsum

Messages : 212

Date d'inscription : 24/06/2017


Crédits : -




Mar 3 Oct - 23:41
L'idée lui plaît à elle aussi. S'il était un humain normal, il se ferait sans aucun doute des films sur où, quand, comment, quoi, comment tout se passerait. Lui se contente de déguster le goût sucré de la joie qui déformerait presque son faciès inexpressif en un sourire. Il se rappelle alors du contact qui peut blesser, qui peut tuer si l'on serre trop fort et y met un terme. Il recule de quelques pas, de peur d'avoir trop envahi, de peur d'avoir trop coloré. Oh mais elle ne montre rien, ne dit rien donc ce ne sont sûrement que des idées dans sa tête à lui. Il ne prévoit pas d'organisation, ne pense même pas à comment gérer cet imprévu dans son emploi du temps. Lui préfère vivre dans l'instant, sans réel planning, sans vraie journée type. Déjà, il faudrait qu'il n'oublie pas mais un tel événement est difficile à oublier. Il la regarde, béat et tente de lire quelle genre d'artiste elle pourrait bien être dans ses yeux morts. Bien sûr, il n'y décèle rien de significatif mais un amas de questions s'agglutine dans sa tête et se dirigent toutes vers dans une seule direction, celle indiquée par l'éternelle. Selon l'exercice qu'elle désire faire, il faudra choisir correctement l'endroit. Il doit alors lui demander ce qu'elle désire, suggérer parmi plusieurs choix pour qu'elle n'ait même pas à trop réfléchir. S'il connaissait suffisamment la ville, il se risquerait même dans des propositions précises de lieux mais ce n'est pas encore le cas. Son exploration n'est pas terminée.

« Midi, d'accord. Où aimerais-tu peindre ? Enfin, déjà, qu'aimerais-tu peindre ? Plutôt un paysage, des gens, des objets ? Selon c'que tu veux peindre, on peut faire ça dans ma chambre au refuge ou dehors, si tu veux avoir d'autres modèles que des objets. Tu verras, ça s'ra pas facile au début ; tu vas beaucoup crayonner mais c'est comme ça que tout tableau voit le jour, grâce au crayon ! Au pire si tu veux juste peindre sans forcément tracer les grandes lignes au graphite, j'pourrai le faire. Qu'en dis-tu ? »


Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t121-colore-soren
http://magmell.forumactif.com/t132-imagine-the-future-soren
avatar
high quality trash.
294
03/04/2017
Ulith (WIXOSS)
LANN ♥
Administration
Administration
Mini image :

Description du personnage : high quality trash.

Messages : 294

Date d'inscription : 03/04/2017


Avatar : Ulith (WIXOSS)

Crédits : LANN ♥




Sam 14 Oct - 17:20


we've got obsessions

All you ever think about are sick ideas
involving me, involving you

Elle l'écoute reprendre la parole, et s'amuse l'espace d'un instant de toute cette orchestration un peu mystique qui strcture un dialogue. Tous les petits signes imperceptibles qui accompagnent la transmission de la parole, rythmes les interventions successives, permettent les interruptions, imposent le silence qui écoute... Mais elle en oublierait presque de se concentrer sur les mots du garçon. Et ils sont nombreux. Plus nombreux que ce à quoi elle s'attendait – elle sent la surprise pointer le bout de son nez en son sein, répondant à l'appel de ses attentes froissées.

Elle, elle ne pensait plus qu'à s'éclipser, et à s'assurer de le revoir. Le reste n'était que prétexte et maquillage, un simple décor dans lequel pourrait se jouer le second acte de leur rencontre.

Que voulait-elle peindre ? « Toi » laisse-t-elle échapper sans même y penser. Le mot se faufile sur ses lèvres pâles en catimini. Pas vu pas pris.

Après tout, il l'a bien peinte. Il a fait d'elle sa toile. Elle ferait de lui son sujet.

« N'importe où. »

Dis-lui, et tant que tu l'y retrouves, elle y sera.

Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t88-leviathan-you-don-t-know-how-sick-you-make-me
http://magmell.forumactif.com/t823-leviathan-now-she-s-stupid-in-the-streets#6889
avatar
lorem ipsum
212
24/06/2017
-
Humain
Mini image :

Description du personnage : lorem ipsum

Messages : 212

Date d'inscription : 24/06/2017


Crédits : -




Ven 3 Nov - 23:48
Le mot unique l'étonne. Il s'attendait à de longs discours, à de grandes descriptions. Il s'attendait à des fleurs, des oiseaux, des gens ou bien des arbres, des montagnes, des planètes. Toutes ces choses sont bien plus intéressantes à dessiner que lui. Même après avoir examiné son propre visage des centaines de fois, il n'y trouve pas d'intérêt. Ses traits sont ternes, inexpressifs. Quelques noirceurs marquent le dessous de ses yeux ambre. À la rigueur, on peut apprécier leur couleur. Le reste de son visage est bien trop banal, trop fin, trop long. Sa mâchoire n'a pas grand chose de carré. Ses cheveux se battent pour déterminer la coiffure correcte à adopter. Trop grand à son goût, ses membres emplissent à peine ses vêtements. Oh bien sûr ses bras restent puissants pour pouvoir bien préparer la viande mais il s'agit là des seuls muscles qu'il entretient régulièrement. Lui n'a rien de spécial alors qu'elle, elle est si blanche. Elle recouvre sa couleur naturelle quand on la teint et ce si rapidement. Son regard dévorerait les âmes. Non, il ne comprend pas pourquoi cette fille pourtant si passionnante s'intéresse à un pauvre humain. Il voudrait bien lui demander mais son regard l'en empêche. Il se contente de réfléchir à une heure où il sera sûr d'être dans sa chambre. Risque-t-il même d'oublier cette entrevue ? Non mais mieux vaut prévoir cela. Tout a été suffisamment intense pour qu'il ne ferme pas vraiment l'oeil cette nuit. Tant pis, il dessinera.

« D'accord. Disons vers 14h chez moi. J'ai une chambre au refuge pour humains. Elle me sert d'atelier, j'y ai tout ce qu'il nous faudra. »


Il n'imagine même pas qu'elle pourra ne pas trouver sa chambre. Dans sa tête, le temps a déjà passé bien trop vite. Tout une nuit s'est écoulée et il a dessiné, peint. Son corps n'a pas apprécié le temps passé à rêver plutôt qu'à dormir mais ce n'est pas grave. Et même s'il avait la présence d'esprit de penser à ce petit détail pratique, il ne saurait même pas indiquer un exact itinéraire ni lui redire le numéro de cette chambre. Son numéro n'est même pas marqué sur la clé qu'il possède. Cela fait tellement longtemps qu'il passe cette porte qu'il a oublié les lettres inscrites sur la porte. Ses pas l'y mènent sans même qu'il pense à tourner à droite, à gauche, à monter les escaliers jusqu'au bon étage. En monte-t-il seulement ? Il lui faudra rentrer pour s'en assurer. Tous ces détails n'ont pas d'importance puisque ses jambes le mènent d'elles-mêmes à sa précieuse maison.

Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t121-colore-soren
http://magmell.forumactif.com/t132-imagine-the-future-soren
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Début d'une aventure... [Arc du Leviathan I]
» Obama devant une foule de 100.000 personnes dans le Missouri
» Leviathan, terreur des profondeurs !
» Comme une ombre dans la foule... [libre] [TERMINE]
» Tu es le seul que je vois, au milieu de la foule, foule je n'attends que toi...[Pv Shanty.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Nos partenaires
Le devenir ?
CHRONOSREP