[Event] Le carnaval de l'automne

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Incontestablement dévouée à Andraste, Myr ne désire que le meilleur pour son peuple, avec une vision drastique de faire qui ne cesse de susciter les interrogations: exclure de cette nouvelle société les faibles et les sentimentaux qui n'apportent qu'ennui et perte de temps. Ses idéaux sont forts et encrés en elle. Elle vit pour ce jour. Elle vit pour voir les êtres rejetés par ses convictions la supplier de leur accorder une seconde chance. Myrmínki, son seul désire est d'assister à l’émergence d'une société qui brisera les mœurs instaurées par les anciens.
42
30/09/2017
Shuten-douji - Fate/Grand Order
-
Administration
Administration
Mini image :

Description du personnage : Incontestablement dévouée à Andraste, Myr ne désire que le meilleur pour son peuple, avec une vision drastique de faire qui ne cesse de susciter les interrogations: exclure de cette nouvelle société les faibles et les sentimentaux qui n'apportent qu'ennui et perte de temps. Ses idéaux sont forts et encrés en elle. Elle vit pour ce jour. Elle vit pour voir les êtres rejetés par ses convictions la supplier de leur accorder une seconde chance. Myrmínki, son seul désire est d'assister à l’émergence d'une société qui brisera les mœurs instaurées par les anciens.

Messages : 42

Date d'inscription : 30/09/2017


Avatar : Shuten-douji - Fate/Grand Order

Crédits : -




Lun 9 Oct - 3:01


[Event] Le carnaval de l'automne




Du haut de sa tour d'estale, son regard surplombait la merveilleuse ville d'Andraste. L'admiration et la répulsion s'entremêlaient, formant un mélange amer dans la gorge de cet Éternel qui, malgré l'heure avancée, dégustait une coupe d'alcool dans son bain. Ce soir, toute la ville, incluant les êtres méritants et les incompétent, sera en fête. Un bal masqué géant. Une tradition qu'elle affectionne particulièrement, mais qui la rebute tout autant. Côtoyer les classes sociales inférieures, cela n'était guère appréciable pour cette femme intouchable. L'écho d'un soupir parcouru la pièce. Le corps qui émit ce son d'ennui, c'était pendant environ dix secondes, volontairement allongées de tout son long dans la baignoire, laissant l'eau recouvrir l'intégralité de son corps. Ne rien entendre. Ne rien voir. Elle se retrouvait seule face à elle-même. Face à ses pensées les plus noirs et ses désirs les plus intimes. Dans cette baignoire, elle pouvait rêver d'une Andraste plus grande, plus belle et plus honorable. Échanger avec des individus de sa stature et éprouvant les mêmes convictions qu'elle et jouir de sa réussite. Ce rêve, cette envie, ce changement, elle le commanditera jusqu'au bout. Elle donnera sa vie pour assister à ce nouveau jour, mais pour l'heure, l'ambiance était réservée à la paix. Mettre de côté ses projets et son amertume pour arborer un sourire digne d'une reine. Un sourire qui attire, un sourire qui intrigue, un sourire qui ne vous veut que du bien. Ce sourire sera son meilleur atout, son arme pour se fondre dans la masse, mais il n'allait pas servir à grand-chose si les personnes avec qui elle voudrait interagir reconnaissaient son visage. Il lui fallait un costume. Un costume digne d'un Éternel de haut rang. Un costume qui n'abîme en rien son charme et ne masque ses courbes. Des millions de regards aller croiser le sien, scrutant chacun l’accoutrement de l'autre sans dévier de leur trajectoire. Ce qu'elle souhaitait ? Que les individus peuplant cette ville et formant cette société en proie au changement, s'arrête pour elle. Qu'ils admirent ce tissu qui recouvre sa peau diaphane. Qu'ils jalousent cette beauté masquée. Qu'ils envient la personne se tenant à ses côtés. Se sentir observé et être, se serait-ce qu'un instant, au centre des pensées, ne fit qu’accroître son extase. 

Émargeant de l'eau, elle sortit enfin de cette baignoire bien trop longue pour sa taille relativement minime, jetant un œil attentif sur son fidèle et tendre garde qui attendait depuis tout ce temps, sans interrompre cette dernière dans son moment de détente, derrière le pare à vent où avait été jetée négligemment, les quelques bouts de tissu qui recouvrait habituellement le corps de cet être ayant reçu la grâce et la beauté de celle qu'elle appelle « Mère ». Sans un seul mot adressé à son égard et sans avoir besoin de soutenir son regard, il vint s'approcher lentement d'elle, une serviette en main, venant l'étendre et envelopper le corps nu et perlant d'eau de la demoiselle qui se laissa faire, s'occupant quant à elle d'essorer sa courte chevelure et d'asperger ses longueurs d'une eau florale de flammeure, rendant sa chevelure agréablement douce et éclatante. Une envie insatiable pris son serviteur qui vint prendre entre ses doigts quelques mèches de cheveux, les tendant vers ses narines pour humer l'odeur qui s'en émanait. Vous vous attendiez à ce qu'elle crie au scandale face à cet affront ? Non. Elle le laissait faire comme ci de rien était. Il est le seul à avoir ce privilège et ce culot. Il lui avait sauvé la vie et au vu de ses prises de position pour lui permettre de réaliser ses plans, lui laisser la possibilité de la toucher quand il le désire est une faveur bien faible. Elle lui a promis autre chose. Une chose insensée, complètement irréfléchie. Auprès d'elle se tien un homme qui a reçu la promesse de tuer cet Éternel de ses propres mains. Elle respecte ses choix et son dévouement hors norme. Si elle doit un jour s'éteindre, ce seront ses mains qui viendront lui prendre la vie. Cette promesse ne créa aucune tension, au contraire. Un rapprochement, c'était crée au fil du temps, mais l'heure n'est pas au récit de leur relation. Il était bientôt l'heure pour cette dame de s'apprêter. Couvrir cette peau radieuse ne l'enchantait guère, mais au vu de la tenue spécialement conçue par le meilleur couturier d'Andraste, cette peine laissa place à de l'excitation non dissimulée. La serviette désormais à ses pieds et son garde ayant été cherchée la boîte contenant la fameuse tenue, elle ne fit qu'encore plus émerveillée face à la qualité de réalisation de cette pièce unique. Un blanc presque utopique, des finitions d'une précision inhumaine, cette tenue était tout bonnement splendide. On pourrait trouver cela déshonorant de sortir une tenue aussi travaillée pour un bal de cette envergure, mais pas elle, au contraire. Montrer aux petits peuples les travaux des plus grands ne peut que leur faire prendre conscience de leurs inutilités dans cette société et ainsi, deux choix s'offraient à eux : le progrès personnel ou l'abandon. Pour ne rien abîmer, elle prit une dizaine de minutes à enfiler cette œuvre qui eut un résultat encore plus splendide une fois portée par la personne pour qui elle fut pensée. Bien qu'une bonne partie de son corps soit caché, le tissu moulant permettait de rendre hommage à ses courbes et sa finesse. Tout était parfait. Tout, sauf un point. Son visage était encore visible et pour ce bal, il était impératif de le dissimuler. Elle n'avait rien sous la main. Cet oublie vint gâcher ce visage luxuriant.

« N'aurais tu pas - » Une main posée sur son épaule l'arrêta net. Devant le grand miroir devant lequel elle s'était habillée, un masque se déposa délicatement sur son visage.

« Je vous prierez de ne pas oublier les coutumes. Ce serait dommage que l'on découvre dès vos premiers pas dehors, qui est cette beauté qui se cache sous cette tenue. »
 

Cet échange se coupa ici. De simples regards suffisaient à ses deux êtres pour se comprendre et se répondre sans avoir recours aux mots souvent trompeurs. La voilà fin prête. L'heure avait sonné et la voilà dans sa calèche, direction le bal qui venait d'ouvrir ses portes à quiconque le désir. Ce soir, elle allait laisser parler ses envies. Ce soir, elle allait côtoyer d'innombrable personnes sans préjuger. Ce soir, tout le monde sera anonyme, pour le plaisir du plus grand nombre.

hrp:
 








Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t709-myrminki-la-reine-des-fourmisses
http://magmell.forumactif.com/t832-myrminki-journal-de-bord-d-une-progressiste
avatar
tsundere
(ꐦ ಠ皿ಠ )(ꐦ ಠ皿ಠ )(ꐦ ಠ皿ಠ )
37
01/10/2017
Jeanne d'Arc - Fate series
-
Administration
Administration
Mini image : tsundere

Description du personnage : (ꐦ ಠ皿ಠ )(ꐦ ಠ皿ಠ )(ꐦ ಠ皿ಠ )

Messages : 37

Date d'inscription : 01/10/2017


Avatar : Jeanne d'Arc - Fate series

Crédits : -




Ven 13 Oct - 14:53

Trahison Disgrâce
l'esprit du mal est marqué sur sa face


  Ce n'était pas une fête.
Pour les plus naïfs d'entre eux, peut-être, pas pour les lucides (les paranoïaques) pas pour elle.
Il s'agissait d'une opportunité. Pour le crime. Le désordre. Pour que la crasse d'Andraste revienne moisir les murs de la cité. Inconnus, anonymes, protégés par les masques, la foule et le bruit. Les déguisement, le rassemblement, les produits mis à disposition de tous sans avoir tous été préalablement goûté par un haut criminel. Elle sue, halète un peu, sous son léger masque blanc, classique découvrant sa bouche, et son élégant costume en fausses plumes de gripaon- il s'agissait seulement de plumes de zeldinos peintes. Habillée en symbole de chance et bonheur elle est en détresse et rage. Ses collègues haussent les épaules et se servent nonchalamment au buffet ils ont simplement besoin de surveiller les gens sans costumes non , , idiots, indiots, imbéciles heureux. Elle cherche à les rappeler à l'ordre.
De la discipline.
Discipline que diable !
Ils rigolent : en agissant ainsi il devraient presque l'arrêter pour être trop elle, difficile de ne pas la reconnaître quand elle ordonne et crie. Elle les fusille du regard.
Pas de réaction.
Ses yeux sont couverts après tout.
Tout le monde à les yeux couverts. Tous.
Idiots.
Elle laisse son escouade, elle patrouille seule. Guette un voyageur isolé, un comportement suspicieux, un odieux crime à la vue de tous.
Une fête pour l'amusement ? Foutaises. Ils ont l'air de monstres à part Dame Myr, sans aucun doute Dame Myr est sublime et charmante.
Soudain quelque chose lui éclabousse le visage, elle pousse un petit cri guttural mélangeant surprise et dégoût.

▬ Burargh

Elle tousse, tente de recracher la moitié du verres qu'elle a ingurgité, pendant qu'elle penche la tête en avant pour retirer l'autre moitié qui lui brûles yeux, pendant qu'une silhouette qui lui apparaît floue se confond d'excuses. Est-ce du poison ? De l'acide ? Est-elle morte ? Trahison ? Attentat ? Maladresse ?
Sa tête tourne un peu, quelqu'un tente de l'aider, elle recule vivement, touche une autre personne, elle a soudain envie de vomir. Ce n'est pas simplement l'habituelle peur de se prendre un couteau dans le dos qui la meut, mais un réel. Dégoût. Comme une nausée soudaine. Ce n'est pas normal. Oh ma Leliel c'était vraiment du poison. Sur cette pensée elle se retourne vers ses gardes distraits.

▬ AH ! JE LE SAVAIS ! J'AVAIS RAISON.

Ils se regardent, consternés. Elle réalise es implications et met sa tête entre ses mains alors que sa vision revient doucement.

▬ Par Leliel j'avais raison quelle horreur.

Elle attrape le poignet de la criminel. Puis le relâche immédiatement en prenant une grande inspiration et en criant encore. Soit il s'agit de poison présent dans le verre dès le début et sa maladresse à sauvé la jeune fille en la condamnant à la place, soit c'était délibéré.

▬ La mort ne me fait pas peur. Mais vous allez devoir répondre de vos actes. Veuillez me suivre j'ai des questions à vous poser.

Une garde décide enfin de se lever et pose sa main sur l'épaule de l'Eternelle blonde, qui le dégage presque aussi rapidement.

▬ Êtes-vous.... Ivre ? En ayant juste reçu un verre sur le visage ? Vraiment ? Vous tenez à ce point mal la boisson ?

▬ Mais non, imbécile, la boisson est...

Quelqu'un passe, fou, comme poursuivi par des illusions. Elle marque une pause. Elle baisse les yeux sur le verre de sa collègue. Puis sur elle. Puis sur son verre.

▬ Nous sommes tous morts.... Non. NON.

Elle donne un violent coup dans le verre du collègue, puis de celle qui l'a arrosé. Les deux ont un costume crème et rouge. Laquelle est une garde déjà ? Elle a oublié. Pas le temps. Elle attrape le bras d'Althea, suffisamment longtemps pour que cette dernière se sente obligée de la suivre et la relâche quand elle sur le point de vomir en lâchant un "brrrrrurgh".

▬ Dépêchons. Il y a du poison dans la boisson. Clairement quelque chose ne va pas. J'ignore combien de verres sont infectés. Nous devons nous en débarrasser sur le champ avant que chaque humain et chaque Éternel dans cette ville ne meure.

Si elle devait mourir ce soir elle sauverait un maximum d'innocents avant.





#dramaqueen.
(pour une fois qu'elle a -plus ou moins - raison)
son costume à ceci mais avec un masque complet pour les yeux.
anonymat est ok.




Face the wind's bitter fingers
Shadows as the night falls
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/
http://magmell.forumactif.com/t830-eryen-my-love-my-life-is-poison-to-me
avatar
La divinité
Divinité des Eternels, incarnation de la pureté, asexué
312
16/09/2016
Enkidu - Fate
Chupp
PNJ
Mini image : La divinité

Description du personnage : Divinité des Eternels, incarnation de la pureté, asexué

Messages : 312

Date d'inscription : 16/09/2016


Avatar : Enkidu - Fate

Crédits : Chupp




Ven 13 Oct - 14:53
Le membre 'Eryen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Fête de l'automne' :
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
floof
bark bark
15
29/08/2017
Fenrir (Shingeki no Bahamut)
luca ♥
Commerçant
Commerçant
Mini image : floof

Description du personnage : bark bark

Messages : 15

Date d'inscription : 29/08/2017


Avatar : Fenrir (Shingeki no Bahamut)

Crédits : luca ♥




Sam 14 Oct - 0:39


« le carnaval de l'automne »

ça gigote, ça s'agitte
ça blablatte, ça dynamite

Tout les clients du Relais ne parlaient que de ça depuis une bonne semaine. Le fameux carnaval du début de l'automne approchait à grands pas, et les Artistes s'affairaient déjà aux préparations. Raksha n'écoutait que d'une oreille, mais elle savait qu'elle s'y rendrait. Elle appréciait les célébrations. Elle aimait voir tout Andraste se mêler et se mélanger, s'effacer au profit des costumes aux couleurs vives. Et puis ça lui plaisait assez, comme principe. Pendant le carnaval, tout n'était plus qu'apparences – mais les apparences ne signifiaient plus rien. C'étaient les individus eux-mêmes qui s'exprimaient, qui riaient sous masque, qui interagissaient sans se reconnaître. Elle était persuadée que c'était une célébration de dialogues à coeurs ouverts, et que c'était l'occasion où jamais pour rencontrer les gens.

Alors, quand enfin le premier jour de l'automne arriva, l'animalerie garda exceptionnellement ses portes closes. Raksha passa le début de la journée à flâner dans les rues de la capitale, étonnamment guillerette, à s'amuser de ces décorations colorées, de cette atmosphère d'échange festive. Certaines traditions telles que celle-ci avaient le pouvoir de faire ressortir une part d'elle qu'elle avait comme perdue au fil des années. Une ancienne Raksha, retrouvée au fond de vieux souvenirs, trouble et effacée. Une jeune Raksha en robes de prêtresse, encore si fraîche et naïve. Elle l'était toujours, pourtant, mais plus de la même façon. Elle avait ôté ses robes, détournée des enseignements construits, pour ouvrir son âme à quelque chose de plus grand, de spirituel. Elle, la bête sauvage, elle qui ne maîtrisait pas l'art du beau langage –

elle était
spirituelle

à sa propre façon.



Mais le carnaval la ramenait à cette période de sa vie qui appartenait encore à l'enfance, quand elle faisait encore partie du Culte et que les rituels rythmaient sa vie – et toute perspective d'avenir.

Elle parlait toujours peu, mais elle se montrait étrangement avenante. Pour célébrer la gloire de Leliel avec tous, et la magie du cycle saisonnier et de l'écoule du temps, concept si distant aux yeux des immortels comme elle qui n'en ressentaient pas le poids, et qui regardaients ses manifestations, son emprise sur le reste des choses de ce monde, comme une sorte de tour de magie, fabuleux autant que distrayant. Elle célébrait la cité d'Andraste, réunie autour de quelques verres, dans la plus grande simplicité. Elle fit même l'effort de se joindre à eux, pour l'occasion.

Puis, en début d'après-midi, elle se rendit à la Comédie, où elle flâna de plus belle, attendant son tour pour se changer.

Elle revêtit la cape blanche gracieusement prêtée pour la soirée.

Et à 18h, elle se fondait dans la foule pour l'ouverture du grand carnaval.

Elle s'en amusa quelques instants, admirant les costumes, émettant des hypothèses sur les individus qui se cachaient sous les masques et les tissus. C'était un jeu amusant, dans lequel tout était possible. Les idées les plus folles, aussi sensées que les autres ! Peut-être que celle-ci était secrètement l'hôtesse du Relais. Peut-être que Ramiel en personne se mêlait à son peuple, sous le nez de tous. Chacun d'entre eux pouvait même être quelque dangereux criminel !

Après s'être suffisamment amusée, Raksha décida de changer de rythme. Elle s'approcha d'un vendeur, auprès duquel elle commanda un cocktail spécial à base de citroile. Elle trinqua avec le vendeur, puis se tourna vers une femme en magnifique robe blanche au corset fleuri qui se tenait non loin, dissimulée sous un masque blanc et or, un verre à la main ; et Raksha leva son verre en s'adressant à l'inconnue, pour lui présenter, de façon un peu bourrue, ses voeux pour l'automne.

Elle glissa alors la main tenant son verre sous la longue cape blanche, et engloutit le breuvage. Elle se lécha les babines tandis que sa main ressortait de dessous le tissus en tenant un verre vide. Elle aimait le goût sucré du citroile. Mais la boisson semblait lui avoir donné faim. Faim de quelque chose de spécial, quelque chose sur lequel elle ne parvenait pas vraiment à mettre la patte. Elle passa sa langue sur ses crocs, sans comprendre cette insolite envie qui se faisait soudain sentir. Elle se tourna vers sa nouvelle compagne de boisson, l'observant quelques instants, et conclut à l'absence de petit sac de toile rouge qu'il devait s'agir d'une Éternelle.

« C'est sympa, hein ? »



à savoir ;   raksha va au carnaval déguisée avec le déguisement fourni gracieusement par les Artistes. Au bout d'un moment, elle prend un verre au même endroit que @Celaeno et trinque avec elle. Elle boit son cocktail, qui a été mélange à une potion carnivore, et commence à avoir envie de viande (mais elle n'en a encore jamais mangé donc elle sait pas trop ce que c'est pour le moment).
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t611-creatures-yes-we-are-t-e-r-m-i-n-e#4196
http://magmell.forumactif.com/
avatar
La divinité
Divinité des Eternels, incarnation de la pureté, asexué
312
16/09/2016
Enkidu - Fate
Chupp
PNJ
Mini image : La divinité

Description du personnage : Divinité des Eternels, incarnation de la pureté, asexué

Messages : 312

Date d'inscription : 16/09/2016


Avatar : Enkidu - Fate

Crédits : Chupp




Sam 14 Oct - 0:39
Le membre 'Raksha' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Fête de l'automne' :
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aksel en résumé c'est un gentil garçon, toujours là pour les autres, les écouter ou les protéger, c'est une sorte de leader naturel. Il est souriant, toujours de bonne humeur, assez bruyant, beaucoup plus sportif qu'intellectuel. C'est une tête brûlée aussi et un casse-cou. Finalement il ne parle que très peu de lui, de son passé ou des choses qui le touchent personnellement.
Arrivé sur Mag Mell très récemment, Aksel est à la recherche de sa petite sœur, disparue il y a 7 ans... Il est persuadé qu'elle se trouve quelque part en ce vaste monde.
593
03/04/2017
Taichi Yagami - Digimon
Lulupiuw ♥
Humain
Mini image :

Description du personnage : Aksel en résumé c'est un gentil garçon, toujours là pour les autres, les écouter ou les protéger, c'est une sorte de leader naturel. Il est souriant, toujours de bonne humeur, assez bruyant, beaucoup plus sportif qu'intellectuel. C'est une tête brûlée aussi et un casse-cou. Finalement il ne parle que très peu de lui, de son passé ou des choses qui le touchent personnellement.
Arrivé sur Mag Mell très récemment, Aksel est à la recherche de sa petite sœur, disparue il y a 7 ans... Il est persuadé qu'elle se trouve quelque part en ce vaste monde.

Messages : 593

Date d'inscription : 03/04/2017


Avatar : Taichi Yagami - Digimon

Crédits : Lulupiuw ♥




Jeu 19 Oct - 13:59



quel goût ça a, un grelinot ?
event commun
En buvant sa boisson, le jeune homme reconnut le parfum étrangement familier de la pommeline, avec sa douce saveur caramélisée. Cependant le reste des ingrédients lui demeura inconnu. Une fois son cocktail termine, son ventre le tirailla ? De faim ? Cela tombait bien, il avait prévu le coup et amena à sa bouche le petit gâteau qu’il s'était procuré. Seulement dès sa première bouchée, il tira la grimace. Son palais n’avait pas envie de sucré, pas du tout. Il voulait goûter à quelque chose de plus… saignant.

Il se rendit alors compte qu’il avait envie de viande. D’un gros morceau de steak bien juteux. Mais pourquoi maintenant ? Pourquoi maintenant qu’il se trouvait dans la seule ville ou en trouver relever autant du miracle que du blasphème.

Il rangea le gâteau qu’il avait entamé dans un petit tissu et le glissa dans une de ses poches pour plus tard. Ce n’est pas parce qu’il ne pouvait en avaler un morceau de plus pour le moment qu’il allait gâcher de la nourriture. La masse sombre qu’il était se leva alors et il avança au hasard des rues. Il observait les échoppes en espérant y voir un gros morceau d’une viande bien rouge. De la draloutre ou du fluffton, il accepterait n’importe quoi. À cette pensée il essaya de se réprimer, ce n’est pas avec ces idées-là qu’il allait arranger les choses avec la bergère. En pourtant… Qu’est ce qu’il donnerait pour avoir sous la dent une petite cuisse de mouton volant… Bien tendre… Bien juteuse…

Mais le masqué ne trouvait rien dans les étals pour répondre à son envie. Il avait parcouru les rues principales, jetant à peine un coup d’oeil aux petits spectacles de rue devant lesquels il passait. À un moment il passa même sous un groupe de grelinots et l’espace d’un instant il se demanda s’il ne pouvait pas en attraper un pour le faire rôtir grâce à ses flammes. Malgré la salive qui perlait au coin de ses lèvres, il se ressaisit. Non, il ne pouvait clairement pas faire ça.

Ses pas finirent par le mener loin de l’agitation. Il avait probablement quitté le quartier riche sans reellement s’en rendre compte, se contentant d’arpenter les rues à la recherche du saint graal. Il commençait à perdre espoir lorsqu’au détour d’une ruelle, il tomba sur une modeste échoppe à la vitrine détonante dans ce monde végétarien. De beaux morceaux de viande venait y exhiber leurs courbes saignantes dans une exposition allechante.

Le coeur du brun ne fit qu’un bon. Il se précipita vers la porte d'entrée. Fermée. Evidemment le gérant avait du s’absenter pour participer aux festivités… La déception se fit sentir dans le corps du jeune homme, il se laissa glisser le long de la porte tout en poussant un soupir d'exaspération. Il était si proche du but. Et il n’y avait aucune chance pour qu’il trouve une autre boutique dans le quartier correspondant à ses critères particuliers. Il se souvenait du hola général qu’il avait provoqué à ses débuts dans Andraste lorsqu’il avait ramené un plat à base de viande et avait essayé de le vendre dans le quartier populaire, un jour de grande affluence. Il s’était même retrouvé convoqué par l’Administration pour “atteinte aux bonnes moeurs” et n’avait pu échapper à la sévère amende à laquelle on le condamnait uniquement grâce à la guilde de soutien des humains qui s'était chargé de défendre son cas en plaidant son ignorance des règles de ce nouveau monde.

Il soupira de nouveau. C'était un miracle qu’une telle boutique trouve sa place ici. Cependant, la boucherie était bien cachée. C'était une petite échoppe discrète dans une rue plutôt calme.

Déserte d’ailleurs aujourd’hui… Le jeune homme se releva. Il n’allait pas abandonner.

Il vérifia que personne ne se trouvait à proximité, ramassa un pavé mal fixé et l’envoya sur un des carreaux de la vitre qui se brisa en grand fracas. Il ne s’attendait pas à un tel vacarme et prit peur mais personne ne semblait être aux alentours et personne ne vint.

Un sourire se dessina alors finalement sur les lèvres du jeune homme. Il passa sa main par l’ouverture et se saisit d’un morceau de viande qu’il commença à déguster tranquillement, s’asseyant devant la boutique à la vitre cassée. Quel soulagement ressentait-il à sentir sous ses dents cette tendre chair saignante.

Pendant qu’il mangeait son encas de carnivore, il commença à se poser des questions sur son comportement. Il avait tout de même brisé le carreau d’une boutique pour consciemment voler un morceau de viande uniquement pour satisfaire son étrange et subite envie… Enfin, il verrait tout cela plus tard. Au mieux, il pourrait toujours laisser un peu d’argent pour la réparation et le vol… Mais pour le moment rien ne pourrait le distraire de sa dégustation.

À part peut être ce petit fantôme au bout de la rue.

À sa vue, le malfrat sursauta puis reconnut le costume “de base” que fournissait les Artistes et qu’il avait déjà croisé tout au long de la soirée. Il crut un instant que l'étranger allait prévenir les gardes mais il n’en fit rien. Il se rapprocha et fixa longuement le morceau de viande qu’il tenait en main.

Se pourrait-il que… ?

Le généreux voleur récupéra un autre morceau de viande crue et le tendit au fantôme.

▬ Tu en veux ?



HRP:
 


Aksel Sørensen
Un sourire sur les lèvres
Chupp / Admin
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t84-we-can-t-rewind-now-we-ve-gone-too-far-o-aksel-srensen
http://magmell.forumactif.com/t819-aksel-srensen-o-be-brave
avatar
160*80 me semblent de chouettes dimensions
Max[i]mal & Minnie[mal]

Mx est androgyne et grimace timidement quand on le traite comme un gaillard ou une fillette.
Mx veut être astronaute des pixels quand il sera grand. Et aussi créateur d'univers. Pour l'instant, il crée juste de jolis tableaux pixelisés sur Terre et les montre aux Éternels.

Au fait, il est copain avec un woofloof bleu.
163
26/06/2017
Frisk - Undertale
Lio
Humain
Humain
Mini image : 160*80 me semblent de chouettes dimensions

Description du personnage : Max[i]mal & Minnie[mal]

Mx est androgyne et grimace timidement quand on le traite comme un gaillard ou une fillette.
Mx veut être astronaute des pixels quand il sera grand. Et aussi créateur d'univers. Pour l'instant, il crée juste de jolis tableaux pixelisés sur Terre et les montre aux Éternels.

Au fait, il est copain avec un woofloof bleu.

Messages : 163

Date d'inscription : 26/06/2017


Avatar : Frisk - Undertale

Crédits : Lio




Sam 21 Oct - 1:29


icon
les corbeaux fondent sur l'épouvantail et par leur nombre l'attaquent et croissent de rire alors que l'habite l'épouvante


Ça l'embête d'être différent.
Parce que le carnaval, ça a assurément quelque chose de chouette.
Les gens sont contents, enfin il croit. Il a du mal à le comprendre dans les cris stridents qu'ils poussent, seuls indices qui lui parviennent dans cette foule de couleurs aux silhouettes indéfinies et aux visages masqués.
Ça l'embête d'avoir peur.
Peur que la masse trop nombreuse l'étouffe et l'asphyxie.
Peur que le bruit, malgré ses bouchons d'oreille, viennent planter des aiguilles dans son cœur.
Peur de ne reconnaître personne et d'être seul, désespérément seul, jusqu'à la toute fin de la soirée.
Peur que son corps l'abandonne sous trop de stimulation et d'agitation en ce carnaval qui bat son plein.
Pourquoi est-il né différent ? Pourquoi ne supporte-t-il pas ce que tout le monde apprécie ?
Ça l'embête tellement... Car ce soir, comme tous les ans à la même période, il voudrait bien s'amuser.

Alors il tente. Il a pensé à y aller sans le moindre déguisement, enfreignant la règle de l'anonymat mais capable d'échapper aux gardes grâce à son pouvoir. Mais l'année dernière, ça s'est très mal passé. Les deux années d'avant, il n'y est simplement pas allé.
Déguisé alors ? Il déteste les déguisements trop fournis, trop lourds avec trop d'accessoires, de tissu ou de plastique. Déteste l'enfermement des casques et l'oppression des masques. Pourtant, il doit se déguiser.
Il a trouvé en quoi.

Si bien que vers 19h débarque au quartier un épouvantail portant un sac à dos (qui fait partie intégrante du déguisement) et doté d'une citrouille protégée par un grand chapeau de toile en guise de tête. Mignon saupoudré d'un peu de creepy, il déambule dans les rues en évitant les plus affluentes. Il doit prendre des détours pour contourner des attroupements autour de danses de rues et prend soin d'ignorer les stands où sont vendues pour l'occasion de nombreuses babioles colorées et complètement inutiles même sur le moment.

Un épouvantail peu avenant qui vagabonde loin des foules, dans les rues les plus étroites du quartier riche.
Puis l'épouvantail jaillit dans une large allée très fréquentée. Ses épaules se soulèvent dans une inspiration exagérée. Par réflexe, il appuie sur ses bouchons en cire afin de vérifier qu'ils sont bien enfoncés — il sait qu'ils le sont. Puis il serre les poings jusqu'à s'enfoncer les ongles dans les paumes.
Tu peux le faire.
Tu peux le faire.
Au minimum... Juste jusqu'au stand le plus proche dont tu arrives à apercevoir le voile.
Tu peux le faire.
Cela prendra trente pas tout au plus.
Trente pas dans la foule.
Quinze aller, quinze retour.
Tu peux le faire.
Tu peux... ce minimum.

Il se lance. L'épouvantail donne des coups de coudes pour pousser les gens plus vite. Peu avenant, peu poli, il avance à grand-peine en poussant de fortes respirations. Il atteint finalement le stand en zigzagant et s'aperçoit qu'il ne reste que six boissons avant que le marchant n'installe les nouvelles qui sont entreposées dans les cartons derrière lui. Mais l'épouvantail ne veut pas rester au milieu des corbeaux si longtemps. Leur cacophonie l'angoissent, il en perd la langue — de toute façon un épouvantail ça ne parle pas. Alors il attend que le marchant le remarque.
Les boissons s'en vont... Il en reste cinq.
Quatre...
Oh, trois.
Deux, quelle horreur !
Au secours...
Oh mon mignon, t'en veux une ?
Oui oui oui il en veut ! Il hoche la tête et désigne la vert fluo, la trouvant plus avenante que la rouge sanguine. Il sort des pièces de ses poches et compte la monnaie avec précipitation avant de la poser directement sur la table, prendre son verre et s'enfuir littéralement.

L'épouvantail épouvanté.
Quelle ironie !

Il lui a fallu une cinquantaine de pas en tout. Il a fait bien trop de surplace, incapable de tenir en place, pendant que la masse s'entassait devant lui, refusant catégoriquement de le laisser passer. Alors il a poussé, fort, tout en protégeant son verre, et il a fini par se libérer de l'emprise de la foule. Enfin !

L'épouvantail s'engouffre de nouveau dans les coins reculés. Haletant, il fouille dans une autre poche de sa main libre et en sort sa boule de stress en mousse. Il la serre fort fort. Il déambule, dans des virages de moins en moins fréquentés, où les artistes s'espacent pour ne bientôt plus fouler le pavé. Ainsi isolé, il soupire longuement. Puis, se calmant doucement, il porte son verre sous ses narines pour en renifler l'odeur. C'est sucré, probablement pas alcoolisé — encore heureux — mais il ne discerne pas les différents parfums.
Pendant qu'il se concentre pour les deviner, il aperçoit un bout de table dans un coin qu'il n'avait pas aperçue auparavant. Il fronce des sourcils sous sa face de citrouille ; il aurait pu s'épargner l'angoisse de la foule en choisissant une boisson ici plutôt que sur l'autre stand ! À côté de la table, un petit sorcier... un Vivi ? Oui, c'est bien Vivi, de final fantasy, il reconnaît la référence. Vivi titube, il a l'air d'aller mal, alors l'épouvantail se rapproche de lui, son verre à la main, et s'aperçoit que Vivi souffle fort.
B-bouh ! hésite-t-il. Tu as couru ?
Il remarque le sac rouge qu'il a refusé de prendre pour sa part. C'est un petit humain — plus petit que lui, c'est pas commun !

L'épouvantail a dit bouh au petit humain soupirant. Il lui a fait peur, c'est sûr ! C'est un épouvantail après tout.
Et d'avaler une première gorgée de sa boisson, interrompue par la réaction d'un Vivi sans assurance.


--------------------------------------------------

  • Le gamin est donc déguisé en épouvantail grâce aux éléments suivants : vêtements, chapeau, maquillage
  • Il a déambulé dans tout le quartier avant de retrouver un Vivi et de l'aborder fort maladroitement.
  • Il a commencé à boire une boisson empoisonnée !
  • Et la règle de l'anonymat a été respectée **




Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t362-pixels-astronaut
http://magmell.forumactif.com/
avatar
La divinité
Divinité des Eternels, incarnation de la pureté, asexué
312
16/09/2016
Enkidu - Fate
Chupp
PNJ
Mini image : La divinité

Description du personnage : Divinité des Eternels, incarnation de la pureté, asexué

Messages : 312

Date d'inscription : 16/09/2016


Avatar : Enkidu - Fate

Crédits : Chupp




Sam 21 Oct - 1:29
Le membre 'Mx' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Fête de l'automne' :
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
lorem ipsum
115
29/06/2017
-
Scientifique
Scientifique
Mini image :

Description du personnage : lorem ipsum

Messages : 115

Date d'inscription : 29/06/2017


Crédits : -




Sam 21 Oct - 23:58
Même s'il se sent bien éloigné de la culture éternelle, cette fête-là reste très importante à ses yeux. Pendant une journée, il disparaît du refuge et n'y réapparaît que le lendemain. Tous ses employés savent qu'ils ne le trouveront pas aujourd'hui, quelle que soit la gravité de ce qui les amène. Rien que pour un jour, il devient quelqu'un d'autre. Les responsabilités disparaissent quand il revêt son costume de lapu. De toute façon, rien ne peut mal se passer lors des festivités. Chacun y participe dans la joie et la bonne humeur et si un accident arrive, les témoins s'en chargeront. Comme humains et éternels se mêlent, même une blessure jusqu'au sang n'empêcherait pas le malheureux d'être secouru. Libéré de tous ses soucis du quotidien, il arpente les rues. Pour tout échange, il adopte sa voix de tête. Il ne la maîtrise pas bien pour chanter mais cela suffit largement pour s'exprimer de manière intelligible. Ainsi, personne ne reconnaîtra son timbre. Seule sa taille donne un indice sur la personne qui se cache dans le costume. Les couleurs peuvent éventuellement aider, puisque son déguisement est bleu, marron et blanc. Ces couleurs font partie de celles qu'il affectionne et porte souvent.

Si son identité doit rester secrète, il n'hésite pas à tenter de démasquer les autres. Aussi, dès que le bâtiment de la Comédie se transforme en vestiaire, il se met à rôder autour. Des gens entrent et sortent méconnaissables. Lui tente d'associer chaque masque à un nom. L'exercice lui plaît. Il analysera plus tard les similitudes trop légères pour lui sauter aux yeux. Les sacs en tissu donnent un indice suffisant pour qu'il porte son attention sur chaque humain qui ressort du bâtiment. Il reste planté là pendant des heures, à observer les va-et-vient. La scène en a mis plus d'un mal à l'aise. Après tout, se faire examiner par un lapu trop grand qui ne dit rien et dont on ne voit ni les yeux, ni la bouche, perturberait n'importe qui. Lui ne s'en rend pas compte et ne comprend pas les quelques regards perplexes qui se sont posés sur lui. Il s'agit là d'une activité dont il a l'habitude de toute façon. Le temps passe trop vite et déjà le soleil se couche. Le carnaval commence mais lui ne s'y rend pas tout de suite. Sa ponctualité trop précise représenterait un trop gros indice. Il attend alors et arrive très précisément là-bas à 18h23. En retard par rapport à l'heure de début, il respecte cependant l'horaire qu'il avait choisi à la minute près.

Une fois arrivé, il ne parle à personne. Les voix fusent, il les enregistre. Ceux dont il suspectait la véritable identité ne tardent pas à utiliser les voix qu'il connaît si bien. Un sourire étire ses lèvres et lui se contente de se rapprocher du buffet. Comme chaque année, il a décidé d'apprécier sa soirée alors il saisit une boisson en vue de la boire. Son costume le gêne donc il se met en retrait, contre un mur pour soulever légèrement la tête. Seule sa bouche apparaît et il engloutit le verre. Ceci fait, il replace la tête comme elle devrait l'être et finit par se joindre à une conversation qui se déroule près de lui.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t404-shadows-settle-on-a-place-that-you-left-carroll-fini
http://magmell.forumactif.com/
avatar
La divinité
Divinité des Eternels, incarnation de la pureté, asexué
312
16/09/2016
Enkidu - Fate
Chupp
PNJ
Mini image : La divinité

Description du personnage : Divinité des Eternels, incarnation de la pureté, asexué

Messages : 312

Date d'inscription : 16/09/2016


Avatar : Enkidu - Fate

Crédits : Chupp




Sam 21 Oct - 23:58
Le membre 'Carroll' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Fête de l'automne' :
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Althea, éternelle de type mimi et fluffy qui ne ferait pas de mal à une mouche. Guérit qui veut. Aime ses bb plantes. Friend ?
62
19/08/2017
Cardia - Code: Realize
Moi-même ♥
Scientifique
Scientifique
Mini image :

Description du personnage : Althea, éternelle de type mimi et fluffy qui ne ferait pas de mal à une mouche. Guérit qui veut. Aime ses bb plantes. Friend ?

Messages : 62

Date d'inscription : 19/08/2017


Avatar : Cardia - Code: Realize

Crédits : Moi-même ♥




Lun 23 Oct - 16:37
Carnaval de l'Automne
ft. les participants Quartier riche
@Eryen

La belle demoiselle vêtue de rouge tenta de s’approcher plus calmement de la pauvre inconnue qui venait de se faire asperger le visage. Suite à un petit cri de surprise fort charmant, la blonde se mit à tousser et s’essuya vivement les yeux, furieuse. La brunette culpabilisait énormément et sentait la nervosité lui pesait sur l’estomac. Tentant de rester calme, elle essaya d’aider la blonde à s’asseoir… En vain, bien entendu.

Habillée de beaux vêtements aux teintes turquoise, la demoiselle s'égosilla d’un “Je le savais !”, ce qui eut pour effet de surprendre bon nombre d’individus autour des deux Éternelles. Les yeux ronds comme des billes, la belle demoiselle ne comprit pas où son interlocutrice voulait en venir. Muette par la surprise, elle ne parvint pas à poser la question qui lui chatouillait la gorge depuis que sa maladresse s’était manifestée. Malgré la confusion qui la paralysait, Althea était certaine d’une chose : elle était tombée sur la mauvaise personne et allait passer un sale quart d’heure. Cette fameuse personne ne se fit pas prier et agrippa soudainement le poignée d’Althea pour la forcer à la suivre.

Du point de vue de la brunette, cette Éternelle qu’elle ne connaissait point divaguait beaucoup. Elle se sentait responsable de son état et se mordit la lèvre inférieure, honteuse à cette pensée.

Une personne déguisée tenta de stopper les deux femmes, mais se fit immédiatement rejetée. La blondinette continua de crier à tout va. Une sanction, du poison, des morts… A ce rythme, elle allait réellement faire peur aux autres convives et provoquer un mouvement de foule. Elles qui se trouvaient au milieu de tout ce chahut, elles risquaient gros. Sans oublier les quelques cas étranges qui commençaient à se manifester de part et d’autres… Etait-ce vraiment l’effervescence de la fête ou bien… Des boissons droguées comme le supposait la blondinette ?

Althea profita de l’instant où on lui lâcha enfin le bras pour pouvoir s’exprimer. La pauvre demoiselle en face d’elle semblait révoltée et nauséeuse. La jeune botaniste avait pitié d’elle… Mais la sympathie et le calme étaient ses maîtres mots, notamment dans des situations où la confusion était reine.

- Je vous en prie, calmez-vous et réfléchissons un peu avant d’agir. Faire peur à tout le monde ne fera pas avancer les choses et de plus, s’il y avait un poison mortel dans l’une de ces boissons, on verrait déjà un bon nombre de corps inertes et la fête ne se porterait pas aussi bien. Je ne dis pas que vous avez tort ! Ces boissons méritent d’être suspectes, maintenant que vous en parlez…

Ne voulant pas laisser la rage de son interlocutrice prendre le dessus, Althea s’empressa de continuer, tout en s’approchant doucement de la blondinette d’un pas mal assuré.

- Je suis vraiment navrée, mon nom est Althea, je suis botaniste et guérisseuse. Permettez-moi de vous aider ou ne serait-ce que de réparer mon erreur. Une fois en meilleure forme, vous serez plus efficace dans votre mission de sauvetage. Tout d’abord, avez-vous mal à l’estomac ?

L’Éternelle pensait lui proposer un remède rapide à base de quelques plantes qu’elle avait soigneusement placées dans son sac. Malheureusement, elle venait de le perdre… Quelle ironie du sort... Althea dut se résoudre à passer au plan B et retira l’un de ses gants.

- En me concentrant je peux aider votre système immunitaire à neutraliser le poison pour qu’il devienne inoffensif. Je dois juste vous toucher le ventre et me concentrer. Ca ne prendra qu’une petite minute. J’ai juste besoin de votre accord.

Althea tenta tant bien que mal d’esquisser un sourire rassurant et doux. Peut-être allait-elle arriver à se calmer. Le mieux serait que ses hommes de mains ne commence à enquêter sur ces mystérieuses boissons. Si cela pouvait lui traverser l’esprit...



@DDS


HRP:
 
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t567-la-soupe-aux-epinards-c-est-bon-pour-la-peau-et-les-yeux-fini
http://magmell.forumactif.com/t588-petit-carnet-d-une-certaine-althea#3977
avatar
♥️
16
20/10/2017
Yuzuriha Inori, Guilty Crown
Luca
Artiste
Artiste
Mini image :

Description du personnage :
♥️

Messages : 16

Date d'inscription : 20/10/2017


Avatar : Yuzuriha Inori, Guilty Crown

Crédits : Luca




Mer 25 Oct - 20:33


“It’s strange, isn’t it? How your heart burns… and burns… and suddenly turns to ice.”

La semaine avait été chargée. Oh, c'était comme une énorme commande que tout les couturiers d'Andraste avait reçue. Comme chaque année, il fallait colorer et décorer une ville pour la sortir de sa léthargie. On pouvait ressortir les vieux tissus de l'année dernière, mais la plupart des artistes tenaient absolument confectionner des nouveautés. La demoiselle se donnait à cœur joie de donner vie aux patrons qu'elle recevait, de broder des motifs inédits sur de souples banderoles et de faire plein de nouveaux pompons de toutes les couleurs à accrocher aux arbres. En parallèle, elle œuvra sur deux ou trois guirlandes de petites grues en papier sur lesquelles elle apposa le parfum sucré du litchi. Elle travailla ainsi toute la semaine, sans se donner du congé, avec toute la volonté qu'elle n'avait pas fournie sur Terre.
Et puis, avec des collègues Artistes, elle avait aidé à accrocher les banderoles, habiller les arbres et orner les barrières tandis que chaque habitant y mettait de sa petite patte. Un humain avait accroché une guirlande lumineuse sur son balcon, reliée à une batterie qui n'attendait que la nuit pour se mettre en marche ; des botanistes avaient mis sur les leurs des pots de fleurs les plus colorées qu'ils avaient fait entretenues pendant l'été dans le micro-climat du Parc, et quelqu'un avait même fait un graffiti sur un mur pendant la nuit. Tout le monde avait participé à sa façon et, pendant la semaine du festival, le quartier ressemblait à un joyeux cadavre exquis où chacun pouvait pointer sa part du doigt.

Elle en sourit.

Le jour du carnaval, elle s'est costumée un peu en avance et a fait un détour par les jardins du temple avant de finalement arriver au quartier riche vers 18h30 selon sa montre à gousset, tout déguisée, maquillée, méconnaissable.
Telles deux perles azurées, ses yeux sont encerclés d'un bleu profond délimité par des perles. Ses lèvres céruléennes sont striées de lignes tout aussi noires que les ombres qui creusent ses joues et donne à son visage une forme de crâne. La frange coiffée sur le côté de ses cheveux bleu nuit noués en un chignon rapide montre la part de front où est peinte une sombre toile d'araignée. Elle s'est vêtue léger pour cette année, d'un bustier entièrement fait main où sont brodées des fleurs couleur givre qui se marient sans conteste avec sa jupe irrégulière. L'ensemble de sa tenue est complétée d'une grande cape blanche à capuche faite d'un tissu léger, voilé, transparent, mettant en avant la pâleur de sa peau et la finesse de son corps où l'on remarque la silhouette visible de quelques os. Elle a choisi pour l'occasion de porter des sandales légères dont les lianes argentées sont nouées tout autour de ses chevilles jusqu'à mi-mollet. Enfin, elle porte sous le coude un sac blanc couvert de dentelles dans lequel se cache un anima dont le déguisement de lutin ne profitera à personne.
L'ensemble lui donne un air aussi pur qu'indomptable. Ses deux pupilles claires transpercent d'un regard au fort caractère. Son corps filiforme se meut d'une grâce naturelle. Ses clavicules saillantes s'assument sans problème et ses jambes fines la portent avec fierté. De sa démarche, son attitude, sans contexte transparait une grande force morale et un caractère entier. C'est ainsi que l'on voit qu'elle n'est pas seulement une jolie jeune femme au minois adorable et aux paroles avenantes. Elle ne vit pas pour plaire aux autres, comme on le croit parfois tant elle semble flirter, mais pour se plaire elle-même. Son existence lui appartient et personne ne doit lui dicter son être ou son devenir. Libre, la demoiselle, malgré sa naïveté, libre d'être heureuse de rien et de ne pas chercher loin, libre de rêver d'une belle journée plutôt que d'un riche avenir. Libre de vivre au jour le jour, de changer d'avis, d'aimer puis rejeter, d'être inconsistante et de ne rien promettre. Chaque jour est un pas d'une danse improvisée dans laquelle elle évolue légère comme l'air.
Ainsi mettant en avant la froideur de son caractère, personne ne saurait reconnaître la délicate humaine — encore faudrait-il la saisir une première fois.

Ainsi parée, elle rentre dans le quartier et reconnaît très vite certains des troubadours dans la rue. Elle fait le tour, s'arrête plusieurs fois pour assister à une danse ou écouter une chanson, inspirant à grande goulées les multiples odeurs qui se mêlent dans les airs. Elle tient d'abord à faire un premier tour rapide avant de jeter son dévolu sur un stand d'encas tous à l'apparence plus délicieuse les uns que les autres. Sortant une jolie petite bourse de velours de son sac, elle tient d'abord à croquer dans un des délicieux petits gâteaux. Aaaah la voilà surprise par son coulis de fruits qu'elle n'attendait pas ! Elle hoche la tête et en demande trois autres au marchand, qu'elle paiera avec un pourboire. « Gardez la monnaie ! » dit-elle avant de s'éloigner. Elle gardera ses petits gâteaux pour plus tard mais finit celui qu'elle a entamé. Elle passe devant une de ses guirlandes de petites grues et doit malheureusement s'approcher largement de celle-ci pour en discerner le parfum à travers les trop nombreuses odeurs qui se bousculent de tous les côtés. Mais ce n'est pas grave, il résiste et c'est l'essentiel. Enfin, elle s'arrête devant des nombreux stands de boissons. Ses yeux se posent aussitôt sur le seul liquide clair comme le cristal qui se perd au milieu des breuvages de toutes les couleurs. Elle en saisit le récipient délicatement et renifle le breuvage. Oooooh elle reconnaît les effluves alcoolisées qui en émanent. « Je voudrais ce verre s'il vous plaît ! » Elle tend quelques pièces au vendeur puis repart, son achat en main. Elle s'éloigne alors quelque peu du plus gros de la foule, soucieuse de ne pas renverser son précieux nectar, puis finit par s'installer sur une petite terrasse presque comblée, plus précisément à une table occupée par quelqu'un de seul vêtu du costume générique du carnaval. « Puis-je ? » demande-t-elle avant de s'installer sans attendre son accord — réduites sont les chances qu'on lui réponde « non j'attends quelqu'un » dans ce bal masqué géant.

— Plusieurs éléments du costume de la demoiselle : www, www, www, www + description dans la première moitié du deuxième paragraphe
— Bonus anonymat rempli !
— Elle a pris une boisson claire comme le cristal mais n'a pas encore bu dedans
— Elle s'est assise sur une terrasse à côté d'un @Roger fort émotif sans avoir attendu sa permission... Quelle réaction va-t-il avoir ?



Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t831-opales-neons-de-la-vivace-ataraxie
avatar
Compte pouvant jouer les différents PNJ du forum
84
16/12/2016
Mystère
PNJ
Mini image :

Description du personnage : Compte pouvant jouer les différents PNJ du forum

Messages : 84

Date d'inscription : 16/12/2016


Avatar : Mystère




Mar 31 Oct - 23:58
Le carnaval de l'automne
Cela fait maintenant plusieurs heures que la fête bat son plein. Désormais la rumeur s'est répandue que toutes les boissons avaient été mélangées avec des potions de Belladonna, ces dernières ayant fait de nombreuses victimes. Entraînant certains à commettre de petits délits et d'autres à se ridiculiser. Heureusement pour eux, ils resteront dans l'anonymat grâce au carnaval.

Cependant, depuis 21h, de nombreux gardes patrouillent dans les rues, l'air suspicieux. Au début, leur présence se remarquait à peine mais il est désormais difficile de ne pas les remarquer. Pourquoi tant d'agitation au sein de l'Administration ?

La réponse ne tarda pas à venir.

A 21h30, un message de l'Administration se fit entendre dans toute la cité.

« A tous les Éternels et humains présents ce soir en notre belle cité d'Andraste.

Nous sommes navrés d'ainsi interrompre vos réjouissances lors de ce carnaval qui nous est si cher, mais nous avons un message de la plus haute importance à vous transmettre. En fin d'après-midi, le criminel Arsène Arcadi s'est échappé de sa cellule.

Nous pouvons vous assurer qu'il n'a en revanche pas quitté la ville, et beaucoup d'indices laissent à soupçonner qu'il se cache parmi vous, au sein de la foule, ayant subtilisé l'un de vos costumes.

Plusieurs de nos gardes patrouilleront ainsi dans toute la ville, et resteront à votre disposition en cas de problème. Nous comptons sur votre coopération à tous, Éternels comme humains, afin de nous aider à arrêter ce malfaiteur. A cet effet, nous demanderons également à tous les humains présents de dévoiler leur Anima.

Merci à tous pour votre coopération.
»

Le plan de l'Administration paraissait simple à exécuter, seulement dès la fin de l'annonce un brouhaha de mécontentement s’éleva de la foule. Certains partisans du Culte dans l'affaire Arcadi refusaient de participer à la révélation des Anima, souhaitant ainsi protéger Arsène. Par ailleurs,
certains Éternels manifestèrent leur désaccord face à cette demande, considérant qu'une telle requête allait à l'encontre de la tradition d'anonymat de la fête et que cela pourrait ruiner la soirée !

Finalement et malgré l'insistance des gardes présents sur place, peu d'humains révélèrent leurs Anima...  Pour retrouver Arsène, il allait falloir attendre le lendemain matin lorsque la fête prendra fin ou attendre que quelqu'un le découvre autrement...
Implication IRP
IRP, l'annonce s'est faite à 21h30.
A partir de ce moment-là, certains personnages partiront donc à la chasse à l'homme pour tenter de débusquer Arsène, que ce soit pour le dénoncer, pour au contraire essayer de l'aider ou bien par jeu. D'autres ne s'y intéresseront tout simplement pas et continueront à festoyer comme si de rien n'était.

A vous de faire réagir votre personnage comme vous le désirez !

Concernant l'événement, vous pouvez désormais effectuer vos actions IRP que jusqu'aux alentours de 3 heures du matin !
Déroulement HRP
Cependant, la chasse à l'homme ne se limite pas qu'à l’événement IRP...

En effet, depuis le début de l’événement quelqu'un ne joue pas son personnage, mais Arsène se faisant passer pour lui !

Si vous devinez l'identité du joueur qui joue Arsène, envoyez un mp à @Leliel avec le nom de la personne que vous suspectez de jouer le criminel. Attention cependant, vous n'avez le droit qu'à un seul essai par personne, alors réfléchissez bien avant de vous lancer ! Si vous devinez juste, vous recevrez à la fin de l'event 10 points individuels et 10 points d'influence si vous avez choisi un camp, des points qui pourraient peut être faire changer la balancer en faveur de votre équipe  Mystherbe  ! Vous avez jusqu'au 26 novembre pour participer !

D'ailleurs, nous avons décidé de prolonger d'une semaine le carnaval, donc il prendra fin le 27 novembre, à la place du 20 !

Par ailleurs toutes les autres activités sont toujours possibles ! L'anonymat, les potions, les points d'influence et individuels pour toute participation etc.

En espérant que l'avancée de l'event vous plaira Wink
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
tout est bon dans le fluffton
elle aime le fluffton
elle mange le (fromage de) fluffton
elle s'habille fluffton
elle sent le fluffton
elle vit le fluffton
262
24/06/2017
Mononobe no Futo - Touhou Project
-
Producteur
Producteur
Mini image : tout est bon dans le fluffton

Description du personnage : elle aime le fluffton
elle mange le (fromage de) fluffton
elle s'habille fluffton
elle sent le fluffton
elle vit le fluffton

Messages : 262

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Mononobe no Futo - Touhou Project

Crédits : -



En ligne

Ven 3 Nov - 15:07


Plus tard, je me suis aperçu que ce pays était rusé et un peu menteur
Il faisait des cauchemars et peut-être il aimait ses noirceurs.
Il multipliait les fêtes et les carnavals car il ressentait une difficulté d'être,
et toujours le néant venait battre ses rêves.


La vétéran des plaines n'avait jamais été la plus grande des buveuses. Oh, elle buvait bien sûr, les soirs de fête, dans des tavernes, une bonne chanson à tue-tête et une coupe pleine si l'occasion s'y prêtait, mais la fête de l'automne avait un quelque chose de raffiné qu lui faisait prendre son temps.  Elle n'avait initialement pas l'intention de boire avant que la soirée ne soit bien avancée, ou du moins c'est ainsi qu'elle le justifiait auprès de ceux qui lui proposaient un verre. Lann connaissait la fournisseuse d'alcool de la fête depuis plus de 300 ans maintenant et, bien que cela ne remettait en rien son affection pour elle, elle avait toujours un petit moment d'appréhension quand on lui tendait quelque chose en lui disant "Belladonna l'a fait". L'expérience. Les rues commençaient à bien s'agiter, alors qu'elle tapotait amicalement un des pauvres bougres avec qui elle discutait qui venait de perdre la vue. Cela faisait beaucoup de gardes pour quelques boissons. Elle était plutôt du genre à trouver des solutions simples aux problèmes : problème avec l'alcool ? On y touche plus et puis voilà, on ferait des remontrances à Belladonna - si quelqu'un veut si risquer, et fin de l'histoire, on pouvait retourner à nos affaires. Certains juraient, paniquaient, criaient de mécontentement, elle, rigolait doucement. Peut-être parce que cela ne l'affectait pas directement, ou simplement une vieille habitude de prendre les problèmes avec légèreté, car ils feront d'amusant souvenirs quand on en reparlera dans cent ans.
Et la nouvelle tombe.
Evasion.
Et les règles changent.
La bergère est outrée. Elle a vécu quatre cent ans de tradition, et ils veulent réduire ces années en poussières. Ses sourcils se froncent. C'est inadmissible ! Révéler des animas ! Pendant la fête ? Arcadi, Arcadi, il occupait les journaux, les discussions dans la plaine, au relais, au marché, et maintenant au festival! Elle en avait marre que tout le monde fasse un foin de cet Aracadi. Enfin, ce n'était pas le premier humain a être jugé en ces lieux, tellement de bruit pour si peu. Et voilà que cet Arcadi allait ruiner sa fête préférée après celle du printemps. Trop s'en est trop. Elle croise les bras, elle fulmine, puisque c'est comme ça, elle s'en va.
Mais elle n'a pas le droit. Elle ne peut pas sortir avant la fin. Avant d'être sûr. C'est comme ça.
Elle rejoins les cris d'indignations. Elle est en colère. Elle s'agite.
Elle ne rit plus.
Elle ne s'amuse plus du tout.
Alors elle se met dans un petit coin sombre, et attend que l'heure passe.
Ce carnaval pour sûr, elle s'en souviendra, mais elle n'en rira pas.







carnaval d'automne


resumé : Elle n'est pas contente, boue, et veut rentrer chez elle. Elle n'a rien bu et a passé une bonne soirée jusqu'à maintenant mais elle en a marre d'entendre parler d'Arcadi et qu'il vienne gâcher sa fête alors elle s'assoit dans une ruelle sombre et rumine.




another
eternity
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t110-these-shackles-i-ve-made-in-an-attempt-to-be-free-lann-100
http://magmell.forumactif.com/t825-lann-everyone-i-know-goes-away-in-the-end
avatar
tsundere
(ꐦ ಠ皿ಠ )(ꐦ ಠ皿ಠ )(ꐦ ಠ皿ಠ )
37
01/10/2017
Jeanne d'Arc - Fate series
-
Administration
Administration
Mini image : tsundere

Description du personnage : (ꐦ ಠ皿ಠ )(ꐦ ಠ皿ಠ )(ꐦ ಠ皿ಠ )

Messages : 37

Date d'inscription : 01/10/2017


Avatar : Jeanne d'Arc - Fate series

Crédits : -




Ven 3 Nov - 15:55

Trahison Disgrâce
l'esprit du mal est marqué sur sa face


   Oh mais quelle idiote elle fait.
Elle réalise. Cette garde parle beaucoup trop pour être... Une garde. Car les gardes savent qu'on ne peut pas la raisonner quand Eryen a une idée en tête. Elle soupire bruyamment tout en poussant violemment chaque individu qui s'approcherait un tant soi peu de sa personne pendant que miss boisson-qui-tombe tente de la suivre en lui donnant des paroles de sagesse qui la font déglutir de colère. C'est vrai qu'est-ce qu'elle en sait si ce n'est pas du poison? Ce n'est pas forcément immédiat. Et d'où elle se permet de lui donner des ordres? Elle l'ignore et continue à casser les verres des convives, les jetant violemment sur le sol, sans explications, entraînant moult mécontentements et en gâchant probablement la fête pour beaucoup d'entre eux.
Jusqu'à ce que son compagnon de fortune dévoile son identité et lui propose son aide. Elle s'arrête net, et se retourne, décidément ennuyée et de terrible humeur.

▬ Mais enfin ne dites pas ça, votre masque vous portez un masque pour une raison alors ne dévoilez pas votre identité comme cela pauvre.... COURGE. Vous vous rendez compte que je devrais vous arrêter pour cela ?

L’amabilité même envers celle qui se propose d'être sa bienfaitrice. Elle grince des dents alors qu'elle réalise que son aide serait une bonne chose.

▬ Oui bon, tant pis je laisserai passer pour cette fois, mais bouche cousue à partir de maintenant hein. Et dépêchez-vous de faire votre machin là, que je passe à autre chose.

Comme une grande fille elle reste immobile et docile. Comme une grande fille elle laisse Althea faire son office de médecin et de poser ses mains sur elle. Comme une grande fille, à peine touchée, elle envoie valser avec force Althea à quelques mètres en criant et déguerpis comme un lièvre en chasse.
Elle est belle la police.

Un collègue la rattrape. Un vrai, cette fois. Elle s'apprête à lui crier dessus pour ne pas l'avoir suivi immédiatement et pour être juste une pauvre bouse inutile et incapable, mais son regard est sérieux. Elle se calme, ses yeux deviennent sérieux également. Il s'est passé quelque chose. Ils sont convoqués.
Arsène Arcadi s'est échappé.
Ses oreilles raisonnent.
Comment ? Un traître ? Un mercenaire ?
Le problème des boissons est abordé mais aussi rapidement mis de côté comme un non-problème.
Elle reste abasourdie. Elle concentrait ses efforts sur un non-problème et un criminel en jugement s'est échappé pendant ce temps. L'heure n'est décidément plus à la fête ou à la course à la mauvaise potion. Le problème est d'une gravité exceptionnelle et pourrait mettre à mal l'image de l'administration si il n'est pas réglé rapidement. Il l'est d'autant plus du fait de l'importance qu'a pris l'affaire au sein de la vie publique ces derniers temps.
  Le visage d'Eryen est grave. Il faut remettre l'ordre, rattraper le criminel dans une foule de masques. Les issues sont bloquées. L'ennemi est dans la cité, quelque part. Son visage, elle le connait par cœur. Sa sale face qu'elle meure d'envie de tordre et déchirer et briser. Humiliés. Il humilie l'administration, et elle avec. Elle connaît son visage comme elle connaît le sien mais comment le retrouver dans une foule déguisée ou l'anonymat est clé.
Ils sont à cours d'options.
L'annonce est faite. Ils doivent s'en remettre à la coopération des citoyens.
Elle fera sa part. Elle demande à quelques humains de révéler leurs animas. Elle ne rencontre aucune résistance de leur part, mais peut entendre ses collègues rencontrer plus de problèmes qu'elle, et la foule, humaine comme éternelle, s'agite, offusquée et indignée autour d'eux. Elle leur crie de se calmer et de se retirer. Rare chose, elle remercie les coopératifs, et tourne chercher d'autres humains. La dissidence est partout. Sa propre voix est submergée par les autres.
Elle est submergée.
Elle étouffe.
Le désordre et le bruit lui font l'effet d'une asphyxie.
Sa soudaine révulsion pour le contact humain n'aide en rien.
Sa tête tourne.
Elle veut vomir.
Mais elle continue. Elle le doit. Jusqu'à ce que le coupable soit retrouvé.
Jusqu'à son jugement.
Jusqu'à ce que justice soit rendue.
Elle s'approche d'un humain au costume de cavalier sans tête.
Elle se tient fermement devant l'individu.

▬ Dévoilez votre anima s'il-vous-plaît.






plusieurs choses donc :
▬ Eryen n'a pas été guérie et après avoir été méchante et impolie envers la pauvre Althea elle l'a poussée. Si un ou une gentleman/lady peut la rattraper cela serait gentil. La pauvre ;w;
▬ Elle fait désormais son boulot de garde et demande aux humains de dévoiler leur animas. Elle vient de demander à @Maria Iannone . C'est le hasard qui a choisi.
▬ Flemme de faire l'anonymat.
...




Face the wind's bitter fingers
Shadows as the night falls
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/
http://magmell.forumactif.com/t830-eryen-my-love-my-life-is-poison-to-me
avatar
Incontestablement dévouée à Andraste, Myr ne désire que le meilleur pour son peuple, avec une vision drastique de faire qui ne cesse de susciter les interrogations: exclure de cette nouvelle société les faibles et les sentimentaux qui n'apportent qu'ennui et perte de temps. Ses idéaux sont forts et encrés en elle. Elle vit pour ce jour. Elle vit pour voir les êtres rejetés par ses convictions la supplier de leur accorder une seconde chance. Myrmínki, son seul désire est d'assister à l’émergence d'une société qui brisera les mœurs instaurées par les anciens.
42
30/09/2017
Shuten-douji - Fate/Grand Order
-
Administration
Administration
Mini image :

Description du personnage : Incontestablement dévouée à Andraste, Myr ne désire que le meilleur pour son peuple, avec une vision drastique de faire qui ne cesse de susciter les interrogations: exclure de cette nouvelle société les faibles et les sentimentaux qui n'apportent qu'ennui et perte de temps. Ses idéaux sont forts et encrés en elle. Elle vit pour ce jour. Elle vit pour voir les êtres rejetés par ses convictions la supplier de leur accorder une seconde chance. Myrmínki, son seul désire est d'assister à l’émergence d'une société qui brisera les mœurs instaurées par les anciens.

Messages : 42

Date d'inscription : 30/09/2017


Avatar : Shuten-douji - Fate/Grand Order

Crédits : -




Ven 3 Nov - 18:05


[Event] Le carnaval de l'automne




Ton trajet fut court, ma chère amie. Ta calèche était bien trop reconnaissable pour qu'elle ne pénètre dans le centre du quartier riche sans être démasquée. Tu allais devoir te la jouer fine ce soir. Tu allais devoir user tes si beaux talons chatoyant sur ce sol arpenté chaque jour, par des milliers d'êtres indésirables. Tu allais devoir surmonter cela si tu voulais arriver à cette merveilleuse fête. Il fallait l'avouer, tu étais rassuré que celle-ci se déroule au sein du quartier le plus aisé d'Andraste, mais ta répulsion vis-à-vis du bas peuple et d'une grande partie de la communauté humaine,qui osaient souiller ces rues de leur présence ne faisaient que croître. Heureusement pour toi, ma tendre cornu, ton visage grimaçant était bien caché derrière ton masque. Tes pas n'étaient guère longs, ni rapide, ta cadence de marche était pour ainsi dire, horriblement lente. Ne pas se presser. Ne pas risquer de se ridiculiser en pleine rue. Se laisser admirer, observer, jalouser, gratifier, honorer. Ton élégance n'était que plus grande dans cette tenue d'un soir. Une tenue bien trop gracieuse et luxuriante comparé à celle de ton fidèle, bien plus sobre et passe-partout que la tienne. Un gouffre entre vos deux mondes. Infranchissable. Insurmontable. Tu aimais les belles choses, les mets raffiné et l'éphémère. Il aimait prendre soin des choses, déguster sans aucune grâce des plats provenant de cuisine douteuse et entamer naturellement des discours sans grands intérêts avec de vulgaires inconnus, ignorants leur convictions et leur statut social. Rien ne vous liez et pourtant. Vous voilà comme cul et chemise. Inséparable. Néanmoins, cette soirée, tu allais la passer seule. Il sera là, mais à quelques mètres de toi. Il sera là, mais toi seule seras maîtresse de tes actes, de tes mots. Ce soir, tu allais devoir surveiller ton langage. Tu allais devoir éviter de t'attirer des problèmes, ma belle. Il ne sera pas là pour reformuler tes propos, ni les adoucir. Tu seras seule, face à des milliers d'inconnus masqués.

Après une longue promenade, te voilà arrivé en ce lieu qui, pour ce carnaval, avait revêtu de flamboyantes couleurs qui serait s'en rappeler celles du feuillage d'automnes qui venaient, à son rythme, teindre les feuilles des habitants de la forêts. Encore une fois, ils n'avaient pas lésiné sur les hors-d'œuvre, ni les diverses boissons préparées pour l'occasion. Tu n'avais guère idée de qui les avaient confectionnés et heureusement. Oh ma jolie petite enfant, si tu savais de qu'il s'agissait, tu ne te serais en aucun cas laissé guider par cet honteux pêché qu'est la gourmandise. La gorge sèche, tu te dirigeas spontanément vers une des nombreuses tables présentes dans l'impressionnante salle qui, en ce milieu de soirée, commençait à se remplir de manière non-négligeable. Un vrai succès. Tes délicats doigts cherchaient, à tâtons, la boisson qui allait avoir l'honneur de parcourir l'intérieur de ton corps. D'extravagantes couleurs. Voilà comment, à première vue, tu pouvais d'écrire le liquide. Tu n'y prêtas pas plus attention. Oh, grave erreur. Tu avais pourtant vu les regards suspicieux de ton valet au loin, mais tu l'ignoras, comme à ton habitude. Comme à ta stupide et naïve habitude.

Un écho retentit. Encore lui. Encore ce fichu humain qui vient gâcher ton plaisir. Ton visage ce raidi. Tu voulais pester. Montrer ton mécontentement. Tu le fis. Sans gêne. Sans complexe. Tu élevas la voix, comme de nombreuse personne avec toi. Un bruit sourd vint bourdonner dans tes oreilles. Envahissant. Ne faisant que croître. Un vertige. Un silence. Tu aurais dû t'abstenir mon ange. Tu n'aurais pas dû succomber à cette envie. Tu aurais dû rester à l'écart. Les boissons n'avaient rien de normaux. Tu aurais dû, mais tu ne l'as pas fais. Voilà le prix à payer. Une mauvaise blague ? Un coup monté ? Tu n'en avais aucune idée. Tu n'étais actuellement pas en mesure d'y réfléchir. Un frisson. Une foudroyante chaleur vint se propager dans ton frêle corps d’Eternel. Ton mal attira l'attention de quelques personnes qui, par bienveillance ou par pure curiosité, vinrent te porter leur aide. Plusieurs questions, plusieurs demandes, plusieurs mains posées sur tes épaules, mais tu ne pouvais rien faire... Pire. Tu étais comme enivré par une envie insoutenable de vouloir être plus proche d'eux. Tu voulais ressentir cette chaleur que seuls des êtres vivants, aux cœurs battant la chamade, pouvaient te procurer. Toi qui avait horreur du contact, te voilà habité par un parasite bien malsain. Malsain, comme ton valet qui, derrière sa position de protecteur, était bien décidé à ne pas intervenir, comme tu lui avais ordonné, mais toujours en gardant un œil sur toi, un œil encore plus attentif au vu de tes approches soudaines et inhabituel que tu entreprenais auprès des individus costumés qui t'entouraient. Des mains sur l'épaule, sur la joue, sur les vêtements. Des paroles futiles accompagnaient ce spectacle insoupçonné. Ton corps était comme un aimant, attiré par n'importe quel individu qui s'approcherait de trop près de ta personne. La soirée risque d'être longue. Bien longue.

HRP:
 








Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t709-myrminki-la-reine-des-fourmisses
http://magmell.forumactif.com/t832-myrminki-journal-de-bord-d-une-progressiste
avatar
La divinité
Divinité des Eternels, incarnation de la pureté, asexué
312
16/09/2016
Enkidu - Fate
Chupp
PNJ
Mini image : La divinité

Description du personnage : Divinité des Eternels, incarnation de la pureté, asexué

Messages : 312

Date d'inscription : 16/09/2016


Avatar : Enkidu - Fate

Crédits : Chupp




Ven 3 Nov - 18:05
Le membre 'Myrmínki' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Fête de l'automne' :
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
i have no idea what's happening rn
c'est un ours
200
03/07/2017
maes hughes - fma
moi-même + Luca je t'aime
Humain
Humain
Mini image : i have no idea what's happening rn

Description du personnage : c'est un ours

Messages : 200

Date d'inscription : 03/07/2017


Avatar : maes hughes - fma

Crédits : moi-même + Luca je t'aime




Sam 11 Nov - 17:03
fuck this shit i'm out
L'agitation d'une rue qui fourmille, le son des chants, le mouvement des danses, l'effluve des alcools
et la nuit qui tombe
une ambiance parfaite pour profiter de la soirée, non ?

Pourtant il y a quelque chose qui ne tourne pas rond (sans que l'homme n'arrive à mettre le doigt dessus) Quelque chose qui gêne qui lui serre la gorge qui le prend aux tripes depuis quelques instants
Mais qu'est-ce qui m'arrive bordel ?!
l'alcool descendu dans sa gorge l'a brûlé et maintenant c'est son coeur qui semble s'enflammer
d'un coup.
(et il comprend pas, l'ours)

Il y a une jeune fille (un jeune femme peut-être enfin qu'est-ce qu'on s'en fout au pire) qui s'installe près de lui et c'est marrant parce qu'elle demande la permission mais elle s'assoit sans avoir encore eu
la Putain. de Réponse. (marrant, hein ? ha. ha. ha.)
(à quoi ça sert de demander alors, sérieux)
"bah ouais, fais comme chez toi poulette" qu'il répond, très (très)
sarcastique.
sa beauté ne l'excusera pas aujourd'hui, la demoiselle Dommage pour elle

Cet échange c'est bien peu de conversation avant que la fête ne soit totalement gâchée. Putain. Sérieux. Sé-rieux ?
Manquait plus que ça. Vraiment. Génial.
"encore cette histoire à la con ?! mais ils commence à me les briser, bordel !", qu'il hurle sitôt l'annonce terminée, sa voix se perdant dans les mille autres qui s'élèvent à la même seconde. "mais c'est pas possible, ils peuvent pas nous laisser tranquille une pauvre soirée ?!", poursuit-il en se levant brusquement (il fait tomber la table)
"rien à battre je dévoile pas mon anima, on va pas gâcher la fête à cause de tous ces pauv'cons, non plus ! putaaain !"

il en a marre. Mais genre. tellement marre. la soirée commençait si bien, pourtant… Je regrette presque d'être venu sérieux
et le voilà qui s'apprête à partir
(pour aller où bonne question, mais on verra plus tard)
©️ Kono


hrp:
 


**
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t331-je-savais-pas-qu-on-pouvait-planer-sans-se-droguer
http://magmell.forumactif.com/t487-rilakkuma-sticker
avatar
Belladonna, belle Eternelle, aux dons généreux et atouts majestueux, sorcière des bois - wood witch - comme elle aime à s'appeler, ermite magique dans une verdure magnifique habitant sa mansarde dont l'intérieur est peint de mille couleurs. Grandiose, elle amène les visiteurs, ce petit musée de l'Herboriste, tandis que l'Artiste concocte potions et breuvages grâce à ses dons et ses pouvoirs empoisonnés.
16
12/11/2017
Rosetta / Granblue Fantasy
-euuh... leliel ? je sais pas, j'ai pris celui dans le post du predef xS
Artiste
Artiste
Mini image :

Description du personnage : Belladonna, belle Eternelle, aux dons généreux et atouts majestueux, sorcière des bois - wood witch - comme elle aime à s'appeler, ermite magique dans une verdure magnifique habitant sa mansarde dont l'intérieur est peint de mille couleurs. Grandiose, elle amène les visiteurs, ce petit musée de l'Herboriste, tandis que l'Artiste concocte potions et breuvages grâce à ses dons et ses pouvoirs empoisonnés.

Messages : 16

Date d'inscription : 12/11/2017


Avatar : Rosetta / Granblue Fantasy

Crédits : -euuh... leliel ? je sais pas, j'ai pris celui dans le post du predef xS

En ligne

Aujourd'hui à 4:24
Event aux douces potions
with others & the wood witch

@Althea

Splendeur incarnée par l'illustre demoiselle, napée d'une robe volante, aux couleurs clairs telles que le blanc, le crème, le rouge. Vermillon délavé partant du bas pour s'éteindre en haut, la splendeur immaculée rappelant le sang que tant de ses pairs exécraient, ce qui ne manquait pas de lui attribuer un charmant sourire, rire délicat, cristallin, moqueur, alors que les pairs d'yeux ne la reconnaissant pas dévisageaient cet affront. Autour de cette douce incarnation de la hantise d'Andraste se pavanaient le liège, cette verdure accrochée au tissu et tournant autour de la délicate sorcière, pouvant certes rappeler son appellation, mais serait si évident que chacun l'évincerait instinctivement de la liste des suspects portant cette robe aux allures à la fois si belles et si outrageantes, d'autant que pour ne rien oublier, au niveau de ses fesses, juste au dessus de sa raie affriolante se trouvait la fin d'une longue traînée de pourpre, servie comme une sanglante friandise. Mais qui lui demanderait, qui oserait lui ordonner de retirer son vêtement pour dévoiler son fessier et sa poitrine avenante au reste de la ville, alors que son masque tomberait par inadvertance et qu'au lieu d'être emmenée de force, elle désignerait ce garde qui l'aura forcée à révéler sa tête ?
De cette belle moquerie la faiseuse de boisson et poisons avait ajouté de longs gants de velours blanc et rouge, le premier aussi pur que la splendeur de la désignée, bien qu'en y regardant de plus près, certaines gouttes  carmins ajustaient le tissu, et qu'autour des pétales avaient été brièvement dessinées, et l'autre entièrement rouge, baignant dans l'horreur, alors que cette couleur semblait à la merveilleuse comme une beauté trop étouffée.
Accessoires à double fonction, si l'amusement était divin, les gants servaient aussi à son pouvoir de ne point rajouter d'audace dans le décor majestueux qu'elle avait planté, arrosant chaque boisson de ses doux breuvages, afin de divertir les non buveurs et de se rire des autres.
Et partant de sa nuque, un collier noir. Aspect illogique rendant sa tenue plus magnifique. Elle arborait un masque délicat, pinçant ses joues et cachant son visage, dévoilant ses iris azurés, et ses lèvres magnifiques. Une couleur magistrale, un rose élégant, mélange de son outrage et de la pureté affichée. Quelques spirales décoraient les bordures de ce masque. Quant à sa chevelure, une épique tignasse coiffée sur le côté gauche de sa tête, affichant quelques tresses discrètes de l'autre côté. Cheveux de soie, ils étaient eux aussi entourés de ces folles verdures, belles végétation aux feuilles discrètes, mais contrairement à la robe sanglante, les fleurs parsemaient sa tête, délicates roses blanches, roses et rouges.
Enfin, ses pieds étrangement ne portaient rien. Qu'en était-il de ses dessous ? Il faudrait regarder pour en avoir le coeur net, mais l'on avait clairement l'impression que rien ne cacherait sa nudité sans la robe fine. Néanmoins, sa cheville droite portait un bracelet d'or, de quoi éveiller la curiosité.

Arrivée d'un pas assuré avant l'heure pour avoir vue sur les événements de sa belle tromperie, elle ne fut jamais déçue du résultat, dégustant son intérêt pour les âmes bénies de ses substances, finissant par cracher leur colère ou exhiber une tristesse sans fondement, ou encore se mettre à courir après les convives pour de l'affection en trop, ou rejeter cette dernière par peur incontrôlée. Certains avaient un sens dérobé, d'autres une envie de dévorer l'outrageuse viande d'Andraste. C'était exquis. Une soirée magique. Un rire féroce coincé entre ses lèvres, alors qu'assise sur une chaise, un verre à la main contenant son vin qu'elle avait purifié de sa magie fabuleuse, ses toxines pouvant détruire éléments et parasites dans la douceur exquise qu'elle avait préparé. Elle seule avait ce pouvoir, ce don merveilleux en ce soir, de pouvoir boire sans craindre un effet maléfique. Elle réservait cela pour son plaisir, non pour sa folie, et il n'aurait été que fou de prendre un poison. Que plaisir de les regarder se débattre dans cette silencieuse agonie. Ce soir, son oeuvre. Elle prouvait au monde présent, à la ville toute entière, la puissance de ses dons, et ses vastes compétences, tout en ayant l'affreuse réponse lorsque l'on l'accusera d'avoir empoisonné la fête : Quelle erreur de ma part, par hasard les potions ont remplacé les boissons ! Vil mensonge, mais personne pour le réfuter, car aucune preuve qu'elle en avait connaissance. Un acte parfait.

Son attention attirée par un masque communément appelé "des médecins la peste" par les doux humains qui passaient parfois dans son antre, le musée de l'herboriste, elle s'avança silencieusement, admirative des effets de son charme sur son interlocutrice, lorsqu'elle entendit outre son prénom, le pouvoir de la plus calme. Althea, comme la demoiselle l'écriait, était capable de neutraliser le poison une fois ingéré, ce qu'elle ne désirait pour rien au monde. Voulant se jouer d'elle, la neutraliser en attendant la fin de cette délicieuse soirée, elle s'apprêtait à agir comme l'une de ses victimes, abusée par l'affection tordante et prête à tout pour un contact physique afin d'emmener la guérisseuse bien loin. Mais le hasard et le destin s'accompagnant à son choix, Leliel sans doute, la demoiselle fut repoussée par sa patiente, et saisissant cette chance, la sublime sorcière rattrapa Althea, avant de lui demander, sur un ton d'actrice bien ficelé : Leliel en soit louée, je vous tiens. Ma chère, que s'est-il passé ? un souci avec votre 'douce' cavalière ? Celle ci était déjà loin. Et le verre par terre répandant son liquide fit lâcher un petit soupir à la maîtresse des fluides. Dire que celui là était inoffensif...
Je crois que vous me devez un verre cependant... Peu importe. Elle ne pourrait le consommer sous l'oeil d'Althea, car sa magie bien que discrète serait alors repérée, et son identité dévoilée ou suspectée.

Alors que ces Eternelles discutaient, la voix s'éleva dans les cieux, affirmant qu'Arcadi l'humain à la bouche de tout le monde en ville depuis quelques temps, apparemment - qu'en savait-elle, belle demoiselle à la vie recluse ? -, s'était échappé et se cachait parmi la foule. Un sourire cachant rictus fut sur le visage de la splendeur des bois. Un jeu de cache-cache parmi sa soirée d'amusement ne pouvait que rendre le tout intéressant. Bien qu'elle devait déjà s'occuper de celle qui pouvait, part ses dires, réprimer l'action de ses folles intentions.
Une soirée magistrale en devenir.

electric bird.




- voici la coiffure de la belle, même si ses cheveux ne sont pas blonds
- règle de l'anonymat respectée
- récupère @Althea après qu'Eryen l'ait poussée
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t866-toxic-girl-done
http://magmell.forumactif.com/
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» L'automne en mille morceaux!
» Carnaval 2007 de Jacmel, une réussite
» Abolir ou rentabiliser le Carnaval en Haiti?
» Ce que les gens pensent du Carnaval et la question de l'insécurité au pays
» "SPLENDEURS D'AUTOMNE"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Nos partenaires
Le devenir ?
CHRONOSREP