I want to know [avec Bjanka]

avatar
Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.
105
24/06/2017
Matoi Ryuko ~ Kill la Kill
Beaucoup de gens gentils ♥
Humain
Mini image :

Description du personnage : Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.

Messages : 105

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Matoi Ryuko ~ Kill la Kill

Crédits : Beaucoup de gens gentils ♥




Dim 27 Aoû - 12:49

I want to know
avec Bjanka Kwiatowski

L’humain est un être relativement faible. Régulièrement, il se remet en question. Comme si tout ce qu’il avait décidé depuis sa naissance n’était qu’une erreur. Le doute l’assaille. Il a peur de tout, il ne sait plus rien. Il cherche des solutions pour se sortir de ce mauvais pas, mais il n’en trouve pas. Alors il se laisse submerger par la vague. Il réfléchit, tente de retrouver son calme. Il parle de ses doutes à une oreille attentive, qui saura le conseiller et le remettre sur le droit chemin. C’est comme ça que ça marche. Et au final, il finit toujours par repartir d’un meilleur pied, prêt à affronter la vie.

Maria n’échappe pas à cela.

Aujourd’hui, c’est à son tour de douter. N’importe quelle personne de son âge aurait pu avoir le même genre de problème, être envahie par cette sensation de faiblesse. Mais pour Maria, c’est intolérable. Si les gars de l’unité Nuovo la voit comme ça, que vont-ils penser d’elle ? Auront-ils encore confiance en leur patronne ? Ces problèmes lui sautent à la figure en plus de ces soucis initiaux. La brune pourrait toujours en parler à Pedro. Il l’a vu grandir au sein de la mafia napolitaine. Lui aussi il l’a aidé à se reconstruire. Sauf que depuis qu’il a tout balancé sur elle à Orazio, Maria n’arrive plus à lui parler franchement. La dernière solution qu’il lui reste est de se confier à Alessia. Mais la Camorriste a le sentiment qu’aujourd’hui cela ne sera pas suffisant.

Quand la mafieuse n’est plus sûre d’elle, elle prend sa guitare et part loin du bâtiment où elle vit pour se poser et jouer. Mais depuis quelques temps, cette solution n’est plus envisageable, car une autre l’a remplacé. La brune profite que tout le monde soit endormi ou occupé pour prendre son instrument et passer à travers le miroir. Magmell est lui aussi en train de s’éteindre progressivement. Ça l’arrange, il y aura moins de personnes potentielles pour la surprendre. Avec sa guitare, elle se glisse dans les quartiers avant d’atteindre celui des scientifiques, renommé affectueusement le quartier abandonné.

La mafieuse ne met pas bien longtemps avant de se trouver une place de choix. Elle grimpe sur l’un des restes de bâtiments avant de s’y assoir. Ses jambes suspendues dans le vide, elle observe un moment l’endroit. La nature reprend petit à petit ses droits et recouvre les structures en ruine de ses racines. C’est assez joli et paisible. Quelques lumières éclairent encore le lieu, ne le plongeant pas dans l’obscurité totale. Cela sera plus simple pour jouer de la guitare.

Maria installe l’instrument entre ses bras, bien calé sur ses genoux et souffle. Chanter un peu lui fera du bien, elle le sait. A chaque fois, l’italienne se sent apaisée après avoir libéré sa voix. En plus, elle se sent proche de son second père, sa guitare entre les bras. Les premières notes s’échappent des cordes, que ce soit celle de l’instrument ou de tes propres cordes vocales. C’est une chanson d’amour au départ, mais Maria l’aime bien. Elle trouve que les paroles sont à double sens, et correspondent assez bien à la situation dans laquelle Franckie et la jeune femme se trouvaient. Alors elle chante. Ce n’est pas une professionnelle loin de là, elle a appris sur le tas. Mais sa voix n’est pas désagréable à entendre. Un peu plus grave que d’ordinaire pour une femme de son âge mais intéressante. Ses yeux fermés, la mafieuse ne se soucie plus de rien, simplement du contact éphémère qui l’unie à son mentor, son autre père.


Il faudra attendre la fin de la musique pour qu’elle remarque que ses yeux sont légèrement humides, comme à chaque fois qu’elle se saisit de cette guitare pour chanter.


©BBDragon


Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t98-terminee-aussi-loin-que-je-me-souvienne-j-ai-toujours-voulu-etre-une-gangster-maria
http://magmell.forumactif.com/t274-une-camorriste-qui-traine-sur-magmell-maria
avatar
Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?
215
24/06/2017
Android 18 - Dragon Ball
Lann (Lio) // Luca
Humain
Mini image :

Description du personnage : Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?

Messages : 215

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Android 18 - Dragon Ball

Crédits : Lann (Lio) // Luca




Dim 27 Aoû - 14:01


I want to know
Ft. Maria Magdalena

C'était agaçant, énervant.
Ces derniers temps absolument tout avait le don de mettre les nerfs de la blonde en pelotte.
Il y avait un truc dans l'air, une loi des séries ou tout simplement un destin facétieux qui se jouait d'elle.
L'excitation et l'émerveillement de ses débuts sur Mag Mell étaient retombées.
Elle le savait, s'adapter et changer ne serait pas facile et il lui faudrait du temps mais parfois, rien que quelques instants, elle aimerait être quelqu'un d'autre.
Ne pas être aussi froide, ne pas avoir été piétinée par la vie. Savoir comment se faire des amis aussi. Histoire d'avoir des gens sur qui compter et vers qui se tourner quand -comme actuellement- elle avait besoin de soutiens.
Mais non. Bjanka était qui elle était. Forte, solitaire, immuable, menaçante aussi parfois. Comme la montagne aux sommets recouverts de neiges éternelles.


Et elle marchait au hasard sans se soucier de la destination. Elle s'en fichait éperdument, elle avait le temps.
Tout voir, tout explorer ça c'était quelque chose qui lui faisait peur. Parce qu'elle ignorait ce qui se passait après. Quand il n'y avait plus rien pour s'étonner.
Elle ne voulait garder qu'un tout petit peu de mystère. Exactement comme le mystère au chocolat.
Alors elle ne levait pas les yeux, ne regardait pas autours d'elle. Juste suffisamment pour ne pas trébucher ou ne pas rentrer dans quelqu'un. C'est tout.
Et tandis qu'elle marchait elle effectuait des mouvement étranges avec ses mains, comme si ça pouvait l'aider.
Personne ne lui avait appris à canaliser son pouvoir. Personne ne lui avait appris à l'utiliser. C'était le problème quand on ne demandait pas, on ne recevait pas d'aide.
Ce pouvoir incompréhensible elle s'en accomodait mais ne le maitrisait pas. Il lui faudrait certainement beaucoup de concentration.
Et quoi de mieux pour briser ladite concentration que les accords d'une musique lui parvenant aux oreilles ?


Génial. Absolument génial.
C'était bien sa veine.
Elle aurait pu faire demi-tour et aller voir ailleurs mais il y avait quelque chose dans ces notes et surtout dans cette voix posée dessus qui la perturbait.
Enfin elle arriva en vue de la source de tout ça. Une jeune femme.
Et quelle jeune femme.
Bjanka n'était pas très joueuse mais si elle avait dû parier elle n'aurait jamais pensé que la chanteuse de rue puisse être elle. La Nuovo.
À la fois déstabilisée, troublée et surprise la blonde n'avait pas conscience de s'être arrêtée à quelques mètres de la guitariste.
Elle n'avait jamais vraiment compris comment la musique pouvait adoucir les moeurs mais force était de constater qu'elle était fascinée.
Chaque note, chaque vibration des cordes vocales la pénétraient et la secouaient.
Exit l'agacement. Exit l'énervement.
C'était un sacré tour de force que de réussir à changer l'état d'une personne en quelques instants.
Bjanka s'approcha un peu plus près et attendit patiemment la fin de la chanson.
Son regard de glace traversa celui étonnement embué de la chanteuse.
Léger instant de flottement. Que dire après ça ?


 - Salut la mafia. Je voulais faire un commentaire désobligeant mais j'ai rien trouvé. C'était plutôt bien.


On avait connu mieux comme compliment dans toute l'histoire des compliments mais c'était sûrement ce que pouvait spontannément faire de mieux la polonaise dans son style caractéristique.
Elle ne savait déjà pas si elle aimait bien Maria ou non alors la couvrir de compliments et lui passer de la pommade c'était absolument hors de question.
Quand à savoir pourquoi elle se tenait là une guitare à la main et pas en Italie à refroidir des types ça ne regardait sûrement qu'elle et Bjanka n'était pas du genre à demander.

Code by Joy


Bjanka brise la glace en #ABC8E2.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t105-bjanka-cold-as-ice-en-cours#267
http://magmell.forumactif.com/t180-bjanka-depasser-les-apparences-ne-garder-que-l-essence
avatar
Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.
105
24/06/2017
Matoi Ryuko ~ Kill la Kill
Beaucoup de gens gentils ♥
Humain
Mini image :

Description du personnage : Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.

Messages : 105

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Matoi Ryuko ~ Kill la Kill

Crédits : Beaucoup de gens gentils ♥




Lun 28 Aoû - 10:26

I want to know
avec Bjanka Kwiatowski

Les derniers mots s’échappent avec douceur de la bouche de la mafieuse tandis que les pincements sur les cordes de la guitare confèrent la fin de la partition. Lorsque les sons ont arrêté de vibrer dans l’air, la brune pose sa main à plat contre sa guitare pour reprendre son souffle. Cette chanson est très belle. La Camorriste aime profondément la chanter. Mais à chaque fois qu’elle le fait, une vague de sentiments très forts la submerge. Elle se revoit elle, plus jeune, en train de demander à Franckie où il va, pourquoi il part si tard le soir. Au fond de son cœur d’enfant blessé, elle le savait très bien. Il partait faire exactement la même chose qu’il avait faite à tes parents. Il partait tuer. On pourrait assimiler ça au secret évoqué dans la chanson. Un secret qui n’en est pas un pour Maria mais un pour le reste du monde.

La brune ouvrit les yeux de nouveau, constatant qu’elle n’était plus seule. Une certaine blonde la regardait d’en bas, paraissant être là depuis déjà plusieurs minutes. Une chevelure qui ne lui est pas inconnu. C’est Bjanka, la dealeuse venue de Pologne. Lorsque l’italienne réalisé réellement qu’elle était là, son teint vira au rouge de honte. Elle déteste qu’on la voie comme ça, aussi sentimentale. Ca ne lui ressemble pas du tout. Elle aurait bien voulu prendre ses jambes à son coup et partir d’ici mais de toute évidence, elle n’a nulle part où s’en aller. Finalement, elle préfère que ce soit Bjanka qui l’ait trouvé plutôt qu’un éternel. D’un revers de la main, elle frotte ses yeux humides, pour éviter que des larmes ne finissent par couler avant de reprendre petit à petit son calme naturel. La blonde la complimente, à moitié disons, mais c’est assez inattendu. Maria rigole légèrement.

- Je ne sais pas si ça mérite ton compliment. J’ai appris sur le tas, il doit y avoir plein d’erreur.

La mafieuse dit ça pour se dédommager mais en vérité, c’est justement le fait que ce morceau soit rempli d’imperfection qui lui donne son charme. Cela lui donne un côté plus vrai, plus authentique. Quand Franckie jouait de la guitare pour sa fille adoptive, ce n’était pas parfait non plus, mais cela suffisait à lui faire oublier la réalité. Combien de fois la brune s’est endormie entre ses bras après qu’il lui ait joué un morceau ? Elle ne compte même plus. Mais c’est dans ces phases de doute qu’elle voudrait pouvoir retrouver ne serait-ce qu’un peu ces moments d’innocence partagés avec son second père.

La Polonaise n’a pas bougé d’un pouce et reste plantée en bas de l’édifice en ruine. La brune lui adresse un signe de la main.

- Reste pas plantée là monte !

Bjanka grimpa sans difficulté l’assemblage de pierres écroulés pour s’assoir à côté de l’italienne, toujours accompagnée de sa guitare. C’est drôle, à ses côtés Maria ne se sent pas gênée par sa condition. Habituellement, elle instaure toujours une certaine retenue avec les autres, due à ton statut de mafieuse. Avec elle, c’est différent. La blonde sait à peu près qui elle est vraiment.

- Sinon qu’est-ce que tu fais par là si tard toi ?


©BBDragon


Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t98-terminee-aussi-loin-que-je-me-souvienne-j-ai-toujours-voulu-etre-une-gangster-maria
http://magmell.forumactif.com/t274-une-camorriste-qui-traine-sur-magmell-maria
avatar
Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?
215
24/06/2017
Android 18 - Dragon Ball
Lann (Lio) // Luca
Humain
Mini image :

Description du personnage : Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?

Messages : 215

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Android 18 - Dragon Ball

Crédits : Lann (Lio) // Luca




Lun 28 Aoû - 18:28


I want to know
Ft. Maria Magdalena

Elle le pense vraiment. Cette chanson c'était bien. Il y avait un côté bouleversant.
Bien sûr elle ne lui dirait pas. Elle n'aurait pas pu trouver les mots de toute façon.
Le simple fait qu'elle ait au moins essayé signifiait beaucoup.
Et puis elle avait silencieusement accepté son invitation à se joindre à elle.
La blonde ne savait toujours pas si elle appréciait Maria mais au moins elle ne la détestait pas.
Depuis leur dernière rencontre elle avait un peu pensé à l'italienne. Pas de manière gênante ou tendancieuse mais leurs retrouvailles au bar lui avaient donné matière à réfléchir.
Déjà à cette époque lointaine où elles s'étaient rencontrées à Naples dans le cadre de leurs boulots respectifs la brune à mèche rouge lui avait fait forte impression. Comment une gamine avait pu s'imposer dans ce milieu d'hommes ?
Et puis après l'épisode du bar ici même à Mag Mell une forme de respect s'était naturellement développée.
Maria avait survécu à la mafia et réussi à progresser. C'était suffisamment impressionnant pour toucher le coeur de glace de Bjanka.


 - À vrai dire je sais pas trop. J'ai rien qui me retient sur Terre alors je me suis plus ou moins établie ici. J'erre.


Haussement d'épaules pour signifier que ça n'a que peu d'importance.
Evidemment elle a encore du mal à s'ouvrir à d'autres mais ce qui était agréable avec Maria c'est qu'elle acceptait les réponses telles qu'elles étaient. Elle n'insistait pas lourdement et savait tirer des conclusions de ce qu'on lui disait. Au moins Bjanka n'avait pas à tout expliquer et n'avait pas besoin aller au fond des choses.


 - Tu sais la plupart des choses dont rêvent les gens d'ici me feraient mourir d'ennui mais paradoxalement j'aspire à une vie calme et différente.


La blonde jette un coup d'oeil vers la brune pour être certaine qu'elle écoute.
Evidemment qu'elle écoute. C'est Maria.
Ça étire un peu les coins de sa bouche en un sourire.
Comment une gamine plongée dans la mafia et très certainement les problèmes pouvait être à la fois autant à l'écoute et aussi sensible ?
C'était toujours surprenant de réfléchir à la situation de ce petit bout de femme.
Déjà la dernière fois ça l'avait frappée Bjanka. Leurs similitudes et leurs différences.
Elle appréciait bien le fait que Maria ne se soit pas laissée détruire par la vie, contrairement à elle.


 - Mais et toi alors ? Je pensais pas que tu serais du genre à jouer de ce truc. Ni à chanter d'ailleurs.


Nouveau sourire éphémère.
À force de se servir des muscles dont elle n'a pas l'usage elle pourrait finir par se blesser.
Bjanka inspecte le visage de Maria dans la pénombre.
Elle se rend compte qu'au final elles ne se connaissent que peu. Si peu.
Elle aimerait bien résoudre cette situation. Qu'elles se racontent des trucs, que Maria devienne un peu plus que la fille de la mafia et qu'elle même soit plus à ses yeux que l'immonde dealeuse sans coeur et sans courage.
Alors elle balance ses jambes dans le vide, posée sur la ruine aux côtés de cette fille qu'elle connait si peu.
Comment faire pour être sympa et faire en sorte qu'elles deviennent copines ?
Décidément tout cela était bien compliqué et commençait à lui donner des noeuds au cerveau.

Code by Joy


Bjanka brise la glace en #ABC8E2.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t105-bjanka-cold-as-ice-en-cours#267
http://magmell.forumactif.com/t180-bjanka-depasser-les-apparences-ne-garder-que-l-essence
avatar
Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.
105
24/06/2017
Matoi Ryuko ~ Kill la Kill
Beaucoup de gens gentils ♥
Humain
Mini image :

Description du personnage : Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.

Messages : 105

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Matoi Ryuko ~ Kill la Kill

Crédits : Beaucoup de gens gentils ♥




Lun 28 Aoû - 21:14

I want to know
avec Bjanka Kwiatowski

La question est un peu bête, puisque qu’à tous les coups elle va lui retomber dessus. Mais qu’importe, pour l’instant ce qui compte c’est d’entamer une conversation. Maria n’a pas envie de rester toute seule, étonnement d’ailleurs. La présence de la polonaise la rassure un peu. Elle ne se sent pas abandonnée, et la vague de tristesse qui l’avait submergé quelques minutes plus tôt se retire doucement du rivage. La mafieuse peut souffler tranquillement de nouveau. La réponse de Bjanka ne se fait pas trop attendre. La brune lève les yeux vers la blonde. C’est vrai, maintenant qu’elle y pense, la polonaise lui avait dit qu’elle comptait se servir de Magmell comme d’une nouvelle chance pour recommencer d’elle. Maria s’était bien moquée d’elle pour ça, et en y repensant, la Camorriste réalise qu’elle a peut-être été un peu dure.

L’italienne ne répond rien quand Bjanka continue d’expliquer son ressenti. Ça ne l’empêche pas d’écouter bien sûr. Simplement, elle se contente d’y réfléchir. Maria déteste les éternels. Elle a toujours trouvé ces créatures idiotes, sans le moindre intérêt. Tout était trop parfait chez eux, en tout cas se voulait parfait. Au fond, elle est persuadée que ces êtres sont aussi pourris qu’elle-même. De plus, avec leur immortalité, cela n’arrange pas les choses. Comme le dis la blonde, vivre éternellement doit être d’un ennui mortel, si on peut le dire ainsi. Des personnes qui sortent d’un milieu très actif comme la mafia ou un réseau de ce genre ne supporterait surement pas ce style de vie, bien trop plat. Mais selon elle, une vie calme ne lui déplairait pas non plus. La polonaise va devoir trouver le juste équilibre. Maria lui souffle.

- Moi je ne pourrais pas vivre ici, je me ferrais beaucoup trop chier.

La question suivante surpris à moitié la brune. Voilà le revers de sa propre question. Que va-t-elle trouver à lui dire ? Est-ce qu’elle doit mentir ? Etre franche ? N’en dire que la moitié ? C’est assez rare que la jeune femme hésite pour quelque chose de si simple. Habituellement, elle lui aurait jeté à la figure la première chose qui lui serait venu à l’esprit. Mais ce soir, sa réponse a plus d’importance, car l’interlocuteur en a plus.

- Je suis une fille pleine de surprise il faut croire. Non sérieusement, je me planque. Je n’ai pas envie que les gars de l’unité me voit dans cet état.

Ses pieds se balancent à nouveau dans le vide. C’est vrai, ici Maria est tranquille. Personne ne lui demande quoi que ce soit. Personne ne sait vraiment pourquoi elle vient là. On peut éventuellement se dire que c’est une chanteuse de rue, qu’elle vient s’exercer dans le quartier abandonné, sans aucun public. Plein de possibilités s’ouvrent aux esprits curieux. Et celle qui consiste à dire la fille à la mèche rouge fait partit de la mafia ne se présentera certainement pas à leurs yeux. Même pour les plus imaginatifs, c’est assez inconcevable de penser à cette hypothèse en la gardant. Toujours à moitié dans sa réflexion, la brune se lance dans la conversation.

- Dis, est-ce qu’il t’est déjà arrivé de regretter tes choix ? De te dire que si tu n’avais pas fait ça, les choses se seraient peut être passé autrement ? Je dis ça mais peut être que tu es née dans l’organisation à laquelle tu appartiens et tu n’as pas eu à te poser la question…

Question très sincère. L’italienne est curieuse de connaître le vécu d’une autre femme plongée dans une situation similaire à la sienne. Est-ce que Bjanka sera aujourd’hui la personne qui l’aidera à revenir sur le droit chemin ?


©BBDragon


Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t98-terminee-aussi-loin-que-je-me-souvienne-j-ai-toujours-voulu-etre-une-gangster-maria
http://magmell.forumactif.com/t274-une-camorriste-qui-traine-sur-magmell-maria
avatar
Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?
215
24/06/2017
Android 18 - Dragon Ball
Lann (Lio) // Luca
Humain
Mini image :

Description du personnage : Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?

Messages : 215

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Android 18 - Dragon Ball

Crédits : Lann (Lio) // Luca




Mar 29 Aoû - 18:47


I want to know
Ft. Maria Magdalena

Long silence.
Très long silence de plusieurs minutes.
Un observateur extérieur aurait pu croire que les deux jeunes femmes refusaient de se parler ou s'étaient disputées.
Après les accords de guitare on entendait plus que le silence de la nuit dans ce coin là.
L'ultime question de Maria donnait du grain à moudre à la pauvre Bjanka.
Auparavant elle avait acquiecé à la petite remarque humoristique de la mafieuse. Elle elle trouvait vraiment que Maria était pleine de surprises.
Et étrangement elle comprenait parfaitement pourquoi elle se planquait et ne voulait pas que ses gars la voient comme ça. Vulnérable.
Puis était venue la question.
À la fois si simple, si innocente et si difficile à satisfaire pour la blonde.
Elle doute. Est-ce qu'elle peut se confier à Maria ? Elle ne la connait pas vraiment. Elle ne sait même pas quel âge elle a. Elle fait jeune mais a du vécu, ce qui pourrait être trompeur. Elle est de la Camorra mais Bjanka n'a pas envie de la résumer juste à ça. Preuve en est ce soir où elle montrait de nouveaux talents.
Et puis est-ce qu'elle arriverait à satisfaire à sa curiosité ? Si la méchée de rouge lui posait cette question c'est qu'elle même doutait de certains de ses choix. Qu'elle avait besoin d'être éclairée par l'expérience d'autrui. Non ?
L'ex-dealeuse poussa un léger soupir de renoncement et brisa le silence qu'elle avait elle-même instalée.


- Je pense que pour que tu comprennes il va falloir que je te raconte une bonne partie de l'histoire.


Le regard de glace se fixa un moment dans celui de l'italienne.
Elle déglutit silencieusement. Tout à coup voilà que passer aux aveux la stressait beaucoup plus qu'elle ne l'aurait imaginée.
Ce n'était pas la peur d'être jugée mais plutôt la peur d'être jugée par Maria.
Pourquoi son avis lui importait soudainement ?
La blondinette avait conscience que son histoire n'était pas très reluisante. Peut être que son interlocutrice la jugerait sévèrement. C'était une possibilité.


- J'avais à peine douze ans quand je suis partie de chez moi. Enfin... quand je dis "chez moi" c'était plus un toit et un lit pour dormir qu'un foyer confortable et rassurant. J'y passais le moins de temps possible mais c'est pas plus mal.
Et donc je suis partie pour la seule destination possible dans la tête d'une petite fille : la capitale.
Une grande ville, du monde, des opportunités d'avoir une vie différente. C'était comment je voyais les choses.
J'ai passé pas mal de temps dehors avant que les choses commencent à changer pour moi.
À ce moment là est-ce que je regrettais ? Pas franchement. C'était dur forcément mais crois moi ça aurait été pire si j'étais pas partie.
Et je me suis mise à détester cette ville et tous les rats qui s'y enterrent.
Je sais pas si tu connais mais Varsovie c'est moche. Très moche. Comme ça a été détruit par la guerre les bâtiments ont tous été reconstruits à la même époque. C'est terne, triste, gris, uniforme. Ça m'a souvent donner envie de gerber.
Et moi j'étais là, j'errais. Personne ne m'aidais mais je demandais pas d'aide non plus. Question de fierté.
Même ça je le regrette pas.
Dans ma tête à ce moment là c'était bat toi seule et prouve au monde que tu es une gagnante. Et puis sincèrement  je pense que si j'avais demandé de l'aide à qui que soit j'aurais eu une chance sur deux de finir dans un réseau de prostitution pédophile. Un truc bien cool quoi.
Finalement la drogue ça passerait presque pour une douce activité. Mais je vais y venir.



Elle marqua une courte pause dans son récit pour récupérer son souffle et ne pas perdre Maria.
Jettant un coup d'oeil vers celle-ci elle remarqua qu'elle était suspendue à ses lèvres. Elle buvait ses paroles respectueusement en attendant la suite. C'était à la fois un peu flippant mais aussi flatteur.
Bjanka déglutit à nouveau et se remit à fixer ses pieds avant d'enchainer.
Elle le savait, elle arrivait à la partie du récit qui ne plairait pas à la jeune femme brune. Elle lui avait clairement fait comprendre la dernière fois qu'elle n'appréciait pas le traffic de drogue.


- Et un jour j'ai rencontré Philip.
À l'époque je comprenais pas ce qu'il faisait, j'étais jeune.
Et puis sincèrement ça se passe pas comme dans les films. T'as pas un gros taré en costard qui fume le cigare qui t'embarque dans sa limousine pour faire de toi la nouvelle baronne de la drogue.
J'ai commencé par des petits services simples, des petites commisions. Des trucs qui l'aidaient. Et moi ça me rendait heureuse.
Déjà ça occupait mes journée mais en plus je récupérais des sous et je pouvais manger quotidiennement. C'était une sacrée évolution.
Donc ouais, même quand j'ai pris conscience -plus tard- des effets de la marchandise sur les clients, de l'addiction, tout ça, j'ai pas regretté.
C'est pas que j'aimais détruire les gens ou quoi, même si eux en avait rien à foutre que je crève la bouche ouverte dans la rue, mais si j'avais arrêté je serais retombée dans la même misère et j'aurais certainement pas passé l'hiver. Il fait froid en Pologne l'hiver.
Enfin bref... ça a duré un moment. Genre très longtemps.
Aux yeux d'une petite fille c'est long le temps qui passe.
Et puis j'ai emménagé avec Philip. Parce qu'il était plus vieux, qu'il avait un vrai travail à côté et puis je crois que ça lui faisait de la peine de me voir toute seule dans la rue.
Mais je te rassure il y avait rien de... hum hum... on était amis quoi  ! Même plus tard on est resté des amis. Jusqu'à ce qu'on se perde de vue... mais c'est une autre histoire.
Et puis je suis restée dans ce milieu. C'était de l'argent facile, disponible rapidement et en quantité. Tout ce dont j'avais toujours rêvé. Et en plus je gardais ma liberté. Donc inutile de préciser que je regrettais pas.
Plus tard, quand je me suis retrouvée seule à nouveau, j'ai eu le choix. Je pouvais tout quitter, tenter autre chose, une autre aventure.
Mais je suis restée là dedans. À mes yeux c'était la seule chose que je savais faire. Et j'ai rebâti un empire. Plus grand et plus organisé que le traffic que j'avais avec Philip. C'est rapidement devenu plus rentable. Et là encore je regrettais pas, à l'époque.
Maintenant quand j'y repense -avec le recul- c'est peut être à ce moment là que tout s'est déterminé. J'étais encore jeune, j'avais le choix et le temps de me reconstruire.
J'ai choisi la facilité. Est-ce que je regrette ? Sincèrement je sais pas. Certainement que oui.
J'y ai déjà pensé mille fois. Être quelqu'un d'autre et pas un espèce de monstre sans coeur qui détruit des vies.
Mais c'est ainsi, on refait pas le passé.



Nouvelle pause. Plus longue que la précédente.
Bjanka semble avoir fini son récit ou ne pas avoir envie d'aller plus loin.
Elle se passe la main sur le visage et laisse ses talons tapoter doucement la roche.


 - Désolée, j'ai pas l'habitude de parler autant, je t'ai même pas laissée en placer une.


C'était bien la première fois qu'elle se confiait de la sorte. Quasiment toute l'histoire, dans les grandes lignes.
Il manquait une foule de détails non négligeables mais elle avait à la fois peur de trop décevoir Maria, de la noyer sous une avalanche d'informations inutiles et aussi que sa mémoire lui fasse défaut et qu'elle altère la réalité.
Finalement cela lui avait fait du bien de vider son sac.
Elle ne voulait pas qu'on la plaigne, pas qu'on la prenne en pitié, pas qu'on lui pardonne. Elle voulait simplement raconter à quelqu'un qui puisse la comprendre sans la pointer du doigt comme étant l'immonde dealeuse sans coeur et sans pitié.


- Mais voilà, pour répondre à ta question oui j'ai des regrets mais les faits pris individuellements son difficiles à regreter. Parce qu'à un moment donné ils m'ont été profitables. Et que j'ai jamais fait ça dans l'optique de faire du mal aux gens. Dans le pire des cas leur sort m'importait peu.
Mais c'est sûr que dans la globalité oui je regrette et je me déteste. J'aurais voulu être quelqu'un d'autre.



Ces mots venus du coeur lui faisaient mal.
Elle avait toujours mis un point d'honneur à être détachée. À se dire que les gens venaient d'eux même chercher la drogue. Elle aurait pu vendre des frites ça aurait été pareil.
Et aujourd'hui elle réalisait à vingt-quatre ans qu'elle regrettait beaucoup tout le mal qu'elle avait pu faire autours d'elle, indirectement.
Les larmes lui montaient. Ce n'était pas le moment !
Cela faisait des années qu'elle n'avait pas pleuré, elle ne voulait pas craquer maintenant. Pas devant Maria.
Elle était forte. Elle était Bjanka.
La blonde tourna le visage sur le côté pour éviter que sa presque-copine ne voit son trouble.


 - Tu me juges ?


La question était simple mais avait beaucoup de poids.
Il était rare qu'elle demande l'avis d'une personne et si elle le faisait c'est que celui-ci lui importait.
Que ferait elle si Maria la jugeait trop sévèrement ?
Elle n'en savait rien pour le moment. Elle devait se préparer à se manger un mur. C'était ainsi, elle ne pouvait pas changer qui elle était ni ce qu'elle avait fait.
Le jugement des gens sur sa personne serait toujours négatif, voilà pourquoi elle ne se liait jamais aux gens. Leur regard changeait quand ils savaient.

Code by Joy


Bjanka brise la glace en #ABC8E2.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t105-bjanka-cold-as-ice-en-cours#267
http://magmell.forumactif.com/t180-bjanka-depasser-les-apparences-ne-garder-que-l-essence
avatar
Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.
105
24/06/2017
Matoi Ryuko ~ Kill la Kill
Beaucoup de gens gentils ♥
Humain
Mini image :

Description du personnage : Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.

Messages : 105

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Matoi Ryuko ~ Kill la Kill

Crédits : Beaucoup de gens gentils ♥




Mer 30 Aoû - 16:45

I want to know
avec Bjanka Kwiatowski

La brune attendait, silencieusement. Au fond, elle meurt d’envie que Bjanka lui raconte son histoire, pourquoi elle est devenue cette personne là et pas une autre. Maria ne sait pas grand-chose du passé des membres de son groupe. Déjà parce que la Camorra compte en tout environ un demi-million de personnes, donc impossible de tous les connaître, et puis parce que parler de cela est un peu tabou. En tant que leadeur, elle est au courant de l’histoire de tous les membres de l’unité Nuovo. Mais pas un n’est né hors de la mafia. Ils sont tous dedans depuis leur naissance. Même s’ils ont vécu des choses horribles pour la plus part, elle n’est pas comme eux. Elle n’a jamais pu se comparer à eux pour savoir comment ils ont fait pour s’en sortir. Ils n’ont probablement jamais eu à se poser la question.

Ce soir, la mafieuse a espoir que la polonaise soit comme elle. Que son histoire lui permette de faire le point dans sa tête, de se sentir mieux, et surtout de mieux se comprendre. La blonde commença à parler.

Maria est suspendue à ses lèvres, avalant la moindre parole, le moindre détail. Le moindre mot que pourra dire cette ex-dealeuse lui sera utile, elle en est persuadée. L’histoire commence et s’en suit, sans pour autant que la brune n’arrive à décrocher. C’est à cet instant que la Camorriste réalise que Bjanka n’est pas si différente qu’elle. Les deux femmes n’ont pas tout à fait pris les mêmes chemins, mais dans les grandes lignes, c’est un passé similaire au sien qui se présente à elle. L’italienne n’a cependant pas eu à vivre dans la rue, comme a pu le faire la blonde. Mais à partir du moment où la polonaise évoque ce Phillip, Maria a l’impression d’écouter son propre vécu. Cela la replonge dans ses propres souvenirs de manière assez violente. Son interlocutrice faisait de régulière pause, pour laisser à la brune le temps de reprendre ses esprits, de tout suivre. La vie de cette femme a été très compliquée, la mafieuse ne peut le nier. Quand elle eut terminé, la jeune femme n’attendit pas très longtemps pour lui répondre.

- Je n’avais pas besoin de parler, tes explications se suffisent à elle-même.

Maintenant allait arriver la réponse à sa question initiale. Est-ce que la polonaise regrettait tout ça ? Est-ce que toute sa vie n’avait été qu’une grossière erreur ? C’est ce que Maria attend le plus.

La réponse lui fit rater un battement de cœur. Oui elle regrette. Oui elle aurait voulu être quelqu’un d’autre. Les lèvres de Maria en tremblaient. Elle s’attendait à cette réponse. Le peu qu’elle avait pu voir de la blonde lui ont suggéré cette réponse. Mais l’entendre de vive voix lui fait très mal. La mafieuse ne sait pas du tout comment réagir face à cela. Cependant, la Camorriste tente tout de même de reprendre son calme pour répondre aux interrogations de Bjanka.

- Non je ne te juge pas. Au contraire, je suis en train de revoir celui que j’avais prononcé au bar l’autre soir. Je t’ai dit que tu étais une lâche de fuir la réalité. Mais maintenant que je sais ce que tu as vécu, j’arrive à te comprendre un peu. Ici, les gens ne sont pas comme dans notre monde. La misère est cachée, invisible à nos yeux. Pour des personnes comme nous, cela ressemble au paradis. L’enfant que tu étais aurait rêvé de se planquer ici, pour échapper au froid et à la dureté de ton pays. Et je peux comprendre qu’encore maintenant, tu souhaites trouver cette chaleur.

Le silence retomba. C’est assez difficile pour la brune d’encaisser tout ça, elle ne sait plus trop quoi dire. Peut-elle vraiment exprimer ses doutes à cette femme ? La comprendrait-elle réellement ? Elle ne peut pas et ne pourra jamais le savoir. Mais ce soir, elle désire vraiment essayer. L’italienne prit une grande inspiration avant de se remettre à parler.

- Je suppose que c’est à moi maintenant de te raconter mon histoire. Je n’aime pas parler de moi, alors je ne le répèterais surement pas.

C’est assez difficile de trouver par où commencer. Maria n’aime pas raconter ses affaires ni ses ressentiments. Et quand quelqu’un d’autre le fait à sa place c’est encore pire. On se souviendra du moment où elle a failli péter un câble devant Orazio parce que Pedro lui a raconté toute sa vie. Mais ici c’est différent. Tout est entre ses mains.

- Jusqu’à mes 10 ans, j’avais une vie tout à fait banale. Je vivais dans un appartement à Naples avec mes deux parents. Nous étions heureux. Mais ce rêve s’est brisé violement quand mes géniteurs se sont mis à toucher à la drogue. Petit à petit leurs états se sont dégradés jusqu’à devenir des êtres amorphes. Il n’était plus que des coquilles vides. J’ai passé presque un an enfermée dans ma maison, devenant de plus en plus maigre. Je me desséchais à vue d’œil. Je n’allais pas tarder à mourir. Mais quand j’ai eu 14 ans, les choses ont changé. Toi qui as travaillé là-dedans, tu dois savoir que quand un client ne paie pas, on le descend. Pour mes parents c’était la même chose.

La brune s’arrêta un instant, revoyant dans les moindres détails la scène. L’arrivée de Franckie et Pedro, les coups de feu, le bruit de leurs corps s’effondrant au sol. Toutes ces images resteront à jamais gravées dans la mémoire de Maria.

- Deux hommes de la Camorra ont descendu mes parents et l’un allait me faire subir le même sort. Mais dans ma vie, j’ai eu un homme similaire à Phillip. Il s’appelait Franckie. Il refusait que l’on m’abatte alors que je n’y étais pour rien dans tout ça. Alors ils m’ont emmené. C’est comme ça que ma vie de mafieuse a commencé. Au départ, Franckie ne voulait pas que je devienne comme lui. Il voulait simplement que j’ai un foyer, la Camorra en l’occurrence. Dans son esprit, j’allais grandir parmi eux, me trouver un mari et fonder une famille. Mais, du haut de mes 14 ans, j’ai fait un choix. Au lieu d’accepter cette route, j’ai décidé de devenir une mafieuse à part entière. J’avais l’impression que si j’attendais là, j’allais rester à tout jamais une coquille vide. Je voulais trouver un sens à mon existence. Je voulais me sentir vivante. Alors je suis devenue une mafieuse.

A nouveau le silence. Bjanka l’écoutait attentivement, comme elle avait pu le faire plus tôt. Mais la brune n’a pas tout à fait fini.

- Ça fait 5 ans que ça dure, 5 ans que je mène cette vie. La plus part du temps, je me dis que j’ai bien fait de faire ça, que c’était pour ma survie. Mais parfois je doute, je ne suis plus sûre de rien. Et dans ces moments-là, j’aimerais que Franckie soit encore à mes côtés pour me soutenir.

Cette fois, ça en était trop pour notre chère mafieuse. A moitié dissimulé sous ses cheveux, une larme roule sur sa joue.


©BBDragon


Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t98-terminee-aussi-loin-que-je-me-souvienne-j-ai-toujours-voulu-etre-une-gangster-maria
http://magmell.forumactif.com/t274-une-camorriste-qui-traine-sur-magmell-maria
avatar
Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?
215
24/06/2017
Android 18 - Dragon Ball
Lann (Lio) // Luca
Humain
Mini image :

Description du personnage : Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?

Messages : 215

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Android 18 - Dragon Ball

Crédits : Lann (Lio) // Luca




Jeu 31 Aoû - 17:27


I want to know
Ft. Maria Magdalena

Bjanka était reconnaissante à Maria de ne pas l'avoir interrompue.
C'était déjà assez difficile comme ça de se remémorrer les faits et de les exposer, s'il fallait en plus subir regards et questions elle ne s'en serait pas sorti.
Mais elle le savait d'avance, bien avant de débuter son récit, que Maria respecterait ses paroles et sa mémoire.
Voilà pourquoi elle avait aussi choisi de se confier. Elle se sentait écoutée mais jamais jugée ou méprisée.
Et les réponses de la brunette abondaient en ce sens. Aucun jugement, aucune haine. Maria faisait même l'effort d'essayer de comprendre.
Au fond c'était un soulagement incomensurable. Ça lui aurait fait très mal que la petite italienne lui en veuille et la plante là. Bien sûr ça aurait été compréhensible et elle s'en serait remise mais en serait ressortie marquée assurément.


Et puis Maria avait choisi de se confier à son tour.
Bjanka n'avait pas demandé et ne l'aurait sans doute jamais fait mais elle était contente de recevoir des confessions à son tour.
Pas dans le sens où elle était heureuse de connaitre le passé tumultueux de la camorriste -parce qu'elle se doutait bien que d'une façon ou d'une autre celui-ci ne devait pas être rose- mais plutôt parce qu'en ce soir, à la lumière de la lune et des étoiles elles se faisaient mutuellement confiance et se soutenaient. Un peu comme des amies.
C'était peut être ce qu'il leur manquait à toutes les deux. Sur ce point là elle ne pouvait se prononcer pour Maria. Peut être que la vie dans la mafia était agréable malgré les apparences et que les autres mafieux, son équipe, étaient ses amis.
Alors la blonde patientait respectueusement que son interlocutrice rassemble courage et souvenirs.
Elle avait bien pris conscience de ce préambule sous forme d'avertissement. Et elle comprenait. Il était si difficile de parler de soi parfois. Surtout lorsque le passé était douloureux.


Dès les premiers mots Bjanka resta interdite.
Dix ans. C'est tout. Le destin pouvait briser la vie de gamins de dix ans sans aucune pitié.
Soudainement la blonde éprouva de la peine pour Maria. Durant leurs quelques rencontres et entrevues elle ne s'était jamais demandé pourquoi la mafieuse était ainsi. Elle ne s'était jamais dit qu'elle avait pu être une petite fille heureuse et souriante et que c'était la vie qui avait jeté ce bonheur à terre pour le piétiner. Chienne de vie.
La suite ne lui fit pas beaucoup plus plaisir.
Désormais elle comprenait l'aversion de la brunette pour la drogue.
À sa place elle aurait certainement nourri une haine viscérale contre tous les revendeurs, tous les clients, tous les producteurs, tous ceux liés à ces produits.
Elle avait déjà regretté d'avoir fait ce qu'elle avait fait, comme elle l'avait expliqué plus tôt à Maria, mais c'était bien la première fois qu'elle en avait honte.
Se rendre compte aussi frontalement que la déchéance de certains clients, que la descente aux enfers des consommateurs pouvait aussi ruiner des vies autours d'eux dont celles de petites filles innocentes c'était douloureux. Très douloureux.
Oh ce n'était certainement rien comparé à ce qu'avait dû vivre Maria mais désormais sa conscience blonde la tiraillait.
Combien avaient souffert en ricochet ? Combien l'avaient haïe et maudite ? Elle méritait ce ressentiment c'était certain mais ça ne l'aidait en rien à soulager sa conscience.


Et le récit se poursuivait.
Maria ne l'accusait en rien, elle avait simplement fait le parallèle entre son ancienne activité et la destruction de sa famille.
C'était peut être volontaire ou peut être pas. Elle n'imaginait pas la brune être capable d'insinuer des choses à dessein, du peu qu'elle avait pu en voir elle savait qu'elle disait ce qu'elle pensait frontalement, mais c'était une possibilité.
Toutefois elle passa rapidement sur cet épisode et sur l'assassinat de ses parents.
Elle en parlait avec un tel détachement, c'était troublant. Etait-ce parce qu'elle avait rejoint la mafia par la suite et qu'elle comprenait ses méthodes ou bien parce que ses parents détruits par la drogue n'étaient plus l'homme et la femme qu'elle avait connue ? Difficile à dire.
Encore une fois leurs similitudes étaient frappantes. D'avoir perdu parents et foyer si jeune, de s'être retrouvées face à l'adversité, d'avoir choisi d'aller de l'avant même si le moyen employé n'était pas politiquement correct.
Désormais elle comprenait pourquoi elle ne détestait pas Maria, loin de là.
Leurs histoires étaient différentes, leurs parcours étaient différents, leurs décisions uniques et leurs choix personnels mais pourtant elles se ressemblaient.
Telles deux louves de clans différents.


La conclusion du récit la laissa un peu sur sa faim.
Elle aurait bien aimé que Maria détaille ses années dans la mafia.
Savoir ce qu'elle avait fait par la suite, comment elle avait accepté leurs méthodes, comment elle s'était adaptée à ce milieu d'hommes.
C'était certainement très égoïste de vouloir plus. Evoquer ces souvenirs devait être assez douloureux pour Maria.
Et puis la jeune femme avait fini par évoquer son trouble, ses doutes, son envie de revoir un être cher. C'était touchant. Même pour un coeur de glace comme Bjanka.
Alors elle se permit un geste de familiarité qu'elle n'aurait même jamais imaginé faire.
En cet instant, après tout ceci, elle se sentait suffisamment proche de Maria pour oser la toucher.
D'une main elle vint tapoter doucement le haut de son crâne.
Juste ça, un simple geste de réconfort très bref. Puis elle remit sa main sur son genou, un peu honteuse.
Maria c'était un peu comme la petite soeur qu'elle n'avait jamais eu.
Bien sûr désormais elle savait qu'elle en avait une quelque part dans le monde. Mais déjà elle n'en était qu'une demie et puis vu la tournure qu'avait pris leur rencontre elles avaient de très très fortes chances de ne jamais se revoir.
Ce geste c'était aussi une manière de demander pardon pour ses parents. Ce n'était pas elle qui avait fourni la drogue qui les avait détruits mais c'était tout comme.
Dans ce simple geste elle avait tenté de faire passer tout ça. Le réconfort, la proximité, l'amitié, le regret. Tout ça dans ce rapide geste ni très câlin ni très personnel.


Un silence s'installa entre les deux.
Il n'était ni gênant ni gêné.
En général Bjanka appréciait le silence mais là elle avait envie de le briser.
L'histoire de Maria et ce qu'elle n'avait pas dit l'intriguait.
Elle la laissa se recueillir encore quelques instants et reprendre ses esprits avant de demander.


- Ce Franckie, il est mort ?


C'était direct mais sans aucune intention de nuir.
Simplement c'était du pur Bjanka. Quand elle avait envie de savoir quelque chose elle demandait. Ou ne demandait pas si ça n'avait aucune importance.
Mais les derniers mots de Maria avaient piqué sa curiosité.
Elle avait parlé d'une absence, d'un manque. Et celui ci semblait lui peser beaucoup plus que celui de ses parents.

Code by Joy


Bjanka brise la glace en #ABC8E2.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t105-bjanka-cold-as-ice-en-cours#267
http://magmell.forumactif.com/t180-bjanka-depasser-les-apparences-ne-garder-que-l-essence
avatar
Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.
105
24/06/2017
Matoi Ryuko ~ Kill la Kill
Beaucoup de gens gentils ♥
Humain
Mini image :

Description du personnage : Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.

Messages : 105

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Matoi Ryuko ~ Kill la Kill

Crédits : Beaucoup de gens gentils ♥




Ven 1 Sep - 16:42

I want to know
avec Bjanka Kwiatowski

La brune avait le cœur serré. Chaque muscle de son corps se retrouvait tendu. Parler de ce genre de choses est très loin d’être facile pour Maria, peut-être parce qu’elle ne l’a jamais fait. Les personnes qui sont au courant sont ceux qui l’ont vu grandir de leurs propres yeux. Orazio est une exception parmi ce lot. Mais de sa propre voix, elle n’avait jamais rien dit à personne. Surtout que là, elle l’a dit à Bjanka. Sur le coup, elle a voulu se soulager d’un poids en utilisant son oreille attentive. Mais après le recul, l’italienne à l’impression d’avoir confié ses peines au diable. La polonaise est du même genre de personnes qui ont provoqué la descente aux enfers de ses parents. Elle devrait la haïr plus que tout. Au fond, cela reste toujours le cas. Mais la mafieuse a également conscience que ce qu’elle-même fait n’est pas juste, et que sa camarade profite simplement du système qu’elle-même exploite sans aucune retenue.

Maria sursauta quand une main vient se poser sur sa tête. C’est la blonde. Elle vient de faire ce geste que l’on fait aux jeunes enfants pour les réconforter. Sous l’éclat de la lune, cette situation prenait une drôle de tournure. La brune se sentait presque trembler de surprise. La dernière personne qui s’est permis de faire ça c’est…

- Ce Franckie, il est mort ?

Le cœur de Maria rata de nouveau un battement. On pourrait la croire insensible. En même temps, vu la facilité avec laquelle elle a évoqué la mort de ses parents sans sourciller mène tout droit à cette conclusion. Pourtant, ce n’est pas tout à fait le cas. Elle éprouve encore des choses au fond de son cœur. En essayant de maintenir sa voix sans trembler, l’italienne reprend la parole.

- Oui, c’était l’an dernier, le jour de mes 18 ans.

A nouveau un silence. La mafieuse ne sait pas si elle doit aller plus loin ou pas. Mais devant l’air insatisfait de Bjanka, elle se surprit à continuer.

- Cet homme, il a tellement fait pour moi. Après m’avoir récupéré, il a pris soin de l’enfant perdu que j’étais, comme si j’étais son enfant. Lorsque mes parents ont définitivement plongé dans la drogue, je me suis promis de ne plus jamais aimer quelqu’un, parce que les êtres humains sont faibles et que tôt ou tard, ils te trahiront. Mes parents étaient déjà morts depuis longtemps, bien avant que Franckie les abatte. Mais lui, je n’ai pas réussi à l’ignorer. Il m’a protégé avec toute son âme, il m’a tant appris. C’est grâce à lui que j’ai survécu dans la Camorra. Tu te doutes bien que des femmes comme moi, il n’y en a pas des masses là-dedans.

La brune s’égare mais reprend son histoire.

- Franckie était un assassin. Je le sais depuis que je le connais. Au compte du parrain, il tue. Que ce soit des endettés comme mes parents à l’époque ou des gêneurs. Il élimine sans se poser de questions. Il l’a tellement fait qu’à la fin, ça ne lui faisait plus rien. Pour autant, je suis sûre qu’il n’était pas fier de le faire, il n’éprouvait aucun plaisir à la tâche. Le jour de mes 18 ans, il a dû aller se charger d’un cas. Il m’avait promis qu’il reviendrait vite, pour qu’on fasse la fête ensemble. Je voulais que mon père soit là pour fêter ma majorité.

Une nouvelle inspiration. L’italienne a laissé échapper le mot « père ». Elle se mord la langue.

- Mais il n’est jamais revenu. Sa cible a été plus rapide et l’a tué. Je n’ai jamais pu revoir le corps de mon mentor. Mais on m’a dit comment on l’avait retrouvé. Il était pendu à un crochet dans un camion de congélation. Il avait été égorgé et placé là comme un animal.

L’italienne sert les poings, emplie d’une rage sans mesure.

- J’étais tellement en colère que j’ai pété un plomb. J’ai pris une arme et je suis allée chez sa cible. Je n’ai pas hésité une seule seconde. Je l’ai tué. J’ai moi aussi mis fin à la vie d’un homme. J’étais emplie de rage, de colère, de l’envie de vengeance. Je ne contrôlais plus rien. Je ne sais même pas comment s’appelait ce gars, mais je l’ai tué ! Je ne voulais pas que celui qui m’avait pris mon père court encore !

Le ton est brusquement monté, sans que Maria ne s’en rende compte réellement. Elle se mord les lèvres jusqu’au sang. Tout bouillonne en elle, comme à chaque fois qu’elle repense à tout ça. Ce jour aurait dû être magnifique. Mais il s’est transformé en bain de sang.


©BBDragon


Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t98-terminee-aussi-loin-que-je-me-souvienne-j-ai-toujours-voulu-etre-une-gangster-maria
http://magmell.forumactif.com/t274-une-camorriste-qui-traine-sur-magmell-maria
avatar
Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?
215
24/06/2017
Android 18 - Dragon Ball
Lann (Lio) // Luca
Humain
Mini image :

Description du personnage : Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?

Messages : 215

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Android 18 - Dragon Ball

Crédits : Lann (Lio) // Luca




Sam 2 Sep - 19:34


I want to know
Ft. Maria Magdalena

La blonde serre les dents si fort qu'elle s'en fait mal à la machoire.
Elle ne s'attendait pas à ce que sa question soit accueillie avec un grand sourire -surtout venant de Maria- mais de là à réveiller le volcan il y avait un monde.
Désormais elle regrettait un peu d'avoir demandé.
C'était le problème avec Bjanka. Elle s'intéressait à peu de choses et surtout pas aux gens mais quand quelqu'un l'accrochait elle avait du mal à s'arrêter.
Peut être était elle allée trop loin avec la brunette.
À ses yeux il n'y avait pas de questions trop personnelles mais tout le monde ne pensait pas de la même manière.
Elle sentait se lever la tempête surtout dans le changement d'attitude de son interlocutrice.
Celle-ci mettait plus de temps à répondre, marquait des pauses, semblait indécise quand à la conduite à tenir. Se retenir et arrêter là ou miser tapis et tout raconter à sa potentielle amie ?
Au fond la polonaise ne lui en aurait pas voulu si elle lui avait dit merde.


Et ce qu'elle sentait venir s'était confirmé. Ça n'avait pas loupé.
Les mots de Maria étaient tranchants et son histoire brutale.
Il y avait aussi ces critiques à mots couverts concernant la drogue et ses ravages. Elle les acceptait. Elle avait toujours eu conscience des conséquences et savait que la haine des gens seraient proportionnelle à leurs besoins.
Le ton de la camorriste était monté graduellement.
Bjanka n'était pas la fille la plus brillante sur Terre -loin de là- et par conséquent très certainement pas la plus intelligente de Mag Mell mais elle savait faire preuve de discernement.
L'emportement de Maria n'était que la conséquence direct du réveil mémoriel qu'elle lui avait imposé. Elle ne le prenait pas pour elle.
Malgré tout elle ressentait une forme de malaise.
S'entendre dire qu'une gamine de dix-huit ans était capable de saisir un flingue et refroidir un type ça la glaçait sur place. Plus qu'habituellement.
Et savoir que cette même demoiselle était assise à quelques centimètres d'elle n'était pas pour la rassurer.
Oh elle n'était pas spécialement couarde la blonde. Simplement elle savait d'expérience que -pour avoir régné sur son propre territoire- lorsqu'un prédateur plus gros et plus sauvage se pointait il valait mieux fuir que chercher l'affrontement.


- Désolée d'avoir demandé...


Ça doit bien faire deux fois dans la même conversation que Bjanka s'excuse. Fait surprenant.
Et elle le pensait, évidemment.
Si elle avait su ce que ça déclencherait chez Maria elle n'aurait pas demandé.
Elle avait très bien compris toute seule que le père adoptif de la brune était décédé, quel besoin avait elle de creuser plus avant ?
Voilà ce qui lui en coûtait de vouloir trop s'intéresser.
Désormais elle n'avait plus vraiment envie de parler. Elle ne savait plus quoi dire.
C'était assez gênant. Elle aurait pu essayer de consoler Maria ou trouver les mots justes pour apaiser son coeur mais elle ne savait pas faire ça.
Elle songea un instant que l'italienne pourrait interprêter son silence comme du je-m'en-foutisme. C'était une possibilité.
La conversation mourru d'elle même et un nouveau silence s'installa.
Mais celui-ci n'était pas un silence de circonstance pour reprendre son souffle ou analyser une révélation importante.
Il était pesant, gênant et assez peu agréable.
Et Bjanka ne faisait rien pour le briser.

Code by Joy


Bjanka brise la glace en #ABC8E2.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t105-bjanka-cold-as-ice-en-cours#267
http://magmell.forumactif.com/t180-bjanka-depasser-les-apparences-ne-garder-que-l-essence
avatar
Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.
105
24/06/2017
Matoi Ryuko ~ Kill la Kill
Beaucoup de gens gentils ♥
Humain
Mini image :

Description du personnage : Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.

Messages : 105

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Matoi Ryuko ~ Kill la Kill

Crédits : Beaucoup de gens gentils ♥




Lun 4 Sep - 16:18

I want to know
avec Bjanka Kwiatowski

L’italienne a déchainé toute sa colère en un instant. D’un coup, c’est comme si le monde entier devait être au courant de sa haine. Rien ne pouvait plus l’arrêter. Son esprit ressemblait plus à un bain de sang qu’à autre chose. Exactement comme le jour qu’elle décrivait, là le bonheur et la paix n’avaient plus leur place. Il ne restait plus qu’un immense chaos. Aussi bien dans la tête de la mafieuse que dans l’espace où les deux femmes se trouvent. La camorriste a jeté un froid, si on peut le dire ainsi, dans ce quartier déjà sinistre. Le silence est retombé pendant que la brune serre les poings si forts que ses ongles s’enfoncent dans sa chair. Elle sent une goutte de sang s’échapper, mais elle n’en fait rien. Elle la laisse se promener à sa guide le long de sa peau blanche.

La blonde ne trouva rien de mieux que de s’excuser. La grande ado se retourna vivement, fixant intensément les yeux de son interlocutrice. Le regard fuyant, elle n’osait même plus la regarder dans les yeux. L’italienne lui a fait peur. L’éclat de rage qui brillait à l’intérieur des yeux de la mafieuse s’éteigne doucement, révélant un regard plus doux, celui d’un animal perdu. Elles étaient là, toutes les deux, perdus dans un monde qui ne leur appartient pas. Et pourtant, la camorriste ne pouvait s’empêcher de faire peur. Même si elle a l’impression qu’ici elle n’est qu’une ado banale, son tempérament lui rappelle sans cesse qu’elle ne peut pas renier qui elle est ni ce qu’elle est devenue.

Elle baisse la tête, honteuse. Un instant de silence avant que celle-ci ne relève la tête vers la polonaise, avec une sorte de sourire au coin des lèvres. Il n’a rien de beau ni de charmeur, il ressemble plus à un sourire désolé. Comme si son visage n’était pas capable d’afficher une autre expression.

- Tu dois me prendre une folle maintenant que je t’ai débité ça sans aucun remord. Tu n’as pas tout à fait tort. Non en fait je ne suis pas folle, c’est plus que ça. Je suis un monstre, voilà c’est ça, un monstre.

A nouveau, la mafieuse se tut, consciente de ce qu’elle vient de dire. C’est clair que dans son pays, les parents doivent dire que les gens de la mafia sont des monstres, qu’ils n’ont plus de sentiments ni de morales, qu’ils ne sont qu’avides d’argent et de sang. Elle ne peut pas en vouloir à ces gens de les décrire comme ça. Certains correspondent bien à ces dires, l’italienne ne peut le nier. Mais les résumer à ça est tellement réducteur. Il y a bien plus derrière cette image. Il y a des êtres humains, différents du commun certes, mais qui existent toujours. Et finalement, ce n’est pas ça le plus important ?

- Je ne sais pas comment tu fais pour rester assise à côté de moi maintenant que tu sais la vérité. N’importe qui aurait dû s’enfuir à toutes jambes, de peur que je le tue aussi. Tu n’es vraiment pas normale.


©BBDragon


Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t98-terminee-aussi-loin-que-je-me-souvienne-j-ai-toujours-voulu-etre-une-gangster-maria
http://magmell.forumactif.com/t274-une-camorriste-qui-traine-sur-magmell-maria
avatar
Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?
215
24/06/2017
Android 18 - Dragon Ball
Lann (Lio) // Luca
Humain
Mini image :

Description du personnage : Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?

Messages : 215

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Android 18 - Dragon Ball

Crédits : Lann (Lio) // Luca




Lun 4 Sep - 18:30


I want to know
Ft. Maria Magdalena

Bjanka appréciait que la brune brise le silence.
Même si elle ne trouvait rien à redire elle n'avait pas envie que la conversation ne meurt maintenant.
Mais s'entendre dire ça c'était trop.
Elle commençait à peine à entrevoir l'idée de pouvoir apprécier Maria, elle n'allait pas tout gâcher maintenant.
Encore sous le choc des révélations et surtout de l'attitude de la mafieuse, emplie de colère et de haine, la blonde ne trouvait pas le courage de rouvir les lèvres.
Elle le devait, en avait envie mais n'y arrivait pas.
La nouvelle tirade de Maria la secoue encore plus. Cette fois c'en est trop.


- Sauf ton respect tu dis des conneries plus grosses que toi.
Je dirais pas que tu n'es pas un monstre, que tu ne me fais pas peur ou même que j'ai pas peur de la mort. Je sais pas dire des choses aussi classe. Mais merde, ouvre les yeux.
Tu as fait des choses. Tué des gens. Et alors ? Ça fait pas de toi un monstre sans coeur.
Tu sais aimer. La preuve avec ton père adoptif. Tu as des passions, comme cette guitare sur tes genoux. Tu as des valeurs et des principes. Tu protèges ton équipe, tes amis, ta famille.
C'est pas comme si tu tuais les gens par plaisir. Et quand bien même j'en aurais rien à foutre !
Quand je te parle je me dis pas que je discute avec un monstre ou une tueuse. Quand je te rejoins pour m'asseoir à côté de toi ça me fait plaisir.
Je te vois pas comme la fille de la mafia. Tu es Maria.
Il y a que les cons qui te résumeraient à tes actions passées.



La blonde darde sur la pauvre Maria un regard plein de détermination, les sourcils froncés.
Cette fois elle avait parlé avec le coeur. Agacée qu'elle était d'entendre Maria se dévaluer de la sorte.
C'était maladroit et pas très réconfortant pour la petite italienne mais elle n'avait pas mesuré le poids de ses mots.
Pour Bjanka c'était insupportable de voir Maria douter ainsi. Elle était bien plus forte que ça, son histoire le démontrait clairement.
Peut être que c'était un peu extrême de tuer les gens froidement mais la blonde devait bien lui reconnaître du cran et beaucoup plus de courage qu'elle n'en aurait jamais.
La polonaise souffla un bon coup pour faire redescendre la température.


- Tu ferais mieux de me jouer un truc au lieu de te lamenter. Idiote.


Pour ponctuer le dernier mot elle lui colla au front une petite pichenette avec les doigts pour qu'elle relève la tête.
Elles n'étaient certes pas des amies très proches et peut être même pas du tout amies mais en cet instant elle comprenait la camorriste et avait envie de la soutenir.
Si Maria se lamentait et doutait de qui elle était elle devait pouvoir la soutenir. Sinon qui aurait elle pu se targuer d'être ?
Courage jeune Maria, le monde fait peur parfois mais tu n'es pas seule.

Code by Joy


Bjanka brise la glace en #ABC8E2.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t105-bjanka-cold-as-ice-en-cours#267
http://magmell.forumactif.com/t180-bjanka-depasser-les-apparences-ne-garder-que-l-essence
avatar
Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.
105
24/06/2017
Matoi Ryuko ~ Kill la Kill
Beaucoup de gens gentils ♥
Humain
Mini image :

Description du personnage : Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.

Messages : 105

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Matoi Ryuko ~ Kill la Kill

Crédits : Beaucoup de gens gentils ♥




Mer 6 Sep - 21:36

I want to know
avec Bjanka Kwiatowski

La petite gouttelette de sang tout juste échappée de la chair de l’italienne vient rouler contre sa peau avant de s’écraser contre le mur de béton. La mafieuse n’y fit même plus attention, elle ne sentait plus la douleur. Les sentiments qui l’assaillent sont confus. Un mélange entre une rage explosive et une vague de désespoir. Les yeux de Maria tremblotaient, cherchant une réponse à toutes ces questions. Bien sûr, elle ne tombera pas du ciel. Ce ciel, comme les gens en parlent chez elle, n’est que fantaisie pour elle. Aucun être divin ne viendra sauver les hommes. Les humains doivent se demerder seule, l’italienne le sait. Mais un petit coup de pouce de temps en temps ça ne fait jamais de mal. Honnêtement, la brune hésite longuement à l’idée de prendre ses jambes à son coup devant cette situation qui la met mal à l’aise.

Cependant, la blonde coupe net ses élans. Cette façon de lui parler, elle est si violente mais à la fois tellement franche. Maria n’aime pas qu’on prenne des pincettes pour lui parler, et la polonaise l’a très bien compris. Bjanka ne la craint pas, elle ne lui fait pas peur. Evidemment, elle a peur de la mort, comme tout être humain censé, mais pas de ce que peut lui faire l’italienne. La brune ne lui ferait jamais rien. Elle n’en est pas capable. La mafieuse n’est pas une tueuse. Elle n’a pas ça dans le sang. Elle n’est capable de tuer que dans des circonstances très particulières, qui ne sont arrivées qu’à une seule reprise. Tout ce qu’elle pourrait faire à la dealeuse, c’est lui donner un coup de poing. Cela s’arrêterait là.

Puis la blonde eu un geste très particulier. Elle colla une pichenette sur le front de la grande ado. Par reflexe, la brune gémit tout doucement avant de placer sa main sur l’impact. Pourquoi cette femme fait tout ça ? Pourquoi se comporte-t-elle avec Maria comme si c’était sa petite sœur ou un truc du genre ? Tous ses gestes familiers, personne ne se le permettait jamais, à part peut-être Alessia. La Camorriste croirait revoir son mentor. Il n’y avait que lui pour tenter ce genre de chose sans que l’italienne ne s’énerve. Mais là, elle n’a pas envie de se battre. Elle sourire légèrement, reprenant doucement confiance en elle. La jeune femme se saisit de sa guitare puis la posa sur ses genoux. Elle va faire plaisir à Bjanka, en guise de remerciement pour ne pas être partit et avoir accepté de l’écouter. Maria va jouer quelque chose. Il ne reste qu’à trouver quoi. Elle ne connait pas énormément de chanson à la guitare, alors son choix est vite fait. L’italienne dépose ses doigts sur la corde avant de fixer la polonaise du regard.

- D’accord je veux bien. Mais tu chantes avec moi.

En voyant la mine de la blonde, Maria tente de prendre un air attristé pour la faire craquer mais ce n’est pas très efficace. A croire que cette tête ne lui va vraiment pas. S’en rendant compte, la brune se met à rire.

- S’il te plait, pour faire plaisir à l’idiote qui dit des conneries trop grosses pour elle.

La Camorriste n’attendit pas bien longtemps avant de commencer les premiers accords. C’est une chanson qu’elle affectionne aussi. Elle est sortie un peu après sa naissance. Les paroles sont en français mais elle ne se débrouille pas trop mal avec la langue. La chef d’unité se voit dans l’obligation de parler un minimum les langues des pays avec lesquels la Camorra fait du commerce. C’est plus pratique que d’avoir un traducteur. La France n’étant pas très loin de chez elle, il ne lui a pas fallu trop longtemps pour se mettre à apprendre ce dialecte. Son accent italien est très fort quand elle le parle, mais visiblement sur Magmell ça n’a pas d’importance. La brune commence à chanter, en espérant que la polonaise la suive.





©BBDragon


Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t98-terminee-aussi-loin-que-je-me-souvienne-j-ai-toujours-voulu-etre-une-gangster-maria
http://magmell.forumactif.com/t274-une-camorriste-qui-traine-sur-magmell-maria
avatar
Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?
215
24/06/2017
Android 18 - Dragon Ball
Lann (Lio) // Luca
Humain
Mini image :

Description du personnage : Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?

Messages : 215

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Android 18 - Dragon Ball

Crédits : Lann (Lio) // Luca




Lun 11 Sep - 16:21


I want to know
Ft. Maria Magdalena

Tout. Tout mais pas ça.
Que Maria est cruelle avec elle !
Lui raconter son histoire, essayer d'être sympa avec elle, lui prodiguer des conseils, tenter de lui remonter le moral, tout ça ça passait encore mais chanter. Chanter, sérieusement ?
Non là elle se moquait d'elle c'était certain.
Bjanka n'était pas le genre de fille sympa à accompagner les gens en chantant ou à donner une petite pièce à un artiste de rue. Pourquoi Maria lui faisait elle ça à elle.
Et puis elle osait sincèrement lui faire cette bouille là, à elle ?!
C'était trop.
Alors pourquoi l'italienne commençait elle à jouer ? Stop, Maria stop.
La blonde roule des yeux, fusille la musicienne du regard, ce qui la fait sourire.
Qu'elle était fourbe de l’entraîner dans ses bêtises.


Et Maria joue. Ses doigts virevoltent sur les cordes. Les notes s'échappent de l'instrument avec maestria.
En toute honnêtetée Bjanka est admirative de la passion de sa jeune camarade.
Lorsqu'elle joue elle semble différente. Plus posée, plus concentrée. Comme si elle n'était pas totalement perdue pour la cause mafieuse.
C'était difficile de voir et de ressentir ça pour elle. Elle qui aurait voulu avoir une porte de sortie au moment opportun. Elle qui aurait aimé qu'on lui tende la main pour la sortir du bourbier dans lequel elle était.
Mais Maria était jeune et malgré ce qu'elle disait elle avait encore le temps de changer de vie.
Et puis elle avait d'autres passions. Elle avait prouvé qu'elle avait aussi des sentiments. Elle n'était pas une machine à tuer.
Comment Bjanka pouvait l'encourager à changer ? À poursuivre dans cette voie là. Chanter ? Pouvait elle vraiment faire ça ?


Elle ne connaissait pas du tout la chanson et la voix de Maria la troublait un peu.
C'était compliqué de se lancer de la sorte. Comme monter tout en haut d'un plongeoir et voir l'eau dix mètres plus bas.
Il y avait un blocage psychologique qui l'empêchait de se jeter à l'eau. Littéralement.
Mais la brunette lui avait demandé ça si naturellement, si sincèrement, elle ne voulait pas décevoir ses espoirs.
Alors avec hésitation, presque timidement, elle se lança. Lorsque des mots ou des phrases revenaient elle se lançait. Chantait un peu. Accompagnait Maria.
Rien d'exceptionnel. Rien qui n'aurait pu la tuer mais elle se sentait couverte de honte.
Aussi lorsque les accords terminèrent de résonner dans l'air la blonde était rouge pivoine et fuyait le regard de la guitariste.


- Je te le pardonnerais jamais mafiosa.


Même si elle ne souriait pas sa tirade tenait moins de la menace que de la plaisanterie.
Au moins, malgré la honte qu'elle ravalait, elle avait pu faire plaisir à Maria un minimum.
Son "piège" s'était retourné contre elle. La prochaine fois elle garderait sa langue dans sa poche plutôt que d'imposer une chanson et de se voir entrainée dans un duo improvisé.
En fin de compte elle lâcha un profond soupir.
Pas le genre de soupir las d'une conversation ou le genre de soupir agacé. Plutôt le soupir de quelqu'un de vide, fatiguée.
Ressasser le passé et réveiller toutes ses émotions, en plus d'apprendre l'histoire de Maria, tout ça l'avait épuisée. Elle se sentait usée et piétinée par la vie.
Après tout elle n'était qu'un tout petit point dans l'univers. Une seule âme. Elle ne pouvait pas supporter le poids du monde sur ses épaules.


- Je crois que je suis contente de t'avoir rencontrée.


Il était rare qu'elle dise ce qu'elle ressentait vraiment et d'autant plus rare qu'elle complimente quelqu'un, même de manière détournée.
Maria était une bonne chose.
Pas forcément de la manière dont la plupart des gens l'imagine. Leur relation n'était pas une amitié rose et colorée où elles courraient dans les champs de fleurs mais ça n'était pas plus mal.
Maria était spéciale. Bjanka était spéciale. Alors se tenir à ses côtés l'aidait à se sentir un peu plus normale.
Avec l'italienne le monde lui faisait moins peur. Le passé était moins sombre et l'avenir un peu plus clair.

Code by Joy


Bjanka brise la glace en #ABC8E2.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t105-bjanka-cold-as-ice-en-cours#267
http://magmell.forumactif.com/t180-bjanka-depasser-les-apparences-ne-garder-que-l-essence
avatar
Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.
105
24/06/2017
Matoi Ryuko ~ Kill la Kill
Beaucoup de gens gentils ♥
Humain
Mini image :

Description du personnage : Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.

Messages : 105

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Matoi Ryuko ~ Kill la Kill

Crédits : Beaucoup de gens gentils ♥




Mar 12 Sep - 20:40

I want to know
avec Bjanka Kwiatowski

Tout paraissait si simple. Mais au fond, les sentiments des deux jeunes femmes sont tellement complexes. C’est cette contradiction qui rend la scène si belle. D’un côté, une jeune italienne a qui la vie aurait du sourire. En la regardant, on pourrait croire à une grande ado pleine de vie et passionnée par la musique. De l’autre, une blonde un peu plus âgée qui semble être son amie et une oreille attentive. Qui me croirait si je leur disais qu’en fait ils avaient à faire à une mafieuse capable de tuer et à une dealeuse de longue haleine ? Personne. Et c’est ça qui rend la vie de ces deux personnes si tristes. Tant de choses auraient pu se passer autrement. Elles auraient pu être de simples personnes comme les autres. Si seulement.

Maria chantait. Le vent nous portera, mais où exactement ? Elle-même ne le sait pas, mais ça n’a pas d’importance. Cette chanson lui rappelle tout ce qu’elle a pu faire jusqu’ici, comment elle s’est laissée emportée par le destin. Elle n’y croit pas, au destin, mais à nouveau ça n’a aucune importance.

La brune espère que la polonaise la suivra, ne serait-ce qu’un peu. Après tout c’est elle qui a lancé ce petit jeu, il n’y a aucune raison qu’elle ne participe pas. Les paroles sont simples alors même si elle ne connait pas la chanson de départ, il y a moyen de dire quelques mots. Lorsque la voix de la jeune femme se mêle à celle de l’italienne, elle ne put s’empêcher de décrocher un sourire sincère. Merci Bjanka, vraiment, merci. Les notes continuaient ainsi pendant quelques minutes. Les mots se succédaient et chacun prenait toute sa valeur dans la bouche de ces deux personnes. Le français est une jolie langue il faut le reconnaître. Mais jamais elle ne pourra détrôner l’italien dans le cœur de la mafieuse.

La chanson finit par s’arrêter, faisant retomber le silence dans ce quartier abandonné. La blonde le brisa rapidement. Elle est toute rouge ce qui amusa Maria. Oh elle est donc si gênée que ça à l’idée de chanter ? La brune lui tira la langue telle une petite chipie.

- C’est pas très grave je m’en remettrais. Tu ne chantes pas si mal, mais tu es un peu timide sur la voix.

A nouveau un léger rire. L’italienne s’amuse vraiment à cet instant. Elle en oublie presque qu’un peu plus tôt elle aurait brisé sa main sur un mur tellement elle était en colère. Tout ça semble si loin. Les mots de la dealeuse stoppent net Maria dans ses bêtises. Quelqu’un était content de l’avoir rencontré ? C’est tellement rare qu’on le lui dise, elle n’est même plus capable de se souvenir de quand était la dernière fois. Et bizarrement, malgré son caractère grognon sur les bords, ça lui fait très plaisir. D’une voix douce, elle lui répond gentiment.

- Moi aussi je suis contente.

Oui, elle est contente. Quelqu’un apprécie sa présence. Quelqu’un d’extérieur à la mafia arrive à la comprendre. Rien que ça lui suffit à être heureuse. Plus jamais elle ne sera seule avec ce fardeau parfois trop dur à supporter. Le fait de réaliser tout ça la soulage vraiment. Elle sent doucement son corps s’affaisser sous son propre poids. Il faudra que l’italienne dorme, qu’elle se repose pour évacuer ce sur plein d’émotion. Mais pas tout de suite. Cependant, elle ne peut pas complètement lutter contre son propre corps. Alors délicatement, Maria finit par déposer sa tête au creux des jambes de la polonaise. Inconsciemment, c’est la chaleur que lui apporte un être humain qu’elle cherche. La brune sent le corps de Bjanka se raidir en réalisant ce contact physique. D’une petite voix, elle demanda.

- S’il te plait, laisse-moi rester là un peu.

Après une légère hésitation, la Camorriste reprit.

- Laisse-moi juste le temps de redevenir Maria, la mafieuse qui fait peur aux gens et que tout le monde respecte pour sa force. S’il te plait.

L’italienne ferma ses yeux, sans pour autant s’endormir. C’est vrai qu’elle est bien installée là. Elle se sent bien. Comme une petite sœur cherchant du réconfort auprès de son aînée.


©BBDragon


Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t98-terminee-aussi-loin-que-je-me-souvienne-j-ai-toujours-voulu-etre-une-gangster-maria
http://magmell.forumactif.com/t274-une-camorriste-qui-traine-sur-magmell-maria
avatar
Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?
215
24/06/2017
Android 18 - Dragon Ball
Lann (Lio) // Luca
Humain
Mini image :

Description du personnage : Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?

Messages : 215

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Android 18 - Dragon Ball

Crédits : Lann (Lio) // Luca




Mer 13 Sep - 17:10


I want to know
Ft. Maria Magdalena

Maria. Ah Maria.
C'était le genre de fille intrépide qui n'avait peur de rien ni personne, qui ne suivait pas les chemins tracés, qui avançait la tête haute en vers et contre tout et qui -alors qu'on croyait la connaitre- savait vous prendre par la croupe et vous retourner comme une crêpe.
Très certainement Bjanka aurait pu parler de Maria des heures durant si elle avait eu quelqu'un d'autre avec qui discuter.
Entre admiration et reconnaissance, transfert et désaprobation, envie d'apprendre et curiosité, compassion et protection.
La blonde n'était non pas en train de tomber amoureuse mais plutôt de tomber en amitié.
Etat de fait suffisamment rare pour qu'il soit exclusif chez elle, même à vingt quatre ans.


Pour l'heure la brunette se confie en retour.
Elles sont contentes de s'être trouvées. Telles deux ombres dans les ténèbres.
Là où personne n'a su aller les chercher elles se sont trouvées. Presque par hasard.
La blonde ne doute pas de sa comparse. Le poids des mots était quelque chose qu'elles connaissaient toutes les deux. Le mensonge un art qu'elles ne pratiquaient qu'à petites touches mesurées comme des coups de pinceau savamment calculés. Mais jamais entre elles. Jamais envers leurs semblables.
Alors Maria se laisse glisser. Elles sont épuisées moralement, physiquement également.
Écrasées si tôt par la vie. Piétinées, ballottées, malmenées, elles sont devenues combattantes quotidiennes. Et même les plus fiers guerriers ont besoin de repos.
Bjanka proteste d'un petit hé ! un peu courroucé, plutôt surpris, que Maria anticipe.


- S’il te plait, laisse-moi rester là un peu.
- Laisse-moi juste le temps de redevenir Maria, la mafieuse qui fait peur aux gens et que tout le monde respecte pour sa force. S’il te plait.


- Bon, mais cinq minutes et après tu dégages.


C'était une manière d'entrouvrir la porte.
S'il le fallait elle lui laisserait évidemment plus que cinq minutes.
Mais il y avait quelque chose chez Maria. Elle comprenait. Facilement elle comprenait. Sans avoir besoin d'expliquer les choses ou de reformuler.
Elle n'essayait pas de forcer la porte de son coeur au marteau et au burin comme une grosse brute.
Si Bjanka laissait la porte entrouverte alors Maria jetait un simple coup d’œil. Elle se tenait là dans l'embrasure mais pas comme une intruse qui attendait de pouvoir piller jusqu'à plus soif. C'était une présence à la fois rassurante et bienveillante qui attendrait patiemment que la porte s'ouvre sans jamais en fragiliser les gonds.


Alors non la polonaise ne ferait pas plus de geste. Elle ne caresserait pas la joue ou les cheveux de sa presque-amie. C'était au dessus de ses forces.
Mais il n'y avait rien de dramatique à cela.
Le contact physique l'avait raidie comme un i et elle ne se détendait pas d'un poil mais ce n'était pas très grave.
Le simple fait qu'elle ait accepté Maria signifiait beaucoup.
En temps normal elle n'aimait pas trop qu'on la touche, même avec son consentement, mais lui faire ça sans lui demander son avis c'était prendre des risques inconsidérés pour sa propre vie.
La blonde baissa les yeux sur le visage de la camorriste. Elle pensait aux derniers mots de la brunette.
Il était vrai qu'elle ne l'avait jamais vue de cette manière là. Avec la crainte et le respect qu'imposent les gens de son domaine. Peut être que si elle la voyait dans l'exercice de ses fonctions ça changerait quelque chose. Elle ne savait pas.


- Dis Maria, tu repenses à tes parents parfois ?


La question était un peu soudaine, sans réelle introduction. Elle voulait simplement savoir comment elle vivait avec tout ça. Tout ce qu'elle lui avait raconté.
Est-ce qu'elle regrettait l'assassinat de ses géniteurs même s'ils avaient changé sur la fin ?
Elle se demandait si on pouvait pardonner après des années. Comme si le temps altérait les souvenirs et pouvait apaiser la rancoeur.

Code by Joy


Bjanka brise la glace en #ABC8E2.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t105-bjanka-cold-as-ice-en-cours#267
http://magmell.forumactif.com/t180-bjanka-depasser-les-apparences-ne-garder-que-l-essence
avatar
Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.
105
24/06/2017
Matoi Ryuko ~ Kill la Kill
Beaucoup de gens gentils ♥
Humain
Mini image :

Description du personnage : Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.

Messages : 105

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Matoi Ryuko ~ Kill la Kill

Crédits : Beaucoup de gens gentils ♥




Ven 22 Sep - 9:38

I want to know
avec Bjanka Kwiatowski

Elle a dit s’il ta plait. Maria a employé cette formule de politesse normalement inexistante dans sa bouche. L’italienne ne demande rien. Elle ordonne. C’est comme ça que ça se passe chez elle. Elle n’a pas besoin de ces petits mots en fin de phrase pour marquer un désir. A Naples, tout le monde sait que c’est la patronne qui commande. Ses gars le savent très bien et vivent avec. Même les supérieurs ne s’avisent pas de ce genre de formule. Quand ils veulent quelque chose, à leur tour, ils ordonnent. Ça marche comme ça dans la mafia. Il n’y a pas de joli mot pour enjoliver les choses ou les rendre plus douce. Là-bas c’est cru. Là-bas c’est franc. Là-bas c’est vrai.

La brune souffla un léger merci quand la blonde répliqua. Maria ne s’attendait pas une autre réponse venant de Bjanka, mais l’entendre la fait sourire. La polonaise est vraie. Tout son comportement est en accord avec la personne. Pas une seule marque d’une personnalité cachée ou d’un semblant d’humanité. Attention l’italienne n’entend pas que la blonde est cruelle, quoi qu’un peu mais ce n’est pas la question, simplement elle reste froide comme la glace peu importe ce qui arrive. Elle reste imperturbable, un vrai mur face aux émotions. Pour ça, la brune l’envie un peu. Elle aussi voudrait effacer définitivement l’enfant qui dort en elle, pour que plus jamais ce type de moment ne se reproduise. Mais elle n’y arrive pas. Elle ne s’en va pas. Elle reste et demeure profondément enfouie au fond de son cœur. C’est peut-être la dernière part d’humanité qu’il reste à Maria. Quand elle s’en ira, elle se considéra définitivement comme une mafieuse.

La mafieuse fut surprise à l’entente de cette question. Elle est tout à fait légitime pour quelqu’un qui ne connait pas l’italienne. C’est vrai ça. Elle a fait une croix totale sur son ancienne vie sans rechigner pour entrer dans un organisme criminel. N’importe quelle personne saine d’esprit se serait demandée pourquoi elle fait ça ? Dans les films, les héros cherchent toujours à se venger de l’assassin de leurs parents. Ça donne de bon thriller avec de bonnes ventes à la clé. Mais Maria n’est pas comme ça. Pire, elle est tout le contraire. La personne qui a tué ces parents est devenu la personne qu’elle a le plus aimé au monde. Syndrome de Stockholm ? Pas vraiment. L’italienne n’était séquestrée. Simplement elle a fait des choix en son âme et conscience. La brune commence dont à répondre à la question.

- Pour tout te dire, je ne me souviens que très peu de mes parents. Je suis incapable de me rappeler de leur visage. Je devais avoir 13 ans quand j’ai cessé de les regarder, et un an plus tard je n’en ai plus eu l’occasion puisque leur crâne a explosé sous les balles des mafieux. Tout ce dont je me souviens c’est que mon père portait de fine lunette et que ma mère avant des longs cheveux châtain. Sa voix était très douce aussi. C’est à peu près tout. Je n’ai jamais été très proche de mes parents. Pour une raison qui m’échappe, il y a toujours eu une sorte de barrière entre eux et moi. Je me sentais trop différente pour appartenir à cette jolie famille et inconsciemment je suis contente que ce mur ait existé. C’est surement grâce à ça que j’ai vite fait mon deuil. Donc non, je ne repense pas à eux.

Même en y réfléchissant, Maria est incapable de se souvenir de leur visage. Aucun objet personnel ne lui revient. Aucune parole ni aucun geste gentil qu’ils ont pu avoir envers elle. Non pas qu’ils ne le faisaient pas. Dans ses souvenirs, jusqu’à ses 10 ans du moins, ils ont toujours été de gentils parents aimant leur enfant. Peut-être était ce son subconscient qui avait effacé ses souvenirs pour devenir plus forte et moins regretter ces actes ? La brune n’est pas très forte en psychologie. Elle ne fait que constater. Cependant, elle se laisse aller à quelques mots de plus.

- Simplement, j’aurais aimé qu’ils ne touchent jamais à la drogue. Même si je ne me souviens pas de leur visage, j’ai encore en tête tous ces moments où mes parents tremblaient comme des feuilles, hurlaient quand ils étaient en manque ou se mettaient à se mordre très fort pour penser à autre chose. Parfois ils finissaient par vomir dans des ralles insupportables.

La jeune femme avait dit tout ça sur un ton très calme. Portant en repensant à ces moments où elle était cachée derrière une porte pour les observer en secret, des frissons lui parcourent tout le corps. Ces souvenirs-là ne s’effacent pas et lui font toujours autant de mal. Pour autant, l’italienne se laisse aller à d’autres questions.

- Et toi, pourquoi tu es partie de chez toi pour vivre dans la rue ? Tu n’avais pas de parents ?



©BBDragon


Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t98-terminee-aussi-loin-que-je-me-souvienne-j-ai-toujours-voulu-etre-une-gangster-maria
http://magmell.forumactif.com/t274-une-camorriste-qui-traine-sur-magmell-maria
avatar
Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?
215
24/06/2017
Android 18 - Dragon Ball
Lann (Lio) // Luca
Humain
Mini image :

Description du personnage : Bjanka n'est pas une fille gentille. Elle est un peu brisée, un peu sur la reconstruction aussi. Elle a dévalé la mauvaise pente et n'a jamais cessé de le faire jusqu'à aujourd'hui.
Des regrets ? Elle n'en a pas. Elle assume ce qu'elle a fait.
Elle s'en fout que vous ayez été client ou que votre frère ait fait une overdose.
Si elle veut changer c'est avant tout parce que la vie lui en offre l'opportunité. Pourquoi elle serait ici sinon ?

Messages : 215

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Android 18 - Dragon Ball

Crédits : Lann (Lio) // Luca




Lun 25 Sep - 18:39


I want to know
Ft. Maria Magdalena


Bjanka aimait bien quand Maria se mettait à raconter des trucs.
Pas que ses histoires soient particulièrement agréables à entendre. En général c'était sombre et dérangeant. Mais au moins c'était vrai.
Les récits de l'italienne étaient crus et authentiques. En quelque sorte ils marquaient une ligne invisible entre les faits historiques et l'instant présent, entre l'acquis et le nécessaire, entre les vivants et les morts, tout simplement.
Souvent ils mettaient à mal le peu de sentiments qu'éprouvait Bjanka. Selon elle c'était la marque des grandes histoires. Celles qui arrivaient à vous prendre aux tripes sans utiliser d'artifices.
Et la blonde attendait chaque mot, chaque syllabe, chaque son avec impatience.
D'abord elle écoutait puis elle comprenait et elle encaissait. C'était comme multiplier les répercussions. Ça en était d'autant plus délicieux.


Evidemment elle avait posé sa question sans y réfléchir plus avant.
Si elle avait dû y songer elle ne l'aurait certainement pas posée. Pour éviter de trop gêner Maria. Mais le mal était fait.
Durant le laps de temps que prit la brune pour rassembler ses souvenirs ou construire une réponse Bjanka s'imagina celle-ci.
Elle se dit que certainement Maria aurait préféré oublier ses géniteurs plutôt que de s'accrocher à un souvenir douloureux.
Et en un sens elle était tombée à peu près juste. Elle avait effacé le souvenir de ses parents. Volontairement ou non.
La mafieuse en parlait avec un certain détachement. Comme si elle dressait simplement un constat. Froid et distant.
Le couplet concernant la drogue ne semble pas lui être directement attribué comme un reproche.
Depuis le début de leur conversation elle a réussi à comprendre un peu mieux Maria. Elle elle ne blâme pas tous les dealers même si elle préférerait qu'il n'y en ait pas.
La fin fait tout de même déglutir silencieusement Bjanka. S'entendre décrire les effets de l'addiction avec tant d'horreur c'était glaçant.


Cependant la jeune italienne garde son calme. Elle semble assez loin de tout ça désormais.
Elle se permet même de rebondir sur d'autres questions.
Interrogations légitimes qui font un peu sourire la blonde.
Elle laisse passer un peu de temps, à  réfléchir, à essayer de rassembler ses souvenirs.


- Je pense qu'il faut que je réponde à la deuxième question pour que tu comprennes la première.
En fait j'avais des parents. Normal quoi. Mais c'était un peu compliqué. Ma mère je l'ai toujours connue clouée dans un lit d'hôpital et mon géniteur... meh. Je pense qu'il vaut mieux éviter d'en parler.
C’est à peu près tout. J’ai jamais été très proche de mes parents. Pour une raison qui m’échappe, il y a toujours eu une sorte de barrière entre eux et moi.



La blondinette lâcha un sourire narquois.
Elle aimait bien voler les mots de Maria. Non pas pour se moquer mais parce qu'ils correspondaient parfaitement à sa situation. Et c'était une manière de mettre leurs histoires en résonance.


- Et voilà, après quand ma mère est morte je suis partie tout simplement. Je pense que quand t'es jeune tu te dis pas que tu vas faire ça ou ça avec des objectifs à long terme.
À l'époque le plan c'était plus de fuir cet enfer, de trouver un ailleurs. Je me disais sûrement qu'il pouvait pas y avoir pire et qu'en arrivant dans une grande ville j'aurais ma chance d'être plus heureuse.
Au final ça s'est pas passé exactement comme prévu.



Elle y pensait désormais mais c'était un peu ce qui lui arrivait depuis son arrivée à Mag Mell.
En quelques sortes elle accomplissait avec des années de retard ce qu'elle avait toujours voulu faire.
Son parcours avait simplement été plus accidenté et plus long que ce qu'elle imaginait.
Et comme Maria est possiblement son amie elle a envie de confier le fond de sa pensée à la brunette.


- D'ailleurs j'y pense maintenant mais j'ai un peu répété ça en arrivant ici. Partir vers l'inconnu dans l'espoir de trouver quelque chose de meilleur. Ne pas avoir de certitudes, tout mettre entre les mains du destin sans savoir de quoi sera fait le lendemain.
Au final je pense que c'est quelque chose que j'aime bien et que peu de gens osent. Lâcher prise.

Code by Joy


Bjanka brise la glace en #ABC8E2.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t105-bjanka-cold-as-ice-en-cours#267
http://magmell.forumactif.com/t180-bjanka-depasser-les-apparences-ne-garder-que-l-essence
avatar
Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.
105
24/06/2017
Matoi Ryuko ~ Kill la Kill
Beaucoup de gens gentils ♥
Humain
Mini image :

Description du personnage : Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.

Messages : 105

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Matoi Ryuko ~ Kill la Kill

Crédits : Beaucoup de gens gentils ♥




Sam 14 Oct - 9:59

I want to know
avec Bjanka Kwiatowski

Un frisson parcouru tout son corps quand elle se remémora la scène qu’elle vient de décrire un peu plus tôt. Tous ces symptômes, ces effets indésirables que provoquait la prise de drogue, ses parents l’avaient vécu. Ils n’y ont pas échappé. Alors ils ont hurlé, ils se sont tordus sous l’effet du manque, ils ont vomi le peu qu’ils avaient dans le corps. Même si Maria n’aura certainement plus jamais de visage à placer sur ces figures parentales, elle ne pourra cependant jamais oublier l’apparence désastreuse qu’avaient pris leur corps. Des marionnettes qui n’attendaient plus que la poudre blanche tombe du ciel.

L’italienne, après avoir puisé dans ses propres souvenirs enfouis au plus profond d’elle-même, s’est permis d’obliger la blonde à en faire de même. La brune a certes accepté de parler à Bjanka, mais il n’est pas question qu’elle souffre seule. La polonaise doit aussi ressentir ça, pour au moins prouver qu’elle est sincère envers la grande adolescente, qu’elle ne se moque pas d’elle. La mafieuse ne pourrait pas supporter l’idée que la blonde se moquait d’elle depuis le début. Le choc serait trop violent.

Heureusement, la polonaise se mit à parler. Elle dressa un rapide bilan de sa situation passée. Maria en avait profité pour tourner la tête vers le ciel étoilé, toujours posée sur les cuisses de l’adulte. Elle écoutait sans rien dire, prenant en compte ces nouvelles informations. Elle eut cependant une drôle de réaction quand Bjanka reprit encore une fois ses expressions. Ça a l’air de l’amuser, mais ça ne plait pas du tout à la brune. Ce qu’elle dit n’a rien d’intéressant ni de poétique. La brune perçoit plus ce geste comme de la moquerie à son égard, mais n’en rajoute pas plus. Même si les deux filles se ressemblent sur certains points, Maria ne peut s’empêcher de penser qu’au fond la polonaise est une grande rêveuse. L’italienne décrocha un léger sourire. Normalement, elle aurait trouvé ça pathétique. Mais au fond, qui a-t-il de mal à croire en un monde meilleur ?

Quand la blonde eut terminé, la brune fixa le ciel, pensant à ses mots. Lâcher prise. Voilà une chose que ne pourra jamais faire la jeune femme.

- Je pense surtout que tu crois en ce qui t’entoure, que tu crois à la seconde chance, à la possibilité que même si tu dois te relever cent fois pour réussir tu pourras trouver la vie que tu désires. Tu peux te détacher de ton passé pour te construire un avenir. Sur cet aspect-là je suis beaucoup moins forte que toi.

La brune ferma les yeux un instant puis reprit.

- Moi je n’ai pas été capable de me détacher de mon histoire. Pire, j’en fais désormais partie intégrante. Je travaille avec les gens qui ont vendu la mort à mes parents. Drôle de façon de faire son deuil tu ne crois pas. Mais à l’époque, au lieu de prendre mes jambes à mon cou comme tu aurais pu le faire, j’ai préféré me rattacher à ce que je pouvais. L’idée de couper les ponts avec ce passé m’effraie, je n’en serais jamais capable. Mais il ne faut pas croire, j’aime la vie que j’ai actuellement. Simplement, alors que toi tu veux sortir de ce bois que représente ton ancienne vie, moi je désire m’y enfoncer encore plus, quitte à me faire dévorer.  



©BBDragon


Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t98-terminee-aussi-loin-que-je-me-souvienne-j-ai-toujours-voulu-etre-une-gangster-maria
http://magmell.forumactif.com/t274-une-camorriste-qui-traine-sur-magmell-maria
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» perdu avec sa veste [PUBLIC]
» Orthographe tu me tues et tu meurs avec moi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Nos partenaires
Le devenir ?
CHRONOSREP