Dis Phrosyne, c'est quoi un papa ? [avec Phrosyne]

avatar
Illy, c’est une petite boule d’amour qui ne demande qu’à avoir tout plein d’amis. D’un naturel très curieux, elle n’hésitera pas à vous suivre dans la rue ou à toquer à votre porte si vous l’intriguez ne serait-ce qu’un peu. Illy aime beaucoup les humains et les admire. Secrètement, elle rêve de devenir comme eux, même si elle ne sait que ce n’est pas possible. Elle est très susceptible quand il s’agit de ses oreilles et se mettra à bouder si vous lui faite la remarquer.
72
26/07/2017
Fuse Midori - Black Bullet
Styx - Peregrine - Luca ♥
Commerçant
Commerçant
Mini image :

Description du personnage : Illy, c’est une petite boule d’amour qui ne demande qu’à avoir tout plein d’amis. D’un naturel très curieux, elle n’hésitera pas à vous suivre dans la rue ou à toquer à votre porte si vous l’intriguez ne serait-ce qu’un peu. Illy aime beaucoup les humains et les admire. Secrètement, elle rêve de devenir comme eux, même si elle ne sait que ce n’est pas possible. Elle est très susceptible quand il s’agit de ses oreilles et se mettra à bouder si vous lui faite la remarquer.

Messages : 72

Date d'inscription : 26/07/2017


Avatar : Fuse Midori - Black Bullet

Crédits : Styx - Peregrine - Luca ♥




Jeu 17 Aoû - 22:38

Joyeuse.

C’est un bon adjectif pour résumer ton humeur du jour. De toute façon, cela déjà un moment que cette bonne humeur ne t’a plus quitté. Elle est là, fixée à toi, et tu fais de ton mieux pour la rependre sur les autres. Pour ça, tu utilises ta boutique. MAHO. D’après ce que t’as raconté Jean, cela veut dire Magie dans une langue humaine. Tu trouvais que cela correspondait bien à ton monde, mais aussi aux sentiments que tu veux transmettre à travers tes créations. Tes petits objets sont ta plus grande fierté et font le bonheur de tes clients réguliers mais aussi des visiteurs occasionnels, curieux de découvrir tout ton petit monde.

Mais en dehors de cet endroit, tu as d’autres occupations. Depuis un certain nombre d’années maintenant, tu as décidé de rejoindre la guilde de soutiens aux humains. C’est sous l’impulsion de ton ancien protecteur, Jean, que tu as finis par les rejoindre dans leur quête. Celle d’aider les humains de Magmell à vivre la vie dont il mérite. Parfois, les éternels ne sont pas corrects avec eux, ils les méprisent. Mais toi et tes camarades, vous faites de votre mieux pour qu’ils soient accompagnés et soutenus dans cet univers nouveau pour eux. Toi, tu gères l’administratif, les papiers tout ça. Parfois, tu t’occupes des enfants ou des nouveaux pour les guider. Tu aimes transmettre ton savoir, mais aussi ton sourire.

Aujourd’hui, tu as décidé de t’y rendre pour donner un coup de main. C’est ton jour de repos et tu le consacres souvent à cette activité. Après avoir confectionné de nouveaux objets ce matin pour ta boutique, tu prépares quelques gâteaux pour les enfants là-bas, mais aussi pour Phrosyne. C’est le leader de ce projet. Tu l’admires beaucoup. Il dégage un charisme naturel. Il n’a pas peur. Et tu trouves ça vraiment super de travailler avec quelqu’un comme ça. Une fois le tout finit, c’est-à-dire vers 15h, ton chapeau bien installé sur ta tête, tu quittes ton entre pour rejoindre Coba et le refuge. Ton petit panier sous le bras, tu quittes la rue commerçante, pressée de retrouver la compagnie des humains.

Il ne te faut pas très longtemps pour gagner le refuge. Tu connais le chemin par cœur désormais. Il n’est plus question de se perdre ou d’être ralentie. Doucement, sur la pointe des pieds, tu pousses la porte pour entrer dans cet endroit plein d’émotions. Il y a pas mal de bruits. Des enfants en bas-âge sont présents. Tu te contentes de sourire pour gagner le bureau du leader. De nouveau, tu sautilles pour pousser la porte et entrer dans la pièce. Bien sûr, tu refermes la porte et sautes sur l’une des chaises devant son bureau.

Bonjour Phrosyne ! Tu vas bien ? J’ai ramené des cookies ! Je te donne tout de suite ta part sinon les autres vont tout manger hihi. Il reste des papiers à remplir ou quelque chose comme ça ? Ah moins que…

Tu n’eus pas le temps de finir ta phrase qu’une horde d’enfants débarque dans la petite pièce en jouant. Ils ont dû voir comme Illy a fait pour ouvrir la pièce. Zut, tu aurais dû être plus discrète. De toute façon c’est un peu tard maintenant.
Dis Phrosyne, c'est quoi un papa ?
avec Phrosyne

©BBDragon


Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t523-roule-petit-chat-illy-terminee
http://magmell.forumactif.com/t539-bbchat-en-manque-de-contact-ouvert
avatar
Un sourire discret.
Un rire serein.
Une gentillesse innée.
Un intérêt certain.
L'échappatoire pour les humains.
71
26/06/2017
Nicolas Brown ▬ Gangsta
®Void
Chasseur
Chasseur
Mini image :

Description du personnage : Un sourire discret.
Un rire serein.
Une gentillesse innée.
Un intérêt certain.
L'échappatoire pour les humains.

Messages : 71

Date d'inscription : 26/06/2017


Avatar : Nicolas Brown ▬ Gangsta

Crédits : ®Void




Ven 18 Aoû - 17:59
Le silence règne. Pourtant tu entends encore les enfants rire derrière la porte du bureau. Ils sont un peu plus nombreux aujourd'hui alors que vous venez d'en accueillir un cinquième. Âgée entre 4 et 7 ans, la jeunesse humaine erre en ces lieux. Attendant patiemment. Patient que tu sortes pour revenir vers eux. Comme à chaque fois, ils ont d'abord eu peur de toi, Phrosyne. Parce qu'une inexpressivité faciale rend mal à l'aise les Hommes. Alors tu as souri. Comme toujours. Comme à chaque fois. Dans ton silence pouvant paraître froid. Tu as souri. Toi, le leader de la guilde, le fondateur. D'un sourire franc et discret, mais chaleureux. Pour rassurer les âmes égarées en ces lieux. Comme pour les soutenir, les relever encore une fois. Leurs dires que tout ira bien.

Derrière la porte, tu perçois les r i r e s.
Mais aussi les c r a i n t e s qui les habitent.
Les p l e u r s également.


Le nouvel arrivant. Sa voix résonne. Tonne violemment. Il pleure et quelque part, tu ne peux plus te montrer aussi impassible qu'avant alors que tu laisses tomber tes papiers pour sortir. Doucement, tu ouvres la porte pour le trouver là, sous tes grands yeux. Lentement, tu t'accroupis à ses côtés, posant tes mains contre ses flancs. Il n'a que 6 ans ce gamin. « Tout va bien. » que tu laisses échapper dans un sourire plus grand. Plus voyant. Plus sincère si cela est seulement possible. Tu es sensible aux doutes, à leurs peurs. Phrosyne, tu es devenu si humain toi aussi. « Tiens, prend ça. » un collier se tend dans sa direction, calmement. « Ce collier te protégera. Quand tu auras peur, sers-le fort et appelle-moi de toutes tes forces. » c'est inné. C'est comme si la vie t'en avait doté. De cette capacité à apaiser les cœurs. À remplacer ne serait-ce que quelques heures, la famille qu'ils n'ont plus ici pour le moment. « Tu rentreras chez toi, ne t'inquiète pas. Tu retrouveras ta famille. Je te le promets, alors ne pleurs plus. » une voix douce et posée. Aucune note plus haute que l'autre. D'un signe de la main, tu lui désignes dès lors ses camarades pour qu'il rejoigne tout le monde. D'un regard paternel, tu l'observes retourner vers les autres, faisant finalement demi-tour pour rejoindre ta chaise en fermant la porte. Tu n'as pas encore terminé.

C'est ce que tu p e n s e s.
Assis confortablement sur ta chaise.
Mais déjà la porte s ' o u v r e encore.


D'un geste mesuré, tu relèves la tête pour voir Illy rentrer. Cette jeune éternelle qui travaille dans la guilde. Quelque part, elle n'est pas si différente pour toi que les enfants ici présent. Elle a tout autant besoin de ta protection, c'est ce que tu penses alors. Sans un mot, tes orbes la suivent. La regardent sautiller jusqu'à la chaise en face de toi. Et la voix s'apprête à sortir pour répondre, mais déjà la porte s'ouvre une nouvelle fois... Les enfants débarquent dans ton bureau soudainement. Ils jouent et c'est d'un air serein bercé par un sourire fin que tu laisses ce beau monde faire. Prenant rapidement Erwan, le dernier arrivé, sur tes genoux alors qu'il tend ses bras vers toi. « Comme tu peux le voir, je vais bien. Je voulais terminer quelques dossiers, mais... je crois que l'on va avoir besoin de moi pour m'occuper des enfants. Si tu as un peu de temps, tu veux bien m'aider Illy ? » que tu lances calmement, te penchant un peu vers elle cependant pour murmurer : « Tu peux laisser les cookies ici. » comme pour être sûr d'en avoir encore pour toi ensuite. Depuis que les humains sont venus sur MagMell, tu as découvert bons nombres de gâteaux de leur monde. Et les cookies restent évidemment ce que tu préfères. « Les enfants, on sort tous du bureau, allons jouer dans la pièce à côté ! On y va. » que tu ordonnes gentiment, te relevant avec le jeune humain toujours dans tes bras. Du haut de ta taille imposante, tu attends derrière que tout le monde sorte de ton antre. Refermant alors la porte derrière toi. À clé pour être certain. Tu prends garde à compter qu'il y ait bien le nombre et va t'asseoir dans un fauteuil contre une vitre. Désignant sa consœur à l'éternelle. « Tu vas bien Illy ? Tu es en forme j'espère ? Ils sont un peu turbulents aujourd'hui. » que tu dis comme si tu étais un peu fatigué. Pourtant tu es en forme malgré une fatigue qui pèse sur tes épaules.


b r e a t h i n g ;
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t178-phrosyne-uc-t-a-k-e-m-y-h-a-n-d#739
http://magmell.forumactif.com/t218-phrosyne-introspection-l-e-t-s-s-m-i-l-e
avatar
Illy, c’est une petite boule d’amour qui ne demande qu’à avoir tout plein d’amis. D’un naturel très curieux, elle n’hésitera pas à vous suivre dans la rue ou à toquer à votre porte si vous l’intriguez ne serait-ce qu’un peu. Illy aime beaucoup les humains et les admire. Secrètement, elle rêve de devenir comme eux, même si elle ne sait que ce n’est pas possible. Elle est très susceptible quand il s’agit de ses oreilles et se mettra à bouder si vous lui faite la remarquer.
72
26/07/2017
Fuse Midori - Black Bullet
Styx - Peregrine - Luca ♥
Commerçant
Commerçant
Mini image :

Description du personnage : Illy, c’est une petite boule d’amour qui ne demande qu’à avoir tout plein d’amis. D’un naturel très curieux, elle n’hésitera pas à vous suivre dans la rue ou à toquer à votre porte si vous l’intriguez ne serait-ce qu’un peu. Illy aime beaucoup les humains et les admire. Secrètement, elle rêve de devenir comme eux, même si elle ne sait que ce n’est pas possible. Elle est très susceptible quand il s’agit de ses oreilles et se mettra à bouder si vous lui faite la remarquer.

Messages : 72

Date d'inscription : 26/07/2017


Avatar : Fuse Midori - Black Bullet

Crédits : Styx - Peregrine - Luca ♥




Dim 20 Aoû - 1:05

Tes lèvres formèrent un o quand tu vis les 5 enfants pénétrer dans le bureau de Phrosyne. Tu as toujours vu ce lieu comme l’entre secrète du chef. Comme un lieu interdit où il ne faut pas s’aventurer au risque de découvrir des choses effroyables. Bon peut être que ton imaginaire part un peu loin, mais c’est bien l’image que te renvoyais cette porte en bois, très épaisse. Tu as bien mis des années à ouvrir la porte de toi-même sans attendre que ceux soit lui qui l’ouvre pour toi. Heureusement, le propriétaire du lieu n’avait rien d’une créature horrible ou sanguinaire. Pas du tout. Là-dedans régnait simplement un homme dévoué, près à tous faire pour aider les personnes autour de lui. Alors que ton sourire peut être comparé à un rayon de soleil, lui ressemble plus à un abri. Un bouclier pour défendre toutes les personnes autour de lui. Leliel ne pouvait pas lui faire meilleur cadeau en lui offrant ce don.

Le grand monsieur souleva l’un des enfants avant de le placer sur ses genoux. Il te répondit avec le sourire, avant de te proposer de changer de lieu. Ce que tu fis immédiatement. La petite tribu prit les devants, laissant Phrosyne fermer la marche. Il s’installa dans un de ses fauteuils, pendant que toi tu t’assis en tailleur sur le sol, l’une des jeunes filles entre tes jambes. Elle agite les mains pour attraper un jouet. Tu lui donnes alors, avec un sourire radieux sur le visage. Ton regard glissa naturellement vers le grand brun, toujours avec l’un des enfants sur ses genoux. Il est fort Phrosyne. Très fort. Il porte des enfants comme s’ils n’étaient qu’une plume. Comme un colosse, mais en mieux. Profitant d’un léger moment de calme, tu réponds à sa question.

- Moi ça va super ! Je suis toujours en forme ne t’en fais pas ! Et puis on a du monde à gérer aujourd’hui, je ne pourrais pas ne pas être en forme.

Tu n’as pas tout à fait dit la vérité. Mais parfois, mentir permet de cacher quelques facettes de nous, des choses que l’on ne veut pas forcément dire. Tu éloignes cette pensée de ton esprit pour te concentrer sur ton environnement. Au cou du garçon que Phrosyne porte, il y a un collier. Tu le reconnais, c’est le sien. Celui du chef. Il a surement du lui donner. Pour une raison ou pour une autre, cela n’a pas grande importance pour toi. Cela traduit simplement l’immense générosité dont il fait preuve. Doucement, tes yeux se ferment pour ne te concentrer que sur une unique chose. Le cœur du grand homme. Rapidement, tous les autres battements de cœur s’éclipsent de ton corps pour ne laisser place qu’à ceux de Phrosyne. Les siens sont particulièrement doux, réguliers. Ils sont très plaisants à écouter. En fait, ceux de Jean étaient similaires, mais pas identiques. Aucune fréquence n’est identique, ce n’est pas possible. Tu ouvres tes yeux de nouveau pour poser une question à ton ami, une question qui te brûle les lèvres.

- Phrosyne, qu’est-ce que Jean…

- Qu’est-ce qu’il y a sous ton chapeauuuuuuu ?

Ta phrase fut à nouveau interrompue par un évènement. Mais à tes yeux, c’était mille fois pire que tout à l’heure. L’un des enfants a retiré ton chapeau de magicienne de sur ta tête, découvrant ainsi ton crâne tout entier. On apercevait les cheveux gris clair, racine de ta tresse posée sur ton épaule. Mais cela laisse aussi visible tes oreilles de chats. Ce que tu veux toujours cacher. L’un des enfants tire sur celle de gauche.

- Ohhh c’est trop rigolo, tu es chat ! Vous avez vu, c’est un chat !

- Non s’il vous plait ne les regardez pas !

Les autres enfants accourent juste à côté de toi pour tripoter tes oreilles grises. Rapidement, des larmes perlent au coin de tes yeux. Non seulement cette zone de ton corps est extrêmement sensible mais en plus, elle évoque de mauvais souvenirs chez toi. Mais impossible de s’échapper de l’emprise des enfants, maintenant à 4 sur toi. Phrosyne, va aider ce petit chat en détresse s’il te plat.

Dis Phrosyne, c'est quoi un papa ?
avec Phrosyne

©BBDragon


Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t523-roule-petit-chat-illy-terminee
http://magmell.forumactif.com/t539-bbchat-en-manque-de-contact-ouvert
avatar
Un sourire discret.
Un rire serein.
Une gentillesse innée.
Un intérêt certain.
L'échappatoire pour les humains.
71
26/06/2017
Nicolas Brown ▬ Gangsta
®Void
Chasseur
Chasseur
Mini image :

Description du personnage : Un sourire discret.
Un rire serein.
Une gentillesse innée.
Un intérêt certain.
L'échappatoire pour les humains.

Messages : 71

Date d'inscription : 26/06/2017


Avatar : Nicolas Brown ▬ Gangsta

Crédits : ®Void




Jeu 24 Aoû - 18:18
Sans un mot, le regard tombe sur elle. Assisse au sol, elle répond à la question précédente. Enjouée visiblement. Tu ne notes pas forcément les moindres détails, Phrosyne. Alors en silence, tu te contentes d'écouter, d’acquiescer et de sourire tendrement. Un instant, tu songes que si elle va bien, c'est encore l'essentiel. Les membres de la guilde sont une famille à tes yeux. C'est toi qui régie ce beau monde, mais tu n'as pas la prétention de te poser en entité supérieure. C'est ton instinct cependant, celui de vouloir protéger ceux qui errent en ces lieux. Ceux qui vivent entre ses murs la plupart du temps. Ceux qui viennent à toi, à la guilde dans l'espoir de trouver une main chaleureuse qui se tend. Tu veilles sur l'humanité, mais également sur les membres de la guilde. Tout comme ton mentor l'aurait fait, tu en es certain. Lentement, ton regard glisse sur ton autre vis-à-vis. D'un œil curieux, tu fixes le jeune garçon qui semble jouer avec le collier que tu viens de lui offrir. Ce n'est pas par peur qu'il le brise ou le perde, seulement par intérêt. Pour voir comment cet enfant joue, comment il se construit. Comment il se sent à présent également. & alors que tu regardes cette scène, sa voix résonne encore une fois. Tu entends très clairement le prénom de cet homme. Jean.

Un bref s o u v e n i r qui revient.
Dans un s o u f f l e.
Dans une r e s p i r a t i o n.


Les enfants arrivent cependant et cet instant s'éclipse en une seconde. Ses oreilles se dévoilent, cela faisait longtemps que toi-même, tu ne les avaient plus vu, mais tu remarques bien. Sa gêne. Sa peur. Son malaise grandissant alors qu'ils touchent à son oreille. D'un geste ferme, tu frappes le sol du pied. Attrapant une couverture pour venir la jeter sur le haut de la tête d'Illy. « Ça suffit ! » que tu laisses naturellement échappé d'un ton plus sévère que d'ordinaire. On ne te connaît pas cette facette d'habitude. Pourtant la voix se fait plus douce rapidement une nouvelle fois. « Vous n'aimeriez pas que l'on vous tire l'oreille, n'est-ce pas ? » tu attires l'attention sur toi, laissant le temps à la jeune femme de reprendre ses esprits ainsi que son chapeau. « Rendez-lui son chapeau et présentez vos excuses. Ce n'est pas bien ce que vous venez de faire. » aucun sourire ne se dessine sur tes lippes à cet instant précis et un enfant s'avance un peu vers toi. « Pourquoi ? » qu'il demande alors. Tu fermes les yeux Phrosyne, en souriant à nouveau. « Pourquoi ce n'est pas bien ? Si je t'enlevais ton pull sans te demander et que je te tirais sur un bras, est-ce que tu apprécierais ? » il secoue un peu la tête de gauche à droite. Les enfants son amusants. « Illy a certes des oreilles de chats, ce n'est pas une chose que vous devez souvent voir, mais ce n'est pas une raison. Vous n'avez pas droit de toucher ses oreilles sans demander son autorisation, ni son chapeau, c'est compris ? Je punirais tout ceux qui ne respecterons pas cette règle, d'accord ? » les mots sont sérieux, sont pensés, pourtant tu n'es pas agressif. C'est par la douceur qui tu te fais entendre d'eux. Parce que les enfants ne sont pas comme les adultes. Ils ne sont pas plus stupides, loin de là, mais ils ne sont pas encore complets. Certains ne sont pas encore aptes à accepter des frustrations sans se rebeller.

« Bien, si vous avez tous compris, excusez-vous maintenant et retournez jouer. » que tu laisses entendre, suivant chaque entité du regard pour voir. Voir si tous iront présenter des excuses, s'ils seront tous sincères, s'ils auront tous compris. Sinon Phrosyne, tu devras prendre les plus récalcitrants à part, mais tu as confiance en la capacité d'écoute des jeunes.


b r e a t h i n g ;
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t178-phrosyne-uc-t-a-k-e-m-y-h-a-n-d#739
http://magmell.forumactif.com/t218-phrosyne-introspection-l-e-t-s-s-m-i-l-e
avatar
Illy, c’est une petite boule d’amour qui ne demande qu’à avoir tout plein d’amis. D’un naturel très curieux, elle n’hésitera pas à vous suivre dans la rue ou à toquer à votre porte si vous l’intriguez ne serait-ce qu’un peu. Illy aime beaucoup les humains et les admire. Secrètement, elle rêve de devenir comme eux, même si elle ne sait que ce n’est pas possible. Elle est très susceptible quand il s’agit de ses oreilles et se mettra à bouder si vous lui faite la remarquer.
72
26/07/2017
Fuse Midori - Black Bullet
Styx - Peregrine - Luca ♥
Commerçant
Commerçant
Mini image :

Description du personnage : Illy, c’est une petite boule d’amour qui ne demande qu’à avoir tout plein d’amis. D’un naturel très curieux, elle n’hésitera pas à vous suivre dans la rue ou à toquer à votre porte si vous l’intriguez ne serait-ce qu’un peu. Illy aime beaucoup les humains et les admire. Secrètement, elle rêve de devenir comme eux, même si elle ne sait que ce n’est pas possible. Elle est très susceptible quand il s’agit de ses oreilles et se mettra à bouder si vous lui faite la remarquer.

Messages : 72

Date d'inscription : 26/07/2017


Avatar : Fuse Midori - Black Bullet

Crédits : Styx - Peregrine - Luca ♥




Ven 25 Aoû - 22:04

La détresse se lit très facilement dans ton regard. En plus de voir les quelques larmes perler au coin de tes yeux, tes pupilles s’emballent, cherchant à droite à gauche une solution. Mais il n’y en a pas, du moins tu ne trouves pas la force d’en chercher une. Tes oreilles, c’est un peu ton talon d’Achille, ta grosse faiblesse. Elle te rappelle sans cesse ce que tu n’es pas, ce que tu voudrais être. Un humain. Ces oreilles montrent clairement que tu es une créature de Leliel, et non une humaine. Personne sur terre ne nait avec ce genre de chose sur la tête, sauf les chats. De plus, ce sont elles qui t’ont éloigné des humains à l’origine, qui t’ont fait réaliser que tu n’es pas comme eux. Ces oreilles, tu les détestes.

Mais visiblement, ces enfants trouvent ça très rigolo de jouer avec. Ils ne se moquent pas, ils ne rient pas de toi. Non. Juste ils s’amusent. Mais ça te fait mal. Parce que les premiers enfants que tu as connus s’amusaient de la même manière avec tes petites oreilles grises. Le dernier point, et pas des moindres, c’est que cette zone te fait vite souffrir quand elles ne sont pas manipulées avec soin.

Heureusement, Phrosyne vient mettre fin à ton calvaire. Il frappe son pied au sol, fermement, stoppant net l’activité des 4 enfants. Vite, une couverture se déposa sur ta petite tête, cachant de nouveau ta difformité. Tes mains se posent sur tes oreilles, mais sur la couette avant tout, pour vérifier qu’elles sont bien cachés, qu’ils ne peuvent plus les voir. Même le chef de la guilde ne les voit pas souvent, ça a dû le surprendre. Mais il sait bien que tu ne les aimes pas, alors il ne demande pas à les voir. Il se met à sermonner les enfants, d’une voix forte mais pas menaçante. Phrosyne trouve toujours l’équilibre entre l’autorité et la gentillesse. Pour lui, cela semble naturel. Il explique aux enfants avec ces propres mots que ce n’est pas bien de faire cela, en utilisant des exemples propres aux humains, pour qu’il comprenne. A la fin, un grand silence règne. Tu en profites pour reprendre ton chapeau et le mettre sur ta tête. En le posant sur ton crâne, tu te sens levée d’un fardeau énorme sur les épaules. Tout est comme revenu à la normale.

Les enfants s’adressent un par un auprès de toi pour te présenter leurs excuses. Ils avaient l’air profondément désolé. On lisait facilement dans leur regard qu’ils ne comprenaient pas tout à fait le pourquoi du comment, mais cela n’avait pas d’importance. Phrosyne les surveille du coin de l’œil, pour que chacun fasse ce geste d’excuse envers toi. Un peu gênée, tu réponds tout de même.

- Ce n’est pas très grave…

Puis chacun repart à ses activités, comme s’il ne s’était rien passé. Les 4 enfants filent chercher un jeu, pendant que le dernier reste sur les genoux de Phrosyne. Soulagée, tu t’appuies sur le mur puis te recroquevilles sur toi-même. Tu murmures à l’intention du grand homme.

- Merci Phrosyne. Vraiment. Cela serait plus simple si je n’avais pas ces oreilles sur la tête. Je devrais peut être me les couper. Mais je suis presque sûre que Leliel se débrouillerait pour qu’elles repoussent…

Te rendant compte de la débilité de tes propos, tu t’empresses de secouer les mains dans tous les sens, signe de ta confusion.

- Oublie ça…C’était bête…

Oui, tu dis que c’était bête mais ce n’est pas la première fois que tu y penses. Cela t’est arrivé à plusieurs reprises de saisir une paire de ciseau en te demandant si cela ne résoudrait pas tous tes problèmes de les couper. Mais tu n’as jamais osé. Tu n’es pas assez courageuse pour entreprendre un tel acte de rébellion contre ta divinité. Les grands t’ont toujours dit que si Leliel te les avait données, c’était pour une raison tout à fait logique, et qu’il fallait l’accepter. Secouant la tête pour chasser ces idées noires, tu poses de nouveau la question de tout à l’heure, toujours aussi importante.

- Tout à l’heure je n’ai pas pu le dire mais je voulais savoir, qu’est-ce que Jean t’a dit de moi ? Je veux dire, avant qu’il ne meure ? Je sais que tu ne le connaissais pas énormément mais je voudrais savoir ce qu’il disait de moi, quand je ne l’écoutais pas…
Dis Phrosyne, c'est quoi un papa ?
avec Phrosyne

©BBDragon



Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t523-roule-petit-chat-illy-terminee
http://magmell.forumactif.com/t539-bbchat-en-manque-de-contact-ouvert
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On ne sait jamais à quoi s'attendre venant de moi ☮ with Ethan
» « Sérieusement c'quoi ce nom avec plein de 'a' ? » || Dahlia [End]
» Lézarder au soleil avec une amie, quoi de mieux? [Luna Lupinelli & Aliénore S. Marshall]
» [Terminé] Pour un flirt, avec toi, je ferais n'importe quoi ! [LILY & WILLIAM]
» Frimer, à quoi bon ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Nos partenaires
Le devenir ?
CHRONOSREP