[Event] La Fête de l'Été

avatar
Compte pouvant jouer les différents PNJ du forum
84
16/12/2016
Mystère
PNJ
Mini image :

Description du personnage : Compte pouvant jouer les différents PNJ du forum

Messages : 84

Date d'inscription : 16/12/2016


Avatar : Mystère




Ven 7 Juil - 1:50
– Event –

La fête de l'été



Cela faisait quelques jours maintenant que la chaleur s'installait sur Mag Mell, progressivement, mais inévitablement. Les températures étaient chaudes et ne retombaient plus beaucoup la nuit, l'air se faisait lourd ; et la radieuse cité d'Andraste elle-même semblait s'engourdir petit à petit, imperceptiblement. Les étrangers à ce monde, nouveaux arrivés ne l'avaient probablement pas encore remarqué. Mais les Éternels, eux, comptaient silencieusement les premiers jours du mois, et se préparaient, la mine sévère, à l'évènement le plus redouté de l'année.

L'arrivée de l'été.

Et lorsque le soleil se leva à l'aube du septième jour, la ville revêtit sa parure mortuaire. Solennelle, teintée toute en blanc, ocre et or, baignée de couleurs pâles qui réfléchissaient les ardents rayons de l'astre diurne. La plupart des Éternels avaient pris garde à se vêtir dans le ton, et certains accrochaient même un linge blanc à leurs balcons, fenêtres ou étals. Très tôt, dans la pénombre rosée de l'aurore, des membres du Culte avaient franchi les portes de la cité pour dresser de grands bûchers à son entrée. En tandis que le matin s'installait, les Éternels, habitants d'Andraste ou de ses environs, commençaient déjà à se rassembler. On avait allumé les feux vers dix heures, grandes colonnes flamboyantes qui s'élevaient vers les cieux, dansant et se courbant devant la gloire de Leliel et de ses créations, torches appelant le peuple à se réunir pour une journée de communion et de respect. La ville était comme mise en pause, figée dans une étrange torpeur.

Et c'est finalement sur le coup de midi, tandis que l'Oracle entamait son chant sacré du haut de l'île flottante, son appel résonnant dans toutes les rues de la cité, que commença la lente procession. Aux portes d'Andrastes, les tambours marquent le pas. La foule se concentrait, quelques marchands profitaient de l'occasion, et quelques prêtres et prêtresses distribuaient de modestes offrandes symboliques à la foule – bijoux décorés de jadiel, amulettes... Les néophytes ne comprenaient pas ce que les tambours annonçaient, pendant une bonne quinzaine de minutes, mais les Éternels, et ceux qui y étaient, avaient assisté quelques jours plus tôt à la cérémonie d'éveil mensuelle, et attendaient pieusement. Soudain, sur les sentiers en provenance de la forêt, apparut le cortège funèbre. Les tambours se firent plus lourds, candençant le pas des prêtres et aspirants qui portaient les palanquins drapés de soieries blanches. Puis, toujours au rythme des tambours et des chants de l'Oracle, qui poursuivait son chant plus longuement que d'ordinaire, les corps des Éternels morts au cours de l'année passée furent dévoilés, et jetés au feu. Cette année, il n'y en avait que six, dont deux arrachés aux griffes des Monstres qui les avaient tués. Les corps s'embrasèrent et une fumée noir s’éleva au-dessus des bûchers, et la cité rendit un dernier hommage à ses morts – mais aussi à la belle saison du printemps, touchant à sa fin. Il n'était pas encore treize heures, mais l'été avait officiellement commencé.Le reste de la journée se passa dans une atmosphère de fête contenue. Jour de désœuvrement pour la plupart des Éternels, la ville continua de vivre au ralenti, partagée entre deuil et célébrations.

En ce jour, vous pouvez retrouver de nombreux stands, souvent religieux, et quelques activités éphémères, comme par exemple des sortes d'arbres à souhaits : tous les ans, les Éternels passent la journée à accrocher des petites plaquettes de bois aux branches des arbres de la cité, sur laquelle ils écrivent leurs messages aux morts, leurs prières à Leliel, ou leurs vœux pour l'avenir. Vous avez également l'occasion de croiser l'Oracle, qui a exceptionnellement le loisir de se mêler au peuple pour tout le reste de la journée, afin de participer aux célébrations.

En fin de journée, les cendres des morts sont récupérées et enterrées dans le cimetière de l'Arbre Flottant, à titre symbolique. Et tandis que le soleil descend dans le ciel, Alba clôt la journée par un dernier chant, doux et mélancolique, à la gloire des défunts, des siècles passés, et du premier jour de l'été qui se termine.
Instructions
Il s'agit d'un mini-event en toute simplicité pour marquer le passage à la nouvelle saison : nous sommes désormais en été, et il est désormais possible de poster des rp se situant jusqu'au 24 septembre.

Pour cet event, nous avons choisi de vous poser un peu plus en détails le contexte de la fête de l'été, et de vous proposer de faire un post rp unique par personnage en répondant à la suite de ce sujet, pour décrire son expérience de cette journée particulière. Vous pouvez bien entendu réagir aux rp des membres ayant posté avant vous si vous le souhaitez, mais pas plus d'un post par personnage. En revanche, rien ne vous empêche d'ouvrir par ailleurs un rp normal se situant le jour de la fête de l'été !

Vous avez jusqu'au 30 juillet à 23h59 pour poster votre réponse. Pour marquer le coup du premier mini-event rp, tous les participants recevront 15 points à la fin de celui-ci !
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

Ven 7 Juil - 9:10


La fête de l'été

Feat Un peu tout le monde


Si Arthur avait bien appris quelque chose en plus de vingt années sur Mag Mell, c'est qu'il y avait un jour dans l'année où il ne fallait pas être ailleurs qu'à Andraste. La capitale, siège des Eternels, s'illuminait de blancs et or pour fêter l'arrivée de l'été. Et malheureusement, la perte de quelques uns des habitants initiaux de ce monde de l'autre côté du miroir qui, contrairement à ce que leur appellation indique, ne vivent pas éternellement.

Alors, Arthur avait profité de ces premiers jours de vacances d'été dans son pays pour faire une séjour sur Mag Mell, l'homme ne restait que rarement plus de 24h, cependant, chaque année depuis son divorce, il s'appliquait à venir sur Mag Mell deux ou trois jours en continu afin de suivre cette fête si spéciale.

Cette fois là, il avait acheté un long manteau blanc en une sorte de soie fine, dont les coutures étaient faites avec un fil couleur or. Il appréciait respecter les coutumes des Eternels, pas seulement parce qu'il se pouvait que certains de ces êtres le prennent mal et le rejettent, mais parce qu'il était important pour lui, de s'initier aux habitus des habitants originels d'un pays. Ou d'un monde en l’occurrence.

Arthur avait arpenté la ville seul ce jour là, bien qu'il eut croisé, ici et là, des visages connus, il les avait salué discrètement, préservant le côté solennelle de cette journée. Puis, quand les tambours se mirent à résonner annonçant l'heure de dire un dernier adieu aux Eternels, le père de famille rejoignit la foule, faisant attention à ne pas gêner le cortège, derrière la majorité des habitants d'Andraste. Il joignit les mains et regarda le défilé.

Six.

C'était le nombre d'Eternels qui avaient quitté, cette année là, le monde des vivants. Bien qu'inconnu, Arthur se permit de leur adresser un dernier salut silencieux. Puis, il était venu le moment du brasier, porte vers un autre monde certainement.

Et la fête reprit, avec discrétion. Le guide fit le tour des stands, rejetant poliment les offres de certains prêtres : il n'était pas venu pour ça. Il arpenta la ville de part en part, s'offrit quelques spécialités, puis, lorsque le soleil commença à descendre, il décida de se mettre en route pour rentrer à Coba. Le lendemain, il rejoindrait le monde des humains et sa fille chérie. Mais ça attendrait une nuit.

Spoiler:
 
awful pour Epicode
Contact
avatar
Invité
Invité

Sam 8 Juil - 5:55


Let your soul be released above the hills and ours be alive in your glory

paria enlacé par les nuages. novah perché sur les toits.
refuse de se joindre. imposteur. attiré.
mais le deuil n’a nul besoin d’entité. pour être pleuré.
amèrement regretté.
novah. ses plus belles couleurs en main. aquarelle lisse.
contemple le cortège. (religieusement.)
alba d’albâtre entonne. alba d’albâtre le fait vibrer.
la mort en son linceul immaculé. gardiens de marbre et de silence. porteurs de ses limbes.
les moires à la lame affutée hantent novah d’une litanie pieuse.
que dans l’absence de leliel chasseur ne peut renier.
les feux lèchent. consument. dévorent.
ses yeux perdus dans les feux.
novah se recueille loin des vivants. mort affligé.
des siècles. des jours. des heures.
novah n’a cessé de les compter.
ces temps naguère où sa peau rejoignait celles des révolus.
d é f u n t s.


novah n’a cessé de faire chanter sa plume.
plume d’encre à baver les fibres épaisses.
engorger l’histoire.
car novah. rebelle en silence. chaque été hésite.
alba qui le fait douter. inlassablement. alba qu'il canonise.
dans l'esprit des feux aux couleurs mordorées.
les feux lèchent. consument. dévorent.
et novah est échancré. architecture névralgique.
qui d'un coup de vent religieux s'effrite.
qui d'une brise affranchie se rafistole.
novah.
le ciel aujourd'hui danse.
le soleil incandescent happe les langues noires.
des m o r t s.
port altier. noble. pour une fois. existe.
novah s'érige sur le toit.
phare silencieux. à la lumière blafarde.
puissiez-vous, étincelles immortelles, reluire sur la voûte céleste.
pollux composait une magnitude pour un souffle éteint.
novah perpétue la tradition humaine.
enchante ses souvenirs.
frère chasseur. amer. ne peut que se soumettre.
frère chasseur. novah aurait aimé t'entendre rire.
mais frère chasseur. désormais tu es trépassé.


en attente de la lune fragmentée. comme l'esprit.
novah tisse ses mots. accroche son cœur aux branches.
novah solitaire, préfère la nuit où cacher ses pleurs.
u s u r p a t e u r.
et il s'évapore sous les flammes.
de peur de voir oracle et connaissances.
qu'il ne saurait affronter de son silence.

+ tag@fête de l'été
+ notesmagnifique mini-event ohlala
BY MITZI


Contact
avatar
Un sourire discret.
Un rire serein.
Une gentillesse innée.
Un intérêt certain.
L'échappatoire pour les humains.
71
26/06/2017
Nicolas Brown ▬ Gangsta
®Void
Chasseur
Chasseur
Mini image :

Description du personnage : Un sourire discret.
Un rire serein.
Une gentillesse innée.
Un intérêt certain.
L'échappatoire pour les humains.

Messages : 71

Date d'inscription : 26/06/2017


Avatar : Nicolas Brown ▬ Gangsta

Crédits : ®Void




Dim 9 Juil - 14:39

When all the world around
you is dying

L a s.
S i l e n c i e u x.
T o r t u r é.


Souvenirs. Ardent, trop intenses. Ils reviennent à chaque printemps qui se meurent. Ils frappent à chaque été qui revient enfin. Sous le blanc immaculée & les dorures, les chants de l'Oracle bercent l'atmosphère mortuaire, le cortège qui s’avancent. & au loin, en retrait, tu observes la scène comme chaque année. Religieusement, les souvenirs repassent lentement. Les souvenirs de cette année-là. Tu fermes les yeux. Sans un mot, sans un bruit, tu ne bouges plus. Tu laisses tes confrères avancer, suivre les créations de Leliel qui s'en sont allées au cours des saisons passées. Ils ne sont que six.

S i x.

Six morts. Tu fermes les yeux dans ton long voile blanc qui te drape pour l'occasion. La chaleur arrive. La douceur se meurt. Les tambours retentissent. Le chant berce la mort. Alors les flammes jaillissent. & de tes orbes foncés, Phrosyne, tu brûles encore. De cette colère qui ne s'apaise qu'aux yeux de tous, mais qui vibre en secret. Elle ne s'efface jamais. Elle ne fait que s'éparpiller pour mieux se rassembler. Se rassembler lorsque le 23 Mai débarque, lorsque l'été déboule une nouvelle fois. Deux jours par année où cette colère devient rage. Au milieu de ceux qui se recueillent, tu te consume.

S o u f f r a n c e.

Sans un mot. Aujourd'hui tu n'es plus le chef de la guilde. Aujourd'hui tu n'es que Phrosyne. Tu as laissé les hommes qui en ont besoin entre les mains de tes acolytes. Aujourd'hui tu n'es pas là. Qu'une ombre qui erre. Que l'ombre de toi-même. Que cette partie sombre qui te hante. Un soupir las. Tu cherches à calmer les ardeurs de tes sentiments lorsque les flammes disparaissent lentement. En retrait, tu observes le monde se préparer aux festivités qui suivent.

Mais toi, Phrosyne.
Tu ne restes pas.


Heimdall te regarde du coin de l'oeil. Il t'observe en silence. Il se fait du s o u c i pour son ami. Une main douce se pose sur son pelage pour le rassurer. « Tout va bien. » que tu laisses échapper.
Alors tout deux vous faites demi-tour pour rentrer chez vous.
BY MITZI


b r e a t h i n g ;
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t178-phrosyne-uc-t-a-k-e-m-y-h-a-n-d#739
http://magmell.forumactif.com/t218-phrosyne-introspection-l-e-t-s-s-m-i-l-e
avatar
petit prince des étoiles qui veut devenir le roi des découvertes. trop pressé trop impatient trop téméraire et (un peu) perturbé, il a soif vous savez, de partager d'apprendre et de TROUVER. enragé un peu ivre dans sa manière de vivre (vous saurez) qu'au fond il ne cherche qu'un peu de paix.
107
24/06/2017
kakashi hatake.
SETH MON AMOUR.
Humain
Humain
Mini image :

Description du personnage : petit prince des étoiles qui veut devenir le roi des découvertes. trop pressé trop impatient trop téméraire et (un peu) perturbé, il a soif vous savez, de partager d'apprendre et de TROUVER. enragé un peu ivre dans sa manière de vivre (vous saurez) qu'au fond il ne cherche qu'un peu de paix.

Messages : 107

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : kakashi hatake.

Crédits : SETH MON AMOUR.




Dim 9 Juil - 16:31

time never dies
but they
did

boum boum
est-ce le son des tambours ou celui de son coeur
boum boum
est-ce le choc des pas sur le sol ou celui que provoquent les pleurs
boum boum

le temps se prêterait bien à la joie mais aujourd'hui celle qui domine c'est la foi — là bas sur terre, la mort est une bien dure affaire, mais elle n'a pas la lourdeur et l'importance dans laquelle ici, on se perd. la mort est terrible partout c'est vrai, mais quand on n'est pas censé la rencontrer, quand on est promis pour toujours à la vie, ça frôle l'hérésie.
que dit-on là bas sur terre, où les naissances et les décès sont des vérités incontestées ?

(il ne faut jamais dire jamais)
ici les éternels ne connaissent que l'éternité
dites moi comment vivre à perpétuité, je vous dirai comme nous, on meurt sans arrêt. dites moi comment vous supportez la perte, quand elle n'est jamais préparée.
je vous dirais moi, comment nous faisons pour l'ignorer.

il y a des arbres lourds de souhaits, l'atmosphère pesante de rêves un peu brisés (comme si avec eux le printemps mourrait), l'été s'installe ici et c'est comme un jour d'hiver un peu chaud, mais dont le vent reste frais. six petites âmes auxquelles ils disent au revoir avec regret.
là bas sur terre c'est tellement rien si vous saviez (mais avalon sait que c'est mal de comparer).
ici on fête avec retenue des disparus, sur terre, on se contente de les compter et d'espérer, être soulagé de ne pas les connaître. et si c'est le cas et bien
(on s'enterre un peu avec)  
dans l'obscurité, une pointe de ténèbres et un semblant de folie — parce que lorsque la mort arrive on sait pertinemment qu'elle viendra pour nous demain ou même aujourd'hui ?

ici la lumière agresse la rétine comme pour forcer à voir que même l'impossible n'est plus à croire, non, l'inconcevable est même parfois PROBABLE. (six fois, cette année, c'est en ce jour réalisable) six éternels n'en sont plus et d'autres pourront suivre, c'est la vérité toute crue, toute nue.

six sur terre c'est peu (c'est dit)
ici c'est bien, bien trop (surtout lorsqu'un seul éternel cumulait à lui seul bien plus que dix vies)

alors avalon ferme les yeux après avoir longuement observé comment on faisait ici pour la surpasser (la mort)
en l'habillant joliment d'ocre et d'or.
BY MITZI


Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t216-stellar-gas
avatar
Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.
105
24/06/2017
Matoi Ryuko ~ Kill la Kill
Beaucoup de gens gentils ♥
Humain
Mini image :

Description du personnage : Maria est un bout de femme de 19 ans qui a du caractère. Cette leadeuse dans l’âme a du répondant et largement la force pour s’imposer. Véritable casse-couille dans l’âme, elle n’hésitera pas à embêter n’importe qui si elle le juge justifiée, et croyez-moi, souvent ça l’est à ses yeux. Grognon sur les bords, elle peut montrer les crocs si vraiment vous la chauffez trop. Une bagarre pourrait même se déclencher si le cœur vous en dit bien sûr /pan/.

Messages : 105

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Matoi Ryuko ~ Kill la Kill

Crédits : Beaucoup de gens gentils ♥




Dim 9 Juil - 20:01
7 juillet. Une date parfaitement banale pour Maria. C’est le début de l’été, enfin plutôt des vacances d’été à Naples. Les rues s’animent de plus en plus, les gens vont moins au travail, et œuvrer de jour pour la mafieuse est devenue quasiment impossible. L’unité Nuovo, pendant cette période, doit se limiter à la préparation des prochains plans de cambriolage, et éventuellement porter assistance à d’autres unités. Parfois, individuellement, ils reçoivent des consignes du parrain ou de personnes moins gradés mais ce qui est sûr, c’est qu’ils doivent obéir sans condition. Leur position dans l’échelle est trop faible pour refuser.

Comme aujourd’hui Maria n’avait rien à faire, la Camorriste s’est lancée à travers le miroir. Bon d’accord, Alessia a insisté car la brune n’avait clairement aucune envie d’y aller, surtout par cette chaleur. Mais elle n’a pas tout à fait tort. Son pouvoir ne va pas s’améliorer tout seul, et si elle ne va pas s’entrainer régulièrement, la mafieuse ne pourra jamais s’en servir sur Terre. Cette capacité est bien pratique mais difficile à contrôler, au grand désespoir de l’italienne. Maria enfila un haut noir du style débardeur un peu large avec un minishort gris. Vu qu’il fait aussi chaud sur Magmell qu’à Naples, autant être à l’aise. Et puis pour l’instant, elle ne peut porter ce genre de haut que là-bas, car il dévoile une bonne partie de son tatouage. Il serait peut-être temps qu’elle dise aux autres qu’elle s’est faite « tatouer » un corbeau géant sur le dos.

Une fois de l’autre côté du miroir, elle réalise que l’ambiance est très différente de d’habitude. Alors qu’à midi, l’atmosphère est joyeuse avec le marché et tous ses habitants, aujourd’hui c’est tout le contraire. Un silence de plomb règne. Le temps que Maria comprenne, quelqu’un l’a tira un peu plus loin du miroir et lui donna un foulard blanc. Les autres éternels marchaient en rang dans les rues, couvert de blanc. C’est sûr qu’elle n’a pas choisi les bonnes couleurs. Elle ne pouvait pas savoir de toute façon. La mafieuse entre dans le rang et baisse la tête, le temps d’accrocher le foulard à son poignée.

La Camorriste avait bien du mal à comprendre ce qu’il se passait, jusqu’à ce que, au loin, apparaisse ce qu’elle n’a pas de mal à reconnaitre. Un cortège funèbre. Les gens sont abattus, et le seul son qui retentit dans l’air, c’est ce chant mélodieux procuré par l’Oracle, accompagnés de tambour. Les cercueils avancent. 6 en tout. Ce sont les morts de l’année. Pour Maria, ce nombre est ridicule car c’est le nombre de mort par mois en moyenne rien que dans la Camorra. Mais pour ces êtres de l’éternité, c’est déjà beaucoup trop. Certains voilent leur visage d’une mine sombre, d’autres pleurent à chaudes larmes. Et Maria elle, reste stoïque. Un à un, les corps finissent emporter par les flammes du brasier géant. Comme une crémation sur Terre, sauf que cette fois tout le monde regarde.

Les cendres finissent par être emportée plus loin, dans le jardin qu’elle a vu l’autre fois avec Camy. Les gens se dispersent, se réunissent pour oublier cette tragédie. Des stands sont installés pour manger et s’amuser. L’ambiance est encore pesante, mais les choses se calmes petit à petit. Pour Maria, les choses sont plus difficiles. Elle déteste les éternels de toute son âme, mais les voir si proche dans leur réaction que les êtres humains, comme quand celui-ci perd un membre de sa famille, l’a marqué. Elle aussi a pleuré quand Franckie est mort, alors elle ne peut que les comprendre. La tête basse, elle se met à faire demi-tour. Inconsciemment, des notes s’échappent de ses lèvres. Le chant de l’Oracle lui revient en mémoire au fur et à mesure, et à sa façon, elle le réinterprète. Les gens se retournent surpris, pour l’écouter faire. Maria ne les regarde pas, juste elle chante. Jusqu’à ce qu’elle finisse par être aspirée par le miroir.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t98-terminee-aussi-loin-que-je-me-souvienne-j-ai-toujours-voulu-etre-une-gangster-maria
http://magmell.forumactif.com/t274-une-camorriste-qui-traine-sur-magmell-maria
avatar
Chasing dreams like I'm on Novocain
Screaming through your airways
Looking back I almost thought I heard you say
You're so much better than that
63
02/07/2017
OC ▬ Made_by_flou
®Void
Humain
Humain
Mini image :

Description du personnage : Chasing dreams like I'm on Novocain
Screaming through your airways
Looking back I almost thought I heard you say
You're so much better than that

Messages : 63

Date d'inscription : 02/07/2017


Avatar : OC ▬ Made_by_flou

Crédits : ®Void




Lun 10 Juil - 15:00
La m o r t.

Elle erre tout autour. Il y a la lourdeur du silence d'or immaculé. Dans la blancheur, il y a la perte. Celle qui pèse sur les âmes des éternels. Ils ne portent plus aussi bien leur nom lorsque tes orbes croisent les défunts. Six. Seulement six. Trop pour ce monde. Pour les enfants de Leliel. C'est ce que tu as compris en quelques jours ici. En quelques semaines à errer ici bas. Trop pour eux. Seulement six pour toi. Ce n'est rien à tes yeux. Triste pensée, triste à dire, pourtant si vrai. Il faut croire que les « sangs-impurs » sont les moins chanceux dans cette vie. Les éternels vivront. Ils vivront ici. Encore et encore. Quelqu'un seulement viendront à mourir pendant que des milliers d'humains crèvent chaque jour de l'autre côté du miroir de la place Coba. Des peuples si différents. Des mondes si opposés. Une réalité si surprenante. De loin, dans un coin, tu fronces les sourcils et observe pour la première fois la cérémonie qui se tient le 7 Juillet. Ce festival mortuaire qui annonce aussi la fin du printemps. C'est religieux en ces lieux. Seuls les chants de l'Oracle résonnent bruyamment. & la mine de ton crayon qui dessine la ville. Tu l'as vois de si près pour la première fois depuis deux mois.

Le m a l a i s e.

C'est beau. Quelque part oui, c'est beau. Pourtant cette atmosphère ne te convient pas. Elle ronge lentement. Elle provoque un sentiment de malaise grandissant. Tu n'es pas triste pour eux. Tu n'es pas pourtant réjouis de voir cela. Tu es seulement... vide. Vide de cette vision qu'est la mort. Tu l'as connais déjà. Tu connais déjà cette ambiance. Elle ne te rappelle que de vieux souvenirs qui errent sans arrêt. De ceux qui dévorent lentement. De ceux qui ramènent dans un passé que l'on préférerait oublier. Effacer tout simplement. Un soupir passe tes lippes. Une main se perd dans la crinière blanchâtre. Un instant tu fermes les yeux sur ce monde et tu suis du mouvement la foule qui s'avance pour brûler les corps.

Les f l a m m e s.

Tu regardes intensément les flammes qui consument la chair. Le crayon se pose lentement sur la feuille gribouillée. Lentement la vision des cendres qui s'éparpillent happe ton esprit, tes songes. Tu te perds dans le passé. Tu te perds dans tes propres visions, cauchemars de la mort. Murk, ce festival fait remonter en toi tout un tas de détail de ce jour-là, de l'enterrement de ton propre père. De la fin de ta mère également. C'est douloureux finalement. C'est complexe également. Tu soupirs une énième fois et tu regardes les cendres finalement dispersées une fois les corps brûlés. C'est ainsi.

C'est la f i n.
C'est la v i e qui s'éteint simplement.
D'un c la q u e m e n t de doigt.
tag: @all | notes: mini-event au top

Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t308-murk-done-and-why-your-words-gotta-mean-so-much-to-them-and-they-mean-nothing-to-me
http://magmell.forumactif.com/t355-murk-done-d-e-c-h-e-a-n-c-e#2051
avatar
Forget oblivion, drop a neon ~
142
24/06/2017
Nino Nijiiro - PriPara
-
Humain
Mini image :

Description du personnage : Forget oblivion, drop a neon ~

Messages : 142

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Nino Nijiiro - PriPara

Crédits : -




Lun 10 Juil - 15:05
Camy balançait ses jambes dans le vide, assise sur un petit muret. C'était un peu sa position fétiche, elle était tranquille, pouvait regarder autour d'elle tel un suricate et pouvait sauter de son perchoir à tout moment. Elle ne s'y risquerait pas, elle avait enfin trouvé un coin à l'ombre. C'était sa première cérémonie de l'été, elle était encore en train de se familiariser avec Coba l'année passée. Et ce qu'elle avait vu en une demi-journée l'avait convaincue qu'à défaut d'être sympathiques envers les humains, les Eternels avaient un sacré respect des morts. Normal pour un peuple sensé ne pas décéder ceci-dit.

En hoodie et short, elle avait très vite changé la couleur de ses vêtements pour des tons pastels et ocres avant de rabattre sa capuche pour cacher sa chevelure. Seules des mèches qui variaient entre le vert clair du sérieux et le jaune pétillant de la curiosité dépassaient. Elle était arrivée à Andraste tôt ce matin, avait vu les bûchers puis les corps. De ce qu'elle avait compris, les fetsivités allaient continuer pendant quelque temps avant que les cendres ne soient transférées dans le cimetière qu'elle avait visité il y a à peine quelques jours et où elle avait rencontré Maria.

En attendant l'après-midi s'annonçait comme une période de calme, quasiment étouffant. C'était comme si toute la ville était plongée dans un bain de coton. La torpeur ambiante associée au recueillement des Eternels étaient impressionante. L'adolescente avait l'impression qu'une tension palpable était présente, comme si tout le monde faisait la sieste tout en étant extrêmement éveillé et concentré. Quant à elle, ne voulant pas intervenir ni embêter qui que ce soit, pour une fois. Cette cérémonie représentait quelque chose d'un peu étrange : les adieux à des personnes qui auraient du lui survivre. C'était tellement étrange et tellement solennel qu'elle n'avait aucune envie d'aller s'amuser. Et puis elle aimait bien que tout le monde soit en blanc et pas en noir pour un deuil. Toujours cette histoire de pureté, de purification par le feu ou elle ne savait quoi par contre, mais c'était dans leur culture, elle n'avait rien à dire de ce côté là.

De là où elle était, elle pouvait voir la foule, entendre les chants, avait entraperçu l'Oracle. Plus tôt, elle était dans l'autre partie de la ville, à regarder les brasiers, avec un mélange de mélancolie et d'appréhension. Ces feux lui rappelaient les brasiers de joie, mais leur fonction première de crémation s'était vivement affirmée avec la montée de l'odeur. Six Eternels morts cette année du coup. Il était étrange qu'ils ne pullulent pas plus que ça quand même. Avec tout ceux qui naissaient chaque mois pour ceux qui mourraient. Leur peuple n'avait certes qu'un demi millénaire d'existance mais c'était étrange...

Un baillement lui échappa et elle décida d'aller faire un petit tour, histoire de voir ce que les marchands proposaient. Elle avait des fourmis dans les jambes et la boule qui était dans son ventre s'était dissipée, la laissant avec le souvenir qu'elle n'avait pas mangé ce midi. Il devait bien y avoir des biscuits traditionels ou elle ne savait quoi à grignoter ? En tout cas, l'été avait bien commencé, qu'est-ce qu'elle allait faire cette année ?
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t92-don-t-stop-me-now-put-some-neons-in-your-life-carmelia-r-jones
http://magmell.forumactif.com/t130-carmelia-j-aime-la-couleur-et-les-agressions-oculaires#415
avatar
Je suis galloise, je suis blonde, je suis cosplayeuse et modèle alternatif mais avant tout je suis moi !
Je mords pas et je suis même plutôt sympa. Espérons simplement que tu n'aies pas à faire avec mon pouvoir...
153
06/07/2017
Hana [OC]
Caleb Thomas (ctChrysler) & Avalon & Styx
Humain
Mini image :

Description du personnage : Je suis galloise, je suis blonde, je suis cosplayeuse et modèle alternatif mais avant tout je suis moi !
Je mords pas et je suis même plutôt sympa. Espérons simplement que tu n'aies pas à faire avec mon pouvoir...

Messages : 153

Date d'inscription : 06/07/2017


Avatar : Hana [OC]

Crédits : Caleb Thomas (ctChrysler) & Avalon & Styx




Ven 14 Juil - 19:52





Fin juin, début juillet. La période où tous les étudiants redeviennent petit à petit heureux et paresseux.
Moi je fais exception. Oh bien sûr je savoure aussi le début de mes vacances estivales mais je n'ai ni la tête ni le cœur à me détendre.
La tête d'abord. Je suis bien trop occupée. Entre le modeling et les photos que je prends moi même ajouté au fait que je prépare déjà mon projet de fin d'études même si j'ai encore quelques années devant moi, je ne veux pas perdre de temps.
Et le cœur aussi. Parce que je sais à quelle période de l'année on arrive. Parce que je me souviens de ce qui arrive le septième jour du mois. C'est gravé au fer rouge dans mon petit cœur.

L'année dernière j'avais été surprise. Je ne savais pas pourquoi se tenaient ces célébrations. En vérité je crois que j'étais pas prête.
Ça reste une douleur à vif. Une cicatrice qui se rouvre et saigne chaque année. Un seul jour, une seule course du soleil pour se souvenir et se recueillir.
Alors oui ça peut paraître stupide et égoïste. Je ne suis qu'une humaine après tout mais il y a un je ne sais quoi qui me fait me rebeller contre la fatalité.
Parce que les Eternels devraient l'être définitivement. Parce qu'un paradis aussi beau que Mag Mal ne devrait pas connaitre la cruauté d'un dernier voyage dans les bras de la Faucheuse. Un voyage pour l'éternité, la vraie.

Cette année je me suis préparée. Je savais que le jour viendrait.
D'abord je me suis rendue sur mes terres natales, mes racines, ma patrie. Mon Pays de Galles adoré.
Chaque fois que je reviens ici je retombe amoureuse. Plus le temps passe et plus j'ai l'impression de redécouvrir mon pays.
Peut être parce que ma vision change au fil des années ou peut être parce que petit à petit mes souvenirs d'enfance s'effacent. D'un côté ça m'effraie aussi de ne plus me souvenir, de ne plus voir le monde avec des yeux d'enfant.
Alors je traverse le miroir pour me rendre dans mon paradis, l'autre partie de mon cœur, mon monde d'adoption. Mag Mell la belle.
Evidemment je ne serais jamais une citoyenne à part entière. Je resterait une étrangère indéfiniment. Une humaine qu'on dévisage. Mais qu'importe.

L'ambiance est différente. Feutrée. Solennelle.
Je m'y attendais mais ça me pèse déjà. Je déglutit. Je voulais être là et j'y suis. J'échange un regard avec Pandore.
Et les festivités commencent. J'entends le chant de l'Oracle même si je ne la vois pas.
La foule est dense. Je m'y mêle et suit simplement.
Les tambours résonnent fort à mes oreilles et pèsent lourd dans mon cœur comme des canons en fer.
Je vois, je pense, je ressens.
Les hautes flammes se reflètent dans mes yeux tandis que le feu accueille six corps dans ses bras ardents.
J'ai de l'humidité sur chaque prunelle. Pourquoi faut il que la réalité soit si cruelle ?

Je passe le reste de la journée à déambuler avec mélancolie.
Je ne sais pas pourquoi ça m'affecte autant mais je n'ai pas honte d'avoir des sentiments et d'ouvrir mon cœur à ceux qui m'ont accueillie.
Demain la vie reprendra son cours. Les Éternels auront tout le temps de se livrer à leurs activités et les Humains de s'émerveiller des beautés d'Andraste.
Rendue au pied d'un des arbres à souhaits je grave une plaquette en bois en gallois. Comme si je voulais tout lier à jamais.
Pour moi je ne demande rien. Je souhaite simplement que l'année prochaine il n'y ait pas de bûchers funéraires, pas de corps à emporter, pas de cendres.
C'est peut être illusoire, peut être irréalisable, mais du fond du cœur je souhaite que ce chiffre six devienne zéro.

En fin de journée juste avant qu'ils n'emportent les restes des défunts je m'installe un peu à l'écart.
J'ai gardé mon propre hommage pour ce moment. Un petit rien. Comme un écho des hautes flammes.
De mon sac je sors des petits bâtons, répliques miniatures de feux d'artifices terrestres.
J'en allume six les uns après les autres. Ils font des étincelles, crépitent, pétillent, scintillent pendant une dizaine de secondes avant de s'éteindre inexorablement.
La voix de l'Oracle résonne à nouveau, point final de cette journée.
Adieu cruauté. Bienvenue jours ensoleillés.


Code by Joy
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t385-gaia-pas-de-quoi-perdre-le-north
http://magmell.forumactif.com/
avatar
tout est bon dans le fluffton
elle aime le fluffton
elle mange le (fromage de) fluffton
elle s'habille fluffton
elle sent le fluffton
elle vit le fluffton
262
24/06/2017
Mononobe no Futo - Touhou Project
-
Producteur
Producteur
Mini image : tout est bon dans le fluffton

Description du personnage : elle aime le fluffton
elle mange le (fromage de) fluffton
elle s'habille fluffton
elle sent le fluffton
elle vit le fluffton

Messages : 262

Date d'inscription : 24/06/2017


Avatar : Mononobe no Futo - Touhou Project

Crédits : -



En ligne

Mer 19 Juil - 9:54


'Cause we all wanna party when the funeral ends.
And we all get together when we bury our friends.


Elle ne pleurait pas.
Il ne fallait pas.
Jamais, jamais.
Honorer c'était vivre, c'était continuer.
Lann avait vu trop de gens partir. Disparaître, mourir, Humains, Éternels, flufftons, amis, connaissances, rivaux, inconnus. Son visage restait impassible, les mêmes traits décontractés et décomplexés de tous les jours.
Ce n'était pas qu'elle n'était pas triste pour ces pertes, pour tout ce sang versé, c'était simplement qu'elle pensait avoir vécu trop longtemps pour se laisser surprendre par ses émotions. Elle pria, un moment, vêtue de sa plus belle étoffe, pour que leurs âmes rejoignent le cœur de Leliel.
Cette cérémonie n'existait que pour rappeler aux Éternels que leur nom n'est qu'une façade.
Une année de plus avait passé, et une fois encore, l'été arrivait.
Combien d'entre eux partiront dans le souffle du brasier l'année prochaine.
Combien d'humains cesseront de passer le miroir.
Combien perdrait-elle cette fois.
Elle regarda le cortège blanc passer.
Et au fond de sa tête, une petite voix, une idée, un murmure glacé.
Un jour toi aussi peut-être. Même ce qui ne saurait vieillir peut avoir une fin, plus brutale que l'âge, plus froide que la solitude.
Mais elle décida de l'ignorer.

  Elle écrit ses vœux et les accrocha à l'arbre à souhaits. Comme chaque année il se composaient tous de multitudes de futilités et de souhaits égoïstes. Elle écrivait souvent ses voeux à l'avance dans un carnet afin de ne rien oublier.
Faites que Fluffton et Fluffton se reconcilient.
Beaucoup de lait.
Moins d'alerte aux monstres près des plaines.
Une vingtaine de petites cartes en bois plus tard elle arriva à la dernière ligne du carnet.
Cette ligne, elle l'écrivait tous les ans, et pourtant, elle n'osait jamais l'accrocher. Elle n'osait jamais la souhaiter.
Faites que tout le monde revienne.
Elle serra son carnet contre son front.
Serrer le papier pour cacher ce visage qu'elle ne saurait accepter.
La mine sombre.
Les larmes salées.
La lèvre mordue.
Espérer était une souffrance qu'elle n'osait s'infliger.





fête de l'été




another
eternity
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t110-these-shackles-i-ve-made-in-an-attempt-to-be-free-lann-100
http://magmell.forumactif.com/t825-lann-everyone-i-know-goes-away-in-the-end
avatar
melancholy
douce folie
cruelle hérésie
31
11/07/2017
black lady (sailor moon)
-
Culte
Culte
Mini image : melancholy

Description du personnage : douce folie
cruelle hérésie

Messages : 31

Date d'inscription : 11/07/2017


Avatar : black lady (sailor moon)

Crédits : -


Mer 19 Juil - 12:08



tu es né poussière et
tu redeviendras poussière


le jour déjà s'emplissait d'une chaleur lascive
en ces jours enchanteurs la solitude était plus vive
oiseau de malheur elle rodait
(corneille)
pour apercevoir les portes de la cité
amante de la mort
en noir de la tête aux pieds
(le silence la rendait folle)
de ses yeux noirs colère elle fixait les portes ouvertes
ce sol
que jamais plus elle ne pourra fouler
(elle ne ferait que le souiller)
et ces éternels
(qu'elle aurait pu gouverner)

dans les roulements langoureux des brasiers
elle
se
noie
regarde s'élever la fumée noire
funestes volutes aux relents
écœurants
vos cadavres vous faites bien de les embraser
pour que styx d'une embrassade ne puisse les relever
(souffle de vie après la mort
la déchéance dans chaque parcelle de son corps)
en ce jour où vous célébrez les macchabées
styx
aurait été sainte
elle qui était l'âme-sœur
de tous les défunts

un soupir
elle se détourne des flammes
qui attisent sa haine
(ne m'oubliez pas)
(en célébrant la mort vous me célébrez m o i)
tandis que roulent sur ses joues des larmes
vaines
deuil d'une ancienne vie détruite par
son hérésie
et au soir quand la nuit se fait attendre
il ne lui reste sur la langue qu'un amer goût de cendre
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t408-the-neon-demon-styx-uc
http://magmell.forumactif.com/t436-sinners-never-sleep-styx
avatar
piou
40
30/06/2017
fumikage tokoyami - bnha
©Lilith
Chasseur
Chasseur
Mini image :

Description du personnage : piou

Messages : 40

Date d'inscription : 30/06/2017


Avatar : fumikage tokoyami - bnha

Crédits : ©Lilith




Mer 19 Juil - 16:42


mémoire en été
event été
Anil soupire. L’été arrive aujourd’hui et en conséquence la lumineuse cité d’Andraste semble encore plus blanche que d’habitude. Lui-même s’est paré de son unique tunique blanche, dans le ton, ne pas trop détoner.

(C’est trop tard, nous sommes si différents d’eux. J’essaie d’être comme eux, ne réduisez pas mes efforts à néant.)

Cet événement est toujours un coup au cœur, un coup au moral, un difficile rappel que leur éternité n’est qu’une illusion. Tout n’est pas si pur que ça dans la blanche citée aux allures si merveilleuses. Tous ses habitants ne sont pas de frêles colombes. Non. Il y a également la peur. Il y a également le noir.

(Il y a également moi.)

Anil ne se mêlera probablement pas à la foule, trop anxieux de s’approcher des humains et des autres éternels. Aujourd’hui, il voudrait ne pouvoir penser qu’à lui, pour lui, en l’honneur de ces personnes qui ne verront plus jamais le soleil se coucher. La mort est un sujet tabou chez les Éternels. Ce que l’on ne connaît pas fait peur.

(Tu en es le parfait exemple.)

La mort les terrifie. Les paralyse. Anil n’a qu’à fermer les yeux pour revivre sa fuite et sa lâcheté. Les visages sont si c l a i r s mais les noms si f l o u. C’est si perturbant. Il a une nouvelle meute aujourd’hui mais pourtant, il y a toujours la même appréhension quand ils partent en mission. Il a peur que cela se répète. Et si ça se répète, que fera-t-il ?

(Tu te fondras en nous.)

Il ferme les yeux. Ça serait si facile, il se fond dans les ombres et il s’enfuit. Plus besoin de voir le blanc é b l o u i s s a n t, retour au noir r é c o n f o r t a n t. Ça serait si facile mais si lâche et en l’honneur des personnes tombées, il se doit de regarder et d’apprendre de leurs erreurs. Anil est jeune et il a tant à apprendre. Cette cérémonie qu’il a déjà vu 78 fois ne peut que lui servir.

(Alors dis nous, petit oiseau, pourquoi ton cœur se serre et que tu voudrais pleurer. Pourquoi n’es-tu pas au milieu de la rue à festoyer doucement l’arrivée de l’été, la mémoire des Eternels. Dis nous, jeune oiseau, pourquoi tu préfères t’isoler sur les hauteurs de la ville. Je ne sais pas. Je pense que j’ai peur.)

Alors il reste tout simplement là, sur les toits d’Andraste et il observe. Il observe les piliers de flammes si lumineux, il observe Alba, si blanche, si pure, qui chante et qui réchauffe son cœur. Peut-être, si il ose, il descendra. Peut-être, si il ose, il accrochera la tablette qu’il porte et qu’il n’ose pas accrocher comme si il n’avait pas le droit.

(Il n’y a que toi qui te l’interdit. Personne d’autre que toi te juge. Ais confiance, crois en nous. Jamais.)

Le soleil commence à se coucher et pourtant, il n’a pas bougé. Toute la journée, il s’est contenté d’observer de si loin, cette cérémonie qui semble si vide de sens. Pourquoi ce sont ces personnes, si pures, si lointaines, qui s’occupent des morts. Ils ne savent pas ce qu’est la mort, ils ne savent ce qu’est la peur. Ils vivent dans la bulle de protection qu’offre la cité blanche. Pourtant, eux, chasseurs, humains, savent. Derrière les murs de la ville, il y a un monde qui leur est inconnu. Un monde qui ne leur appartient qu’à eux, ceux qui sont i m p u r s. Ceux qui se battent, ceux qui saignent.

(Mais nous savons. Nous sommes là pour toi. Nous serrons toujours là. Pas comme eux. Taisez vous.)

Le soleil se couche et les ombres reprennent le contrôle.


Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t257-anil-it-s-bird-not-birb-termine#1322
http://magmell.forumactif.com/
avatar
Le ciel est bleu.
L'herbe est verte.
Prim est gay.
Prim est une ballerina brutausore secretly gay
120
25/06/2017
Eli Ayase - Love Live!
luca & lann (je plore devant la boté)
Humain
Humain
Mini image :

Description du personnage : Le ciel est bleu.
L'herbe est verte.
Prim est gay.
Prim est une ballerina brutausore secretly gay

Messages : 120

Date d'inscription : 25/06/2017


Avatar : Eli Ayase - Love Live!

Crédits : luca & lann (je plore devant la boté)




Mer 19 Juil - 17:32


things we lost in the fire
event#1

Prim sautille. Elle est grande et pourtant, perdue dans la foule, elle n’arrive pas à voir ce qu’il se passe. Ce matin, elle a voulu venir à Andraste, des rumeurs d’une cérémonie, une grande fête, quelque chose d’annuel l’ont menés ici avec la ferme intention d’en apprendre un peu plus sur ce monde qu’elle connaît si peu. Et elle est là, un peu con, perdue dans les rues pavées, à chercher à comprendre.

Pourquoi cette célébration ? Pourquoi la timide avancée, pourquoi les regards baissés, pourquoi peut-elle lire la peine sur les visages éternels ? Elle est peut-être un peu intimidée par l’aspect si solennel de la cérémonie. Elle n’aime pas cette ambiance si religieuse, c’est si opposé à tout ce en quoi elle croit.

Ça l’oppresse et l’enferme et elle déteste ça. Elle reste pourtant là, à fixer la procession des éternels et la douleur sur leurs visages. Deux sont morts en protégeant la cité. Des chasseurs. Les quatre autres sont des inconnus. C’est un choc pour Prim. Les éternels ne sont pas si éternels que ça. Il peut y avoir une fin. Il peut y avoir une conclusion à la vie des éternels.

Paradoxe.

Elle n’aime pas ça. Ils ne suivent pas les règles. L’éternité n’est pas sensée avoir de fin. L’éternité est sensée se prolonger pour toujours. Mais non, aujourd’hui, ils remettent en question les règles qu’ils ont mit en place à leur arrivée. Elle s’isole un peu, elle boit un peu trop.

Elle tangue. Elle n’aime pas cette mise en avant de la mort. C’est malsain. Tout est si blanc et elle détonne avec son cuir et son noir. Les verres s’enchaînent et bientôt elle s’en moque. Elle continue d’avancer. Elle rit si fort Prim, elle laisse son regard couler sous les formes des demoiselles. Elle entraîne une brune dans une danse folle.

La foule la camoufle, alors elle permet à ses mains de descendre le long de ses hanches, de caresser la chair sous sa paume. Elle s’enivre de cette odeur. Elle aura oublié demain alors ça ne compte pas. Et elle approche les colonnes de flammes, les restes de ces éternels que bientôt tout le monde aura oublié. Dans ce monde où tout est éternel on ne peut se rappeler de ce qui ne l’est pas.

C’est pour ça que les humains sont si lointain aux éternels. C’est pour ça qu’elle n’ose pas parler à ces étranges créatures si similaires et si éloignés d’eux. Pourtant, Prim ose si facilement. Elle ose mettre son poing dans la gueule d’un impertinent, elle ose parler fort, elle ose boire en pleine cérémonie sacrée et elle n’écoute pas la chanson de l’oracle. Il n’y a qu’elle, elle et elle. Mag Mell c’est son paradis à elle. Elle voudrait rester ici. Comprendre la douleur de ces inconnus. Pourtant, peut-être est-ce du bon sens, peut-être est-ce un sursaut de timidité, elle n’ose pas s’approcher de ces inconnus tous vêtus de blanc.

Elle ne fait pas partit de ce monde. Elle n’est qu’une intruse. Alors elle recule, grogne un peu face à la peur et l’appréhension que même l’alcool n’a pas réussi à atténuer et elle s’en va, elle s’enfuit et elle est lâche. Mais tant pis. Aujourd’hui, elle préfère supporter ses parents plutôt que l’ambiance si lourde et prenante de cette cérémonie.




GG : GAY GANG
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t152-prim-following-the-beat-of-her-heart#553
http://magmell.forumactif.com/t166-prim-j-ai-pas-d-idee-de-titre-ca-viendra-un-jour-rp-on
avatar
Don't give me puppy eyes. Unless you talk literally.
14
04/07/2017
Iris Heart - Neptunia
-
Chasseur
Chasseur
Mini image :

Description du personnage : Don't give me puppy eyes. Unless you talk literally.

Messages : 14

Date d'inscription : 04/07/2017


Avatar : Iris Heart - Neptunia

Crédits : -




Mer 19 Juil - 17:41
Une petite procession remontait la plaine en direction d'Andraste. Ne briant pas pour sa taille, le petit groupe d'Eternels Exilés venant de leur village au bord de l'eau faisait route pour la fête du début de l'été. C'était le moment de payer respect aux morts, et ces exilés temporaires étaient acceptés jusqu'aux portes. Ils ne pourraient pas entrer dans la ville, mais pourraient au moins voir les bûchers.

Arrivés près de la ville, ils s'arrêtèrent à l'approche d'une formation rocheuse, posée comme ça au milieu de rien. Ce n'était pas tant le pauvre roc qui les avaot interpellé, mais plutôt la personne assise dessus, drapée dans un capuchon ocre, qui ne dissimulait pas vraiment ses longues bottes noires et violettes. Daiquiras faisait dos aux visiteurs, ce qui ne les empêcha pas de se tenir à distance, de partager une minute de murmures puis de faire un grand, grand détour pour l'éviter. Tant mieux, souffla l'ancienne Chasseuse, elle n'allait pas se mêler à ces petits joueurs quand même.

Il était rare pour elle de quitter sa retraite forestière. Quand elle avait vraiment besoin, elle passait au village des Exilés, qui se transformait parfois en ville fantôme à son approche. Ca voulait dire au moins que l'image de grande méchante qu'elle cherchait à se donner fonctionnait. Quand ça ne l'amusait plus de faire peur à ses congénères elle passait à Coba. Elle ne portait pas plus que ça les humains dans son coeur, mais ils avaient au moins le bon goût de ne pas avoir "trop" de préjugés à son sujet. Elle était traitée comme n'importe quelle Eternelle. Enfin comme n'importe quelle Eternelle un peu excentrique, quoi. Mais elle préférait tout de même la quiétude de ses sous-bois.

Regardant le soleil, Daiquiras soupira et se leva, brandit son épée-fouet qu'elle avait posé sur ses genoux et frappa violement la roche de la pointe de l'arme. La pierre se fissura et s'effondra alors qu'elle sautait dans l'herbe. Elle se retourna pour admirer son travail tout en remettant sa partenaire de prédilection à sa hanche. Ca faisiat du bien de détruire quelque chose. Elle n'aimait pas violenter les arbres et ne pouvait même pas tuer une mouche comme quelqu'un de normal. Quand elle cherchait à écraser un insecte qui se posait sur elle, la bestiole ressortait de sa main, certes pris de convulsions qui entraînaient sa mort à cause de sa faible capacité cognitive, mais sans pour autant mourir par blessure... Tch, Chasseuse Immaculée, son cul, ouais.

Arrivée à l'entrée d'Andraste un petit moment avant l'allumage des flammes, Daiquiras put profiter du spectacle assez facilement. En effet, personne n'osant s'approcher d'elle, il y avait un grand cercle vide au milieu de la foule. Même les humains ne s'y trompaient pas. Chez les éternels, surtout en cas de fête éternelle, fais comme les éternels disait le dicton. Enfin il lui semblait. Il y avait d'autres exilés comme elle présents. Ils étaient bannis parmi les bannis, certains volontairement comme elle, d'autres parce qu'ils étaient affreux à ce point. Ca ne leur donnait aucune compassion les uns pour les autres, loin de là. Les plus fous faisaient même un concours pour voir qui avait le plus de place, où s'amusaient à faire bouger la foule en se dirigeant vers elle. La femme aux cheveux violets trouvait ça puéril, mais elle se gardait bien de les juger. Après tout, elle aimait traumatiser les imprudents qui passaient trop près de son chez-elle.

Le regard fixé sur les flammes, elle s'éforçait de respirer le plus calmement possible tout en participant aux chants. L'odeur de brûlé la ramenait à cette fête de l'été, avant qu'elle ne soit exilée, mais où le corps de son défunt chef de meute avait été changé en cendres. C'est principalement pour sa mémoire qu'elle ne manquait jamais cette cérémonie et qu'elle se forçait à regarder les corps bruler. Pour ne pas oublier que c'était à cause de sa bêtise qu'il était mort. Mais aussi pour montrer à tous les Chasseurs qui l'avaient accusée de tous les maux qu'elle n'avait toujours pas oublié sa culpabilité et que par conséquent, ils ne pouvaient pas oublier la leur vis-à-vis de son exil. C'était une de ses satisfactions égoïstes. Et aussi pour cela qu'elle ne prenait même pas la peine de cacher son arme, ou qu'elle ne mettait qu'un capuchon, sans changer toute sa tenue qui était définitivement très loin de la mode Eternelle.

Des regards dans la foule se tournèrent vers elle quand elle entonna un des airs peu connus, que seuls les membres du Culte chantaient avec perfection. Et oui, elle n'avait que deux centenaires au compteur, mais elle était déjà passée par trois statuts dans la société Eternelle. Aspirante du Culte, Chasseuse de support et maintenant Exilée à vie. Elle ne comptait pas renier cette dernière appelation de sitôt. Ses crimes méritaient bien moins que cette peine, c'était elle qui restait en dehors d'Andraste et qui l'avait demandée. Elle savait que si elle allait un jour trouver Freya, elle pourrait peut-être revenir. Mais ce n'était pas dans ses plans. Pas avant un bon moment. Pas avant qu'elle n'ait pardonné aux autres Chasseurs. Et qu'elle ne se soit pardonné à elle même. En attendant, elle restait Daiquiras, Chasseuse Noire Immaculée. La Dame de Fer des Bois. La Destructrice de Psyché. Et aussi, officieusement, une des meilleure Chasseuse solitaire de toute la société Eternelle. Elle ne se vantait pas d'un tel état de fait ceci dit. Mais elle avait déjà pas mal de monstres dans son tableau de chasse.

Quand elle sortit de ses pensées, la foule s'était déjà bien dispersée, la plupart étant rentrée dans la ville pour la suite des festivités et pour profiter du jour de congé. Après un hochement de tête en direction du bûcher, Daiquiras tourna les talons et s'en fut. Vivement qu'elle retrouve son bois, qu'elle laisse tomber ce capuchon. Il grattait.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t366-daiquiras-i-won-t-leave-a-scar-fini
http://magmell.forumactif.com/t421-les-feuilles-volantes-de-daiquiras#2627
avatar
15 ans, resident emo kid. Touchez-le et il pleure.
371
03/04/2017
Silver (Pokémon)
anyanyanya ♥
Humain
Mini image :

Description du personnage : 15 ans, resident emo kid. Touchez-le et il pleure.

Messages : 371

Date d'inscription : 03/04/2017


Avatar : Silver (Pokémon)

Crédits : anyanyanya ♥




Mer 19 Juil - 22:14


as it forgets its wounds, time reawakens and resumes its cycling, people come and go through the city, the children run throughout the alleys
Les flammes dansent devant tes yeux.

C'est ta première année à Mag Mell — la première fois que tu vois un tel événement. La toute première fois que tu vois la glorieuse et immaculée Andraste se parer ainsi d'un silence aussi grave et d'une solennité encore plus profonde que celle que, d'après ce que l'on t'a dit, font preuve les Éternels.

Ils t'ont toujours paru étranges, ces Éternels. Non, après réflexion— « étranges » n'est peut-être pas le bon mot. Tu n'arrives pas bien à les qualifier, mais — et sûrement à juste titre — ils t'ont toujours paru beaucoup... plus. Plus que cette vie, plus que vous humains, plus— bien plus que toi. Ils sont puissants, altiers, respectables. Vivent en harmonie, selon un idéal de paix. Ce que tu sais d'eux, tu l'as lu dans les livres, des livres qui clament et vantent les mérites de leur civilisation, de ses progrès, de sa splendeur. Qui chantent ses louanges, comme cette jeune fille — tu entends des murmures étouffés dans la chaleur qui l'appellent l'Oracle — emplit les rues de la ville d'une mélopée lente et solennelle.

yasra dius manaf, yasra dius manaf—

Contrairement à ceux qui t'entourent, toi — toi, à l'écart de la foule — tu ne lèves pas les yeux vers le cortège qui s'avance lentement vers les portes de la ville. Par honte, plus que par refus de le faire. Parce que tu as peur de vexer, peur de célébrer — peut-on appeler ça une célébration — des morts qui ne sont pas les tiens... et surtout, peur de la mort elle-même.

Tu attrapes d'un bref coup d’œil un éclat de vision, un bref instant d'un corps jeté au feu — après tout, est-ce qu'on ne dit pas « tu es né poussière, et tu redeviendras poussière ? » Et tu te demandes ce que ta mère aurait voulu. Un souvenir amer qui pointe dans ton cœur, comme pour se joindre au deuil général, un deuil qui ne s'est jamais terminé pour toi.

Tu avais entendu tes grands-parents en parler, et ton père avait insisté pour qu'on l'enterre. Personne n'avait osé le contredire, parce que personne n'avait eu l'occasion de savoir ce qu'Eleonora voulait.

Parce qu'elle n'avait pas prévu de perdre la vie ce jour là, en pleine montagne.

yasra dius manaf, yasra dius manaf—

Tu serres le poing. Tu tournes les talons, et ta silhouette s'efface au détour d'une rue. Tu fuis.

Et c'est un sentiment étrange — car c'est le mot — qui t'habite à cet instant. Peut-être que les Éternels, derrière leur façade sainte, ne sont pas si différents de vous. Pas si différents de toi.

Eux aussi, ont des regrets.

Des souvenirs qui ne les quitteront pas.

yasra dius manaf.
fête de l'été


luca emilio aldena
you don't get what all this is about
you're too wrapped up in your self doubt
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t90-and-you-look-half-dead-half-the-time-luca
http://magmell.forumactif.com/t821-there-s-no-logic-in-your-sadness-luca
avatar
Aksel en résumé c'est un gentil garçon, toujours là pour les autres, les écouter ou les protéger, c'est une sorte de leader naturel. Il est souriant, toujours de bonne humeur, assez bruyant, beaucoup plus sportif qu'intellectuel. C'est une tête brûlée aussi et un casse-cou. Finalement il ne parle que très peu de lui, de son passé ou des choses qui le touchent personnellement.
Arrivé sur Mag Mell très récemment, Aksel est à la recherche de sa petite sœur, disparue il y a 7 ans... Il est persuadé qu'elle se trouve quelque part en ce vaste monde.
593
03/04/2017
Taichi Yagami - Digimon
Lulupiuw ♥
Humain
Mini image :

Description du personnage : Aksel en résumé c'est un gentil garçon, toujours là pour les autres, les écouter ou les protéger, c'est une sorte de leader naturel. Il est souriant, toujours de bonne humeur, assez bruyant, beaucoup plus sportif qu'intellectuel. C'est une tête brûlée aussi et un casse-cou. Finalement il ne parle que très peu de lui, de son passé ou des choses qui le touchent personnellement.
Arrivé sur Mag Mell très récemment, Aksel est à la recherche de sa petite sœur, disparue il y a 7 ans... Il est persuadé qu'elle se trouve quelque part en ce vaste monde.

Messages : 593

Date d'inscription : 03/04/2017


Avatar : Taichi Yagami - Digimon

Crédits : Lulupiuw ♥




Jeu 20 Juil - 16:43



Slow I'm
getting up
fête de l'été
On l’avait prévenu que le septième jour du septième mois il devait se trouver sur Mag Mell. On lui avait dit qu’il devait voir de ses yeux l’un des événements les plus importants d’Andraste. Alors sur la seule base de ces “on dit”, de ces conseils d’inconnus glanés ça et là, il s’était organisé pour se retrouver aux portes de la ville en ce matin de juillet.

Sans savoir ce qui l’attendrait.

Au milieu d’une foule de créatures en peine et d’humains curieux, il assista à la mise à feu. Les bûchers se transformèrent en flambeaux cherchant à danser avec le ciel. D’immenses gerbes de flammes qui cherchaient du bout de leur être à atteindre Leliel. Il aurait pu y avoir du bruit, des cris de joie ou des chants comme souvent durant les fêtes terriennes. Il aurait pu y avoir de la danse ou de l’agitation pour accompagner ce moment de fête. Mais Aksel se trouvait au centre d’un monde figé dans le temps. Figé dans le passé. Dans un silence qu’il finit par reconnaître.

Un silence qu’il ne voulait pas revivre.

Alors Aksel, rare atome mouvant de la masse s’en extirpa. Il s’éloigna du coeur étouffant pour se retrouver à la lisière de la forêt. De loin, il observa l’étrange spectacle des flammes, chaudes et vives, envoûtant une assistance d’une immobilité éternelle. Au creux de sa main, il forma une petite flammèche qu’il essaya de mouvoir au rythme de ses aînées. C’était sa façon à lui de participer à la cérémonie. Un peu à l’écart, mais toujours présent.

Puis le silence se brisa. Un chant d’une beauté qu’il ne pouvait que reconnaître s’éleva du sommet de la cité. La voix onirique d’Alba. Celle qui sonnait tous les jours pour en marquer la gloire. Mais aujourd’hui, le cantique n’était pas le même. Alba n’était plus seule. Grave et lente, la cadence des tambours l’accompagnaient faisant résonner toute la cité d’un bruit lourd et pieux.

Malgré l’écho sourd qui bourdonnait dans ses oreilles, Aksel entendit derrière lui le cortège qu’il avait deviné funéraire. Entre les prêtres et les aspirants qui les entouraient, il vit les six draps blancs passer devant lui. Leur blancheur immaculée, la solennité des accompagnants, le frisson qui le parcourut, tout ne faisait que remonter à lui des souvenirs qu’il aurait voulu oubliés, qu’il pensait reniés depuis ses premiers pas sur cette terre. L’espoir qu’il avait construit depuis un mois, il le sentait s’effriter en son coeur.

Et si tout ça n’était que vain ?

Et si cet enterrement n’avait pas été si faux ?

Et si jamais tu ne revenais pas ?

Et si jamais tu t’étais déjà éteinte ?

Aksel ne pouvait l’accepter. Il préféra s’éloigner du cortège, s’éloigner de la foule, s’éloigner de ses corps que l’on jetait aux flammes. S'éloigner de ses idées noires. Il fit le tour de la cité jusqu’à trouver une autre entrée, un peu plus loin de la cérémonie mortuaire. Il passa la journée à marcher d’un pas lent dans les ruelles du quartier populaire, achetant quelques spécialités locales sur les stands en guise de déjeuner. Tout semblait tourner au ralenti, aussi bien ses pas que ceux des Éternels.

Il finit par s’échouer dans un petit parc au bord d’un des nombreux canaux de la cité. Plutôt à l’écart, il n’y avait là qu’un humble stand tenu par un membre du culte, vendant des petites tablettes. Il vit plusieurs personnes en acheter, y écrire une ligne puis l’accrocher à l’arbre le plus proche. Ce petit manège l'intrigua. Il se leva pour regarder les messages écrits par les uns et les autres. “J’espère que tu vas bien”, “Trouver le courage d’avouer mon amour”, “J’aimerais devenir aussi fort que Freya”... Aksel sourit en lisant ces messages tournés vers l’avenir. Lui aussi a le droit d’espérer. Il a le droit de s’accrocher à cette ridicule flammèche qui s’est logé dans son coeur.

Il n’abandonnera pas.


Sur une tablette accrochée à l’arbre du petit parc, un message en danois est perdu au milieu de dizaines d’autres.

Te revoir



Aksel Sørensen
Un sourire sur les lèvres
Chupp / Admin
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t84-we-can-t-rewind-now-we-ve-gone-too-far-o-aksel-srensen
http://magmell.forumactif.com/t819-aksel-srensen-o-be-brave
avatar
Icathia est la petite princesse d'Arthur, son papa. Une princesse enceinte.
210
25/06/2017
OC - Amelion
-
Humain
Mini image :

Description du personnage : Icathia est la petite princesse d'Arthur, son papa. Une princesse enceinte.

Messages : 210

Date d'inscription : 25/06/2017


Avatar : OC - Amelion

Crédits : -




Jeu 20 Juil - 17:30



La fête de l'Été

I am the « who » when you call, « Who's there? »
I am the wind blowing through your hair
I am the shadow on the moon at night
Filling your dreams to the brim with fright


Un manteau blanc et or. Deux pures couleurs. Elles recouvrent la Cité. Papa m’a prévenu. Un peu. Dans les grandes lignes, il m’a parlé de cette coutume. Cette fête. Si l’on peut qualifier de fête une cérémonie mortuaire. La fin du Printemps. Le début de l’Été. Un Été chaud parait-il. Alors, piqué par la curiosité. Bravant la nausée. J’ai enfilé mes spartiates dorées. Une petite robe blanche nouée dans le dos. Je n’ai pu m’empêcher de contempler mon reflet avant de traverser. Pour m’assurer. Me rassurer. On ne voit rien. Pour l’instant.

Et puis. Un calme morose. La sérénité laisse place au chagrin. Mesuré, mais non moins perceptible dans les yeux de chacun. Je me laisse porter par la foule. Un cortège funèbre. Des chants. Plusieurs prêtes et prêtresse qui parcourent les rues. Je cherche du regard quelques visages familiers. J’aurai dû y aller avec toi, papa. Malheureusement, en ce moment je suis chez maman. Pas simple.

Bientôt, l’on brule les corps des éternels qui ne le sont plus. Éternels.  L’éternité. Notion étrange pour nous humains qui sommes mortels. Toutefois, les Éternels ne sont pas invincibles semble-t-il. Ainsi, cette année Mag Mell pleure six des leurs. J’assite au bucher en silence. Un sentiment de malaise grandissant dans mon ventre. Mon être. Je pense d’abord à mes nausées. Mais cela n’explique pas tout. En réalité, tout dans cette fête appel au malaise. A mon sens. Alors, je m’en vais. Sans un mot.

Je quitte ce lieu qui célèbre la mort. Moi qui porte la vie.



love.disaster
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t153-i-am-the-who-when-you-call-whos-there-icathia-terminee
http://magmell.forumactif.com/
avatar
lorem ipsum
33
22/07/2017
Utsutsu Miya ─ Gatchaman Crowds
-
Artiste
Artiste
Mini image :

Description du personnage : lorem ipsum

Messages : 33

Date d'inscription : 22/07/2017


Avatar : Utsutsu Miya ─ Gatchaman Crowds

Crédits : -


Mer 26 Juil - 17:57


Ce n’était pas la troisième semaine. Mais elle s’y était rendu. L’année dernière aussi. L’année d’avant également. Et les précédentes ? Elle ne savait plus. Elle savait seulement qu’avant, elle venait là, parce qu’il le fallait. Et qu’une fois hors de là, elle ne s’y était plus rendue durant une longue période. Ce n’était pas la troisième semaine. Alors elle ne venait pas. Mais à force d’entendre la foule en parler chaque année, encore et encore, et se sentit concernée. Et puis, il y a 4 ans, ces paroles que lui avait adressé le confiseur « Les caramiels ? Ils sont à leur emplacement habituel. L’emballage blanc, c’est juste à l’occasion de la fête de printemps. ». Elle avait écouté attentivement ses paroles. Cela faisait plusieurs années qu’elle venait dans cette boutique exiguë pour acheter ces sucreries. Elle le connaissait désormais. Il la connaissait. Elle lui faisait confiance ? Peut-être. Elle lui adressait la parole. Parfois. Mais surtout, elle l’écoutait. Alors depuis, elle s’y rendait, à cette fête qui revêt la ville de blanc. En soi, elle appréciait beaucoup ce jour. On y apprenait la fin de plusieurs histoires.

Le chant sacré. Une des seules mélodies qu’elle ne pouvait pas accompagner. Les tambours résonnent. Forts. Ou est-ce son cœur ? Il bat. Lourdement. Vêtue de son accoutrement habituel, elle se tient à l’écart de la foule. Autour d’elle, plusieurs humains observent la scène. Créatures curieuses. Elle, du haut de son perchoir, se contente de compter les vies qui s’étaient éteintes.
Six.
Comparée à la population de la ville, ce n’était pas bien important. Mais six âmes ont su trouver le repos. Et ce repos-là, la mort, est-elle éternelle ? Question taboue. Le chant la rappelle à l’ordre. Est-ce une faute qu’elle a commise ? Elle voudrait en savoir plus. Comment ont-ils rencontré la fin. Mais ils ne sont plus là. Et elle, attend-elle la sienne ? Elle ne sait pas. Elle attend autre chose. Alors elle ne s’en préoccupe pas. Si la fin parvient aux Eternels, alors n'importe quelle attente vaut la peine d'être vécue, non ?

Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t468-la-cabane-aux-fragments-fini
http://magmell.forumactif.com/
avatar
Ne vous attendez pas à le voir dans un tonneau.
Refusez poliment toute proposition de jeu impliquant des cartes ou des pièces, si vous tenez à votre argent.
19
09/07/2017
Shiroe (Log Horizon)
Luca
Humain
Humain
Mini image :

Description du personnage : Ne vous attendez pas à le voir dans un tonneau.
Refusez poliment toute proposition de jeu impliquant des cartes ou des pièces, si vous tenez à votre argent.

Messages : 19

Date d'inscription : 09/07/2017


Avatar : Shiroe (Log Horizon)

Crédits : Luca




Ven 28 Juil - 20:03
Le temps n'est qu'une impression, qui vise à justifier nos actions. Pour une race d'immortels, ils ont quand même une sacré tendances à la ritualisation du quotidien. Enfin bon, c'est qu'une fois l'an, mais je dois avouer que c'est toujours aussi cérémoniel...Et mauvais pour les affaires.

''Une journée entière. Une ville au ralenti. Mal placé pour juger, hein ?''

Je sais que c'est pas normal. Même les autres me regardent bizarrement quand je parle à Astéra. Comme si elle allait me répondre, ou simplement se manifester pour prouver qu'elle m'a bien entendu. Une Anima qui réagit, la bonne blague ! Mais, vous voulez savoir ? Ça me gêne pas. Je parlais bien tout seul, dans la rue. Alors  maintenant, avoir quelqu'un en miroir pour le faire, c'est pas si étrange que ça.
En attendant, me voila condamné à remettre mes projets à plus tard. Et à supporter ce genre d'ambiance, alors que ça me hérisse plus qu'autre chose. Les gens sont polis, les stands sont nombreux, mais tout ça sonne faux. Déjà cinq fois que j'assiste à tout ça...Vous savez à quoi ça me fait penser ? À une fête nationale, là-bas, sur Terre. Ça arrive mécaniquement, on le prépare longuement à l'avance, tout le monde prend de grands airs lorsque ça se produit, mais dès que c'est fini...Plus personne n'y pense. Et moi, comme tout le monde, je porte un foulard blanc au bras, ne serait-ce que pour éviter d'attirer l'attention.
Je ne les connaissais pas, ces six Éternels. Je doute d'ailleurs qu'autant de monde ne soit, ne serait-ce qu'une vague connaissance de l'un de ces derniers. Ils sont morts, voila tout. Ce qui est particulièrement ironique pour une race qui se qualifie elle-même d'éternelle. Mais c'est le lot commun pour certains, vous savez ? Demain, le soleil se lèvera sur un monde sur lequel planeront encore leurs cendres et nous vaquerons tous à nos petites vies, sans même une pensée pour eux. Alors pourquoi s'en soucier, en cet instant ?
Les chants s'amplifient, les tambours résonnent...et tout fini. C'est fait, leurs corps ont été réduits en poussière brûlante. Un rituel étrangement proche de celui de nos Vikings médiévaux, quand on y pense. Certains y verront sûrement une sublime métaphore, le corps revenant à ses composants primaires pour s'unir à la terre qui l'a vu naître. Personnellement, je pense surtout à un barbecue...
Avec tout ça, impossible de mener mon affaire correctement. Obligé d'attendre le lendemain, tout ce que j'aime. Tant pis, il ne me reste plus qu'à essayer de rentabiliser le déplacement à Andraste. Avec un peu de chance, il doit bien y avoir quelqu'un dans cette ville, qui souhaite noyer son chagrin dans les cartes. On dit bien que le jeu peut apaiser toutes les blessures de l'âme, après tout.


Mais bon, quand j'y repense...je dois bien accorder une chose aux Éternels : tout comme les humains, ils adorent le mélodrame.
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t407-les-gens-qui-pensent-qu-ils-vont-perdre-reussissent-rarement-diogene-vincent-savarin#2522
http://magmell.forumactif.com/
avatar
Compte pouvant jouer les différents PNJ du forum
84
16/12/2016
Mystère
PNJ
Mini image :

Description du personnage : Compte pouvant jouer les différents PNJ du forum

Messages : 84

Date d'inscription : 16/12/2016


Avatar : Mystère




Lun 14 Aoû - 19:55
Fête de l'été
Lentement, la lumière du jour s'évanouit, et chaque occupant d'Andraste retourne vaquer à ses occupations, le cœur empreint d'une accalmie solennelle pour la plupart. Il est temps désormais pour les aiguilles de l'horloge de se remettre à tourner après cette journée de répit et de deuil. Certains partent, d'autres viennent ; le cycle continue.

Seules les flammes continuent à brûler dans la profondeur de la nuit, jusqu'à, elles aussi, s'éteindre, inexorablement.

Clôture !


La fête de l'été est désormais terminée ! (avec quelques jours de retard, le staff ayant été un petit peu occupé ces derniers temps.) Mais qui dit fin d'event, dit récompense ! Famous

Tous les membres ayant posté dans ce sujet recevront donc 15 points, ainsi qu'un objet commémoratif : une flammeure, fleur aux propriétés mystérieuses ne fanant jamais, et symbole de la fête mortuaire. Vous pourrez trouver plus d'informations à leur sujet dans notre compendium !

Merci à tous d'avoir participé, et stay tuned pour la suite ! Wink
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Event 5 : Ecriture & Dessin
» Halloween event !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Nos partenaires
Le devenir ?
CHRONOSREP