run on gasoline ◮ P H R O S Y N E

avatar
get out
La pluie se mêle aux larmes.
Le sang coule, le vague à l'âme.
Il ne rentrera pas ce soir.
Perdu à jamais dans le noir.
La perte d'un être, le néant.
En son antre, un trou béant.
Jamais il n'oubliera.
Jamais il ne pardonnera.
72
26/06/2017
Tetsurou Kuroo - Haikyuu!
@cheshire @handspinne
Humain
Mini image : get out

Description du personnage : La pluie se mêle aux larmes.
Le sang coule, le vague à l'âme.
Il ne rentrera pas ce soir.
Perdu à jamais dans le noir.
La perte d'un être, le néant.
En son antre, un trou béant.
Jamais il n'oubliera.
Jamais il ne pardonnera.

Messages : 72

Date d'inscription : 26/06/2017


Avatar : Tetsurou Kuroo - Haikyuu!

Crédits : @cheshire @handspinne




Jeu 29 Juin - 2:27

you can't wake up
this is not a dream
your part of a machine
you are not a human being

MUSIQUE — Il voit son visage au loin, un sourire aux coins de ses lèvres alors qu'elle s'évapore, ne laissant plus qu'un nuage de poussière éphémère derrière elle, il y voit les limbes, ses malheurs, sa misère... Sa main en suspend, dans l'incapacité de l'attraper, de la récupérer, de la blottir contre lui. Non. Rien. Juste un bruit, une voix, un soupir et une larme. Et la torpeur le quitte, ses yeux s'ouvrant sur le monde qui l'entoure, un sillage sur ses joues pâles. Le jeune homme se redresse, passe une main sur son visage, essuie d'un geste assuré ce qui continue de couler inlassablement sur son faciès ravagé, avant de se relever. Et son regard se pose un peu partout, cherche son chemin ; qu'est-ce qu'il fait ici ? Radioactive n'en sait rien, il ne s'en rappelle pas. C'est en haussant les épaules et en attrapant un paquet de cigarettes que le jeune homme marche à travers la forêt, guettant un sentier lui permettant de retrouver son chemin ; mais rien autour de lui ne lui semble familier. Qu'est-ce qui lui as pris de venir ici ? Il ne s'en souvient pas. La mémoire sélective ? Ouais, il appellerait cela ainsi.

D'une démarche nonchalante, il vagabonde entre les arbres, la fumée de sa cigarette suivant son rythme lent ; pas très rassuré, pas dans son élément. La fatigue mentale lui déchire le crâne, la migraine pointe le bout de son nez alors qu'il expire avec lenteur sa drogue quotidienne ; la nicotine, quelle belle saleté. Le soleil tape fort, Radioactive le sait, mais sa chaleur ne parvient pas sur son corps, freiné par le feuillage des arbres tous plus imposants les uns que les autres. Les couleurs qui autrefois l'aurait laissé sans voix ne lui parviennent plus ; il ne ressent que de l'amertume face à un tel environnement. La beauté d'un monde qu'il côtoie depuis trois mois, mais qu'il ne parvient pas à apprécier ; un monde dans lequel, il se sent encore étranger ; voilà sa triste réalité ; sans aucune tombe sur laquelle se recueillir, devant laquelle s’effondrer ; sur laquelle pleurer. Faire son deuil et avancer ? Il aimerait bien, mais si c'était si simple, il ne serait pas dans un état pareil, aussi lamentable ; aussi pitoyable. Les muscles de sa mâchoire se resserrent alors que ses pas le porte vers un endroit qu'il ne connaît pas. Marcher vers l'inconnu ? Pourquoi pas... ?

Magmell ; voilà où il se trouve ; monde bizarre qu'il n'arrive pas à définir, qu'il ne souhaite pas comprendre, auquel il ne désire pas s'offrir. La terre lui manque, sa maison lui manque, son odeur lui manque. Ici, rien n'est semblable à elle, rien ne lui rappelle son existence ; si ce n'est son subconscient ; on n'échappe pas à ses rêves et encore moins à ses cauchemars ; Radioactive en est la preuve vivante. La fumée de sa cigarette virevolte entre ses doigts alors que sa tête tangue légèrement ; la fatigue omniprésente lui rappelant l'enfer de sa condition de malade ; de déchet ambulant. La narcolepsie, quelle belle connerie, c'est derrière un arbre qu'il s'effondre, laissant Morphée le traumatiser une nouvelle fois ; le laissant lui montrer ce qu'il désire le plus voir.

J'entends souvent ton rire, le son de ta voix ; notre complicité passée, tout ce que l'on a fait ensemble ; tout cela commence à s'effacer. Et pourtant, crois-moi ChoHee, je ne souhaite pas t'oublier. Mais les roues de l'engrenage se sont remisent en marche ; une force contre laquelle je ne peux rien ; cruel est le temps, cruel est le destin. J'aimerais tellement que tu sois là, mais pas comme ça. Pas comme un fantôme qui me hante, qui me tire vers la fin...

Il fait froid, mais en même temps chaud. C'est étrange, mais pas forcément déplaisant. La brûlure de sa cigarette dans le creux de sa paume ne le dérange pas vraiment ; la douleur n'est qu'un meilleur moyen pour lui de se rendre compte qu'il est vivant. Et pourtant, il reste allongé sur le sol Radioactive, écoutant calmement le bruissement des feuilles, ressentant silencieusement ce que la nature semble vouloir lui offrir. C'est dans un soupir lent, à la consonance blasé, qu'il lâche sur son ton monotone. « J'aimerais tellement rentrer ; bordel... »

C r u e l
Voilà ce qu'est Magmell
Une prison éternelle
Faille spatio-temporelle
Plus rien de rationnel
Souffrance perpétuelle
Sentiment u n i v e r s e l

BY MITZI
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t192-end-bang-bang-he-shot-me-down-bang-bang-i-hit-the-ground-r-a-d-i-o-a-c-t-i-v-e
http://magmell.forumactif.com/t220-everything-that-kills-me-makes-me-feel-alive-r-a-d-i-o-a-c-t-i-v-e
avatar
Un sourire discret.
Un rire serein.
Une gentillesse innée.
Un intérêt certain.
L'échappatoire pour les humains.
71
26/06/2017
Nicolas Brown ▬ Gangsta
®Void
Chasseur
Chasseur
Mini image :

Description du personnage : Un sourire discret.
Un rire serein.
Une gentillesse innée.
Un intérêt certain.
L'échappatoire pour les humains.

Messages : 71

Date d'inscription : 26/06/2017


Avatar : Nicolas Brown ▬ Gangsta

Crédits : ®Void




Jeu 29 Juin - 3:46

been in p a i n
like me ?

C'est un matin comme un autre.
Un air doux, un soleil é c l a t a n t.
Derrière le sourire, il y a une part du n é a n t.


Un pas. Il se pose fermement sur le sol humide. S'ancre dans cette terre qui le porte depuis si longtemps à présent. Qui pourtant ne l'avait plus vu ici depuis bien trop longtemps. Entouré des immenses arbres chatoyants. Au milieu d'un danger constant. Posté fièrement sur ses appuis, n'est-ce pas ici que les souvenirs vivent encore à présent ? Une feuille. Une odeur. Une brise. Un bruit. Un frôlement. Ils reviennent si ardemment, les souvenirs que se sont cachés. Ceux qui se sont vu mourir. Enfouis sous cet instant T précisément. Il a tout englouti. Elle a tout ravagée. Pendant des jours, elle a tout détruit. La c o l è r e. Celle qui dévore les âmes les plus pures qui soient. Les brèches se sont éparpillées, elles se sont semées dans toute ton entité. I n s p i r e Phrosyne. Les humains sont arrivés. Du haut de leur diversité. Du haut de leur intérêt. Du haut de vos différences. Tu as pris une nouvelle vie. Alors ils sont revenus. Petit à petit. Ces moments les plus simples. Simples comme un sourire, comme un échange de regards. Ce n'est rien. Rien de plus qu'une vision qui s'efface avec le temps. Pourtant elle grave des sentiments. Du bonheur. Infimes parcelles de bonheur qui errent quelque part. Quelque part au fond de nous. Au fond de toi.

C'est une ballade presque anodine.
Une sensation, un air f r a i s.
Derrière l'impassibilité, il y a une part d ' h u m a n i t é.


Est-ce que c'est à cause d'elle ? De cette humanité ? Est-ce que c'est elle qui te fait avancer à présent ? Parce que tu as entendu. Cette voix. Ce son. Et tu l'as reconnue. Parce que ce n'est pas la première fois que tu l'entends. Un humain. Radioactive. Non, tu ne reconnais pas toutes les voix aussi aisément. Loin de là, mais la sienne... Il y a un timbre que tu saisis du bout des doigts. Les émotions humaines sont parfois bien difficiles à cerner, mais celle-ci... elle était ton pire ennemi autant que ton amie il fut un temps. Ce d é s e s p o i r que tu sens. Depuis la première fois. Depuis son premier mot pour toi. Il s'est gravé si profondément chez toi. Tu ne peux nier, Phrosyne. Nier qu'il avait raison. Raison de dire de croire en toi. Est-ce qu'il serait fier de te voir arriver à ses côtés ? Qui sait. « Radioactive... qu'est-ce que tu fais ici ? La forêt est dangereuse pour toi. Elle l'est même pour les Éternels. » dans le ton de ta voix, c'est une d a n s e de sentiments qui s'élance. Inquiétude. Autorité. Gentillesse. Ils se battent pour prendre le dessus. Mais aucun n'arrive à se démarquer ; à arriver premier. Alors elle résonne étrangement dans cet espace si vaste. Elle v i b r e en déséquilibre. Alors que tu te trouves déjà à ses côtés. Une main est déjà venue se poser sur l'épaule du jeune homme. Aucune blessure à première vue. Il n'y a pas de sang. Ce liquide que les Éternels craignent. I n f â m e. Cela fait bien longtemps que tu ne penses plus cela. Phrosyne, cette pensée as-t-elle déjà seulement frôlée tes songes ? Bonne question. Ta main remonte le long de son visage. Elle touche son front. Parce que tu as vu les humains le faire dans le temps. Ils cherchaient la fièvre. Cette chaleur qui les envahis et les fatiguent. M a l a d i e. Et les orbes aux allures froides viennent à se poser sur les alentours. Tu observes ce qui vous entoure. Écoutes. Entends le danger qui erre ou non. Reprends les instincts de chasse qui se sont un peu émoussé avec le temps. Alors ? Rien. Tu ne perçois aucun danger alors que tu t’assois sur le tronc d'un arbre écroulé depuis longtemps. Recouvert d'une mousse épaisse. Protégé par la nature elle-même. « Depuis combien de temps tu te trouves là ? Tu te sens comment ? » tu cherches à ne pas le brusquer. Enfin... tant que le d a n g e r n'est pas là.
BY MITZI


b r e a t h i n g ;
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t178-phrosyne-uc-t-a-k-e-m-y-h-a-n-d#739
http://magmell.forumactif.com/t218-phrosyne-introspection-l-e-t-s-s-m-i-l-e
avatar
get out
La pluie se mêle aux larmes.
Le sang coule, le vague à l'âme.
Il ne rentrera pas ce soir.
Perdu à jamais dans le noir.
La perte d'un être, le néant.
En son antre, un trou béant.
Jamais il n'oubliera.
Jamais il ne pardonnera.
72
26/06/2017
Tetsurou Kuroo - Haikyuu!
@cheshire @handspinne
Humain
Mini image : get out

Description du personnage : La pluie se mêle aux larmes.
Le sang coule, le vague à l'âme.
Il ne rentrera pas ce soir.
Perdu à jamais dans le noir.
La perte d'un être, le néant.
En son antre, un trou béant.
Jamais il n'oubliera.
Jamais il ne pardonnera.

Messages : 72

Date d'inscription : 26/06/2017


Avatar : Tetsurou Kuroo - Haikyuu!

Crédits : @cheshire @handspinne




Jeu 29 Juin - 18:01

with your face all made up
living on a screen
Low on self esteem
so you run on gasoline

MUSIQUE — Il aurait aimé voyager à travers le temps ; mais il ne peut vivre que le présent. Douleur lancinante qui lui comprime le cœur, il se laisse s'enfoncer un peu plus dans les méandres de sa rancœur. Gisant sur le sol en bon déchet qu'il est, Radioactive se perd un peu dans les profondeurs de son antre ; les pensées virevoltant de concert avec la fumée qui s'échappe de ses lèvres décharnées ; qu'il maltraite à coup de canines bien placées. Sa tristesse naturelle reprend constamment le dessus, ne laissant aucune place à un autre sentiment ; un cœur en tumulte. Ses paupières sont à moitié closes ; mais les effets de la nicotine le maintiennent éveillé, l'empêche de véritablement sombrer. Si seulement il pouvait voyager à travers le temps Radioactive, alors il aurait réécrit son histoire, aurait fait en sorte de modifier sa trajectoire ; pour ne pas connaître un tel désespoir. Il en sourit légèrement et dans un mouvement de main las, il s'enfonce un peu plus dans le sol humide de la forêt ; adossé contre un arbre, le regard perdu sur son horizon. Se perdre, encore et encore ; sans aucun répit, sans aucune chance de survie. Son rire sarcastique quitte ses lippes en même temps que le brouillard opaque dont il s'enivre depuis l'âge de quinze ans ; mais toute cette comédie n'est que de courte durée. Car il entend quelque chose venir de derrière, les sens sont de nouveau mis en éveils, les muscles de son corps tendu et la mâchoire prête à céder par la pression qu'il y met... Puis viens une voix ; au ton plein de bonnes intentions ; une intonation qu'il reconnaît entre milles.

B i e n v e i l l a n c e
Il se sent sous surveillance
Et toi t'es en surbrillance
P h r o s y n e ; quelle c h a n c e

Sa respiration saccadée redevient subitement calme ; baisse de tension foudroyante ; presque palpable. Soupir long et bruyant, Radioactive passe une main dans sa chevelure ébène, instinctivement, pour apaiser le trop-plein d'émotion qui le prenait d'assaut. Il ne peut s'empêcher de rétorquer directement à tes sentences, dès lors que tu poses ta main sur son front.
« P'tain mec... Tu m'as foutu la peur de ma vie. » Ce n'est pas totalement vrai, mais ce n'est pas vraiment faux non plus. Son cœur n'était pas prêt, clairement pas préparé à rencontrer quelqu'un et surtout pas comme ça ; pas dans les tréfonds de ces bois. Nouveau soupir, encore un bien las, contrastant avec son côté blasé habituelle, sa cigarette reprend place entre ses lèvres alors qu'il t'écoute. Il s'imprègne de tes mises en garde, regarde autour de lui aussitôt pour mieux se rencarder sur le sujet ; mais rien. Il ne sait pas quoi penser de tout ça, de ce monde, de tes angoisses. Qu'est-ce qui lui échappe ? Radioactive n'en sait rien et dans le fond, il ne cherche pas à savoir. Il préfère rester ignorant, se confortant dans sa suffisance ; peut-être est-ce là, faire preuve d'intelligence. Tes questions lui parviennent, mais il reste silencieux pendant un temps, la fumée s'échappant de plus en plus de par ses pores.  « J'ai... J'ai perdu la notion du temps. Je n'sais pas, je n'sais plus. » Toujours le même, il dit ça sur un ton froid, blasé, avec flemme ; complètement détaché ; malgré l'inquiétude que tu lui transmets, qui ne cesse de le ronger.

Douleur lancinante
Mains tremblantes
Rage incandescente
Suffisance aberrante
Lueur démente
Dépendance transcendante

« J'vais comme d'habitude Syne ; les jours s'enchaînent et sont les mêmes... Le quotidien quoi, ahaha. » Son rire n'a jamais sonné aussi faux, il en a cruellement conscience ; mais ce n'est pas son genre de se voiler la face, de jouer les menteurs. Et pourtant, il est bon à ce jeu, celui de cacher ce qu'il pense, ce qu'il ressent ; mais il y a des moments qui sont plus durs à vivre que d'autres... Et il y a des gens avec qui il ne veut pas faire semblant. Un sourire en coins, sa cigarette écrasée sous sa chaussure, il te regarde, les bras nouvellement croisés derrière sa nuque. « Et toi alors, tu vas bien ? Et qu'est-ce que tu fais là au juste ? »
BY MITZI
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t192-end-bang-bang-he-shot-me-down-bang-bang-i-hit-the-ground-r-a-d-i-o-a-c-t-i-v-e
http://magmell.forumactif.com/t220-everything-that-kills-me-makes-me-feel-alive-r-a-d-i-o-a-c-t-i-v-e
avatar
Un sourire discret.
Un rire serein.
Une gentillesse innée.
Un intérêt certain.
L'échappatoire pour les humains.
71
26/06/2017
Nicolas Brown ▬ Gangsta
®Void
Chasseur
Chasseur
Mini image :

Description du personnage : Un sourire discret.
Un rire serein.
Une gentillesse innée.
Un intérêt certain.
L'échappatoire pour les humains.

Messages : 71

Date d'inscription : 26/06/2017


Avatar : Nicolas Brown ▬ Gangsta

Crédits : ®Void




Ven 30 Juin - 17:24

been in p a i n
like me ?

C'est une nouvelle rencontre.
Des regards t e i n t é s qui s'échangent.
Derrière la conversation, il y a la s o u f f r a n c e.


Une attitude. Une voix. Rien ne change. Ce sentiment ne s'en va pas. Il s'ancre. Si profondément, acharné de vous dévorer. De le dévorer. Parce que tu as fait le choix d'oublier parfois. Oublier ce désespoir, cette d o u l e u r lancinante qui ronge. Elle ronge violemment, en quête de détruire, avide de nuire. & à cet instant tu le vois. Tu l'entends. Dans le timbre froid résonne la souffrance. La souffrance de l'humanité. Existe-t-il une différence ? C'est une question qui se pose. Que tu te poses souvent. Même à cet instant. C'est horrible. C'est i n s u p p o r t a b l e de voir. De sentir, d'avoir l'impression de ressentir. Radioactive. Sa souffrance, tu te l'imagines peut-être en partie, qui sait. Peut-être qu'elle n'est pas aussi tangible que tu sembles le penser. Peut-être que tu as tort, mais tu n'es pas humain. Ces questions ne te viennent pas. & cette aura te ronge. Celle qui s'échappe de ses pores. De ses yeux. Cette impression de vide, d'abîmes. De ténèbres. Alors tu fais un pas. C'est la rencontre entre l'humain et l’éternel. C'est le contact entre l'impur et le pur. I n f a m i e. Phrosyne, tu viens de poser une main franche, une main vraie sur le sommet de sa tête. Un instant, il y a ce contact, ce que les hommes appellent un câlin. Cette marque d'affection qui se fait parfois. Tu n'as pas encore compris totalement sa portée. Mais c'est un réconfort, pas vrai ? La chaleur se ressent. On se sent protégé. On se sent à l'abri. C'est ce qu'il en est, pas vrai ? « Ne t'enferme pas. » envolés. Sans hésité, les mots se sont envolés. Ils se sont échappés, si vrais, si profonds. Si sincères. Ils cherchent à t'aider. Ils cherchent à te sauver. Parce que Phrosyne tu es persuadé qu'il a besoin d'être d é l i v r é tout comme toi. Délivré d'un fardeau, d'une souffrance, d'une haine, d'une p e i n e. D'une blessure si profondément gravée. Si douloureusement ancrée. Tu sers tes bras autour de lui comme pour le protéger. Pour lui dire que cette solitude n'existe pas. Qu'elle n'est pas vraie. Pourtant tu sais bien. Tu sais bien que les mots sont vains. Parce que toi aussi, tu connais cela.

C'est une seconde éprouvée.
De sentiments d é s t a b i l i s é s.
Derrière le contact, il y a la s o l i t u d e.


Ce n'est qu'une minute. Qu'un instant échappé. Qu'une seconde disparue. Qu'un contact qui s'éteint enfin. Tu fais un pas en arrière, les yeux ancrés dans les siens. Les traits sérieux. Trop probablement tant tu sembles froid et distant. Il n'en est rien. Ce n'est qu'une apparence qui ne te convient pas, mais que tu ne peux contrôler. « Je n'ai pas toujours été Chef de la guilde de soutien aux humains. Avant j'étais un chasseur et je suis venu chercher des souvenirs. » concis & direct. Quelque part il n'y a aucun mensonge, mais il n'y a pas l'absolue vérité. Parce que tout comme lui, tu sais aussi te cacher. & tu le fais à cet instant précis et un bruit vient de te sauver, te détourner. Alors les orbes vagabondent, cherchent à dénicher le potentiel danger, mais rien. Pour le moment, il n'y a que le vide, le néant et.... vous deux installés au milieu de l'immense forêt. « Radioactive... tu peux me parler, j'imagine que tu le sais, mais je suis là pour t'aider. Et si tu ne veux pas me parler, laisse-moi au moins t'expliquer ce monde. Tu ne pourras pas continuer longtemps à t'isoler en pensant que ça ira bien comme ça. J'ai remarqué que tu n'essayais pas de t'adapter à ce monde, mais tu ne retournes pas sur Terre non plus... Il s'agit de ton choix bien entendu, mais j'aimerais que tu te tournes vers moi. » gentillesse. Si réelle. Si vraie. Il y a longtemps que ce n'est plus par colère, par vengeance que tu te tiens face à eux. Tu ne le sais pas encore. Tu n'oses pas y songer pleinement. Parce que tu aurais peur d'oublier de chercher la vérité. « Nous devrions rentrer, ce n'est pas sûr ici. Viens. » prudence. Les arbres cachent les pires créatures de ce monde. Il te serait difficile de faire fuir une bête avec ton seul pouvoir. Tu ne pourrais que le protéger. C'est en alerte que le chemin se profile pour rentrer. Pour le ramener en sécurité.
Pour lui tendre la main.
BY MITZI


b r e a t h i n g ;
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t178-phrosyne-uc-t-a-k-e-m-y-h-a-n-d#739
http://magmell.forumactif.com/t218-phrosyne-introspection-l-e-t-s-s-m-i-l-e
avatar
get out
La pluie se mêle aux larmes.
Le sang coule, le vague à l'âme.
Il ne rentrera pas ce soir.
Perdu à jamais dans le noir.
La perte d'un être, le néant.
En son antre, un trou béant.
Jamais il n'oubliera.
Jamais il ne pardonnera.
72
26/06/2017
Tetsurou Kuroo - Haikyuu!
@cheshire @handspinne
Humain
Mini image : get out

Description du personnage : La pluie se mêle aux larmes.
Le sang coule, le vague à l'âme.
Il ne rentrera pas ce soir.
Perdu à jamais dans le noir.
La perte d'un être, le néant.
En son antre, un trou béant.
Jamais il n'oubliera.
Jamais il ne pardonnera.

Messages : 72

Date d'inscription : 26/06/2017


Avatar : Tetsurou Kuroo - Haikyuu!

Crédits : @cheshire @handspinne




Sam 1 Juil - 0:17

I don't know what's worth fighting for
Or why I have to scream
I don't know why I instigate
And say what I don't mean

MUSIQUE — Il sait qu'il déraisonne Radioactive, que le sens de ce monde lui échappe, et cela, depuis trois mois maintenant ; il sait qu'il a besoin de soutien, d'aide ; mais il ne désire pas faire de ce monde une réalité ; il ne veut pas le faire sien. C'est dans un soupir qu'il s'abandonne une nouvelle fois, la nicotine débordant de ses lèvres, se mélangeant à la fumée que devient chaque parcelles de son corps. Quelque chose lui intime l'ordre de fuir, de te fuir et il ne sait pas d'où ça vient, il ne sait ne comprend pas le pourquoi... Cette putain de question universelle que chaque être se pose au moins une fois ; même sans avoir la fin de l'interrogation ; pourquoi ? Mais pourquoi 'quoi' ? Radioactive n'en sait rien. Son cerveau est rempli d'incompréhension, ça déborde, ça l'inonde. Mentalement, il s'effondre, en bon déchet qu'il est... Et lui qui rigole toujours en disant que plus rien ne l'étonne ; se mord l'intérieur du joue pour cacher sa stupeur. Car ta main vient tapoter le sommet de son crâne comme l'aurait fait un père aimant ; interprétation d'une chose qu'il n'a jamais vécue ; et tes bras l'entourent comme le ferait un ami envers un autre ami ; preuve de soutien. Ta voix vient s'infiltrer dans le creux de son oreille tandis que Radioactive tente de reprendre contenance ; la fumée disparaissant soudainement ; laissant ses muscles difformes reprendre leur apparences originelles.

Qu'est-ce que tu lui fais Phrosyne ?
Est-ce qu'il ne fume que de la Nicotine ?
Ta gentillesse et ta bienveillance l'assassine
Comme cette cigarette qu'il calcine


Fort et imperturbable, c'est ce qu'il était autrefois ; un peu comme toi... Tu lui sembles l'être en tout cas et bizarrement, il s'en veut pour la première fois d'être comme ça ; d'être un échec critique ; un feu follet en devenir ; le fantôme de Magmell qui s'effrite. Il aimerait te dire tellement de choses, mais sa voix est scellée, comme le reste de son corps qu'il est incapable de bouger. Les pupilles se dilatent, les paupières tremblent, les lèvres suivent le même mouvement ; Radioactive est perdu, un peu surpris, un brin abattu, la mine assombris. Tu lui demandes de ne pas s'enfermer, mais c'est un rituel dans lequel il est terré depuis des années. Et ça lui glace le sang, ça lui fend le cœur, ça dérègle ses sens. Résolu, il s'abandonne un peu plus, baisse les bras, littéralement, sa tête posée légèrement sur ton épaule, l'espace de quelques secondes. Que dire ? Il n'en sait rien, il n'est pas doué pour ça, pour parler, pour se livrer ; ce n'est pas son genre. Puis tu t'éloignes Phrosyne et lui, il te suit du regard ; une lueur bien plus vivante qu'auparavant. Reprendre du poil de la bête ; car il n'est plus seul désormais... S'étirant un peu, il t'écoute sans mot dire, attrapant une nouvelle cigarette. Dévorante est son envie de nicotine ; accroc à cette substance comme il l'était de la morphine. Estomper la douleur pour oublier son odeur...

Tu viens chercher des souvenirs
Alors que lui ne souhaite qu'oublier
Il essaye tout de fois de compatir
Mais ce n'est pas chose aisée
Car il n'arrive plus à réfléchir
Totalement dépaysé


Tu es un mystère Phrosyne ; et la curiosité de Radioactive l'empêche de ne pas résoudre cette énigme que tu lui imposes ; peu d'indices dont il dispose ; alors il suppose ; mentalement ; il compose. Sa nuque craque en même temps qu'une branche sur laquelle il marche en se relevant, voilà une flaque dans laquelle se dépose son autre pied, loin d'être paradisiaque cette forêt dont il a rêvé. Un peu patraque, le jeune homme avance, traque de son regard avisé les environs ; en bon paranoïaque qu'il est. Il subit tes angoisses, les ressent, ça le transperce de part en part ; instinct animal. Et voilà que tu lui dis ce qu'il sait déjà, dont il a conscience ; mais contre laquelle il fait preuve de défiance. Il écoute, mais ne dit rien, toujours enfermer dans ce mutisme qui le ronge depuis qu'il est arrivé ici. Est-ce qu'il veut rentrer ? Radioactive n'en sait rien. Il ne sait plus et dans le fond, il n'a jamais cherché à savoir. Il veut juste retrouver le goût à la vie, la joie de vivre ; est-ce encore possible ? Rien n'est moins sûr. « Je sais tout ça Syne. Et j'sais bien que tu n'as pas tort. Mais c'est plus facile à dire qu'à faire. J'suis pas... J'suis pas doué pour ça. Pour parler d'moi et d'mes problèmes. »

Amorcer un mouvement
Devenir fou, indubitablement
Se laisser mourir, mentalement
Mais faire confiance, aveuglement


Quelque chose en Radioactive lui hurle que tu es quelqu'un digne de sa confiance, en qui il ne peut faire preuve de méfiance, à qui il n'a pas besoin de vraiment cacher sa déchéance, pour qui il n'est pas une nuisance. « Tu viens chercher des souvenirs ici ; alors que je viens y oublier les miens. On est parfois semblable, mais fatalement différent, finalement. » La cigarette fourrée dans le bec, les mains dans les poches, il regarde le ciel caché par les feuilles, par les branches, par les arbres immenses. « J'veux comprendre ce monde et en même temps, j'en ai pas envie. J'veux pas avoir d'appartenance ici. J'suis qu'un fantôme, je virevolte ici et là sans savoir quoi faire, ni où aller. » Et c'est en continuant de marcher qu'il se retourne un peu vers toi, le regard un peu terne, toujours blasé, mais néanmoins aucunement triste. « M'entendre dire ça doit aller à l'encontre de ta nature... Mais comprend moi Syne, j'suis qu'un déchet ambulant ; j'suis rien. J'suis comme des miettes de pain qu'on sème ; on les récupère jamais. »

Il va bien en allant mal
Comme une épine dorsal
Il se fait lui-même l'injection létal
Et se voue une haine viscéral


Les mains jointent derrière la nuque, il reprend sa marche nonchalante, la fumée reprenant son œuvre, se mélangeant furtivement à lui ; sur un ton monotone, Radioactive reprend. « J'suis comme ça d'puis longtemps et j'suis pas certain de pouvoir changer ; j'crois pas en avoir envie. Mais merci, savoir que j'suis pas seul, c'est déjà un grand réconfort. » Et il est honnête, il est sérieux, il pense chaque mot qu'il dit ; avec une véracité presque terrible. Toute vérité n'est pas bonne à dire, mais dans le cas de Radioactive ; il préfère cruellement que la messe soit dite. « Même si vouloir m'aider ; c'est un bien grand effort. Y'a rien à sauver chez moi. Que du creux dans du vide. » Laisse-le disparaître Syne ; t'auras clairement moins d'ennuis... C'est ce qu'il se dit, mais en a-t-il réellement envie ?
BY MITZI


r a d i o a c t i v e
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t192-end-bang-bang-he-shot-me-down-bang-bang-i-hit-the-ground-r-a-d-i-o-a-c-t-i-v-e
http://magmell.forumactif.com/t220-everything-that-kills-me-makes-me-feel-alive-r-a-d-i-o-a-c-t-i-v-e
avatar
Un sourire discret.
Un rire serein.
Une gentillesse innée.
Un intérêt certain.
L'échappatoire pour les humains.
71
26/06/2017
Nicolas Brown ▬ Gangsta
®Void
Chasseur
Chasseur
Mini image :

Description du personnage : Un sourire discret.
Un rire serein.
Une gentillesse innée.
Un intérêt certain.
L'échappatoire pour les humains.

Messages : 71

Date d'inscription : 26/06/2017


Avatar : Nicolas Brown ▬ Gangsta

Crédits : ®Void




Sam 1 Juil - 17:38
@Phrosyne a écrit:

been in p a i n
like me ?

C'est un mystère.
Réciproque & c a c h é.
Derrière le silence, il y a la r é a l i t é.


Il est seul, Radioactive. Il se laisse aller dans tes bras l'espace d'un instant, Radioactive. Il s'enferme dans le mutisme, Radioactive. Pourtant... Il parle, Radioactive. & ses mots s'élancent. S'échappent. S'envolent dans les airs. Dans le presque silence de la forêt, ils voyagent. Ils se libèrent lentement. Ses lèvres les laissent filer. Tu ne dis rien. Pour ne pas le couper. Pour ne pas perdre ce qu'il dit. Ce qu'il a envie de te dire maintenant. Parce que tu sais que c'est un pas en avant. Infime et discret. Tangible cependant. Une porte s'ouvre lentement. Peut-être qu'il va t'en donner la clé, qui sait. Impassible, un sourire déforme les traits. La froideur se meurt. Un rictus fin, en coin. Chaleureux et... heureux(?) C'est difficile à dire. Pourtant il y a des sentiments sereins. Les souvenirs sont oubliés. Peut-être que c'est pour cela. Que tu veux aider les hommes. Pour avoir la chance d'oublier la vengeance en écoutant les maux. Les maux de l'humanité. Ceux qu'ils amènent inévitablement ici avec eux. Tu n'es pas chef seulement pour guider les humains dans ce monde. Tu cherches aussi à guérir les cœurs. Comme pour palier au fait que tu ne puisses plus soigner le tien. Une notion d'égoïsme, qui sait. C'est un peu comme se cacher finalement. L'équilibre se tient cependant. Surtout à cet instant. Parce qu'étrangement, tu as cœur de l'aider réellement. Radioactive, tu cherches à le relever. A le faire avancer. A le voir te sourire pleinement. Cette affection, elle ne disparaît jamais. « Il y a toujours quelque chose à sauver. » ils brisent le silence. Le silence qu'il a laissé une fois terminé. Ses mots ont détruit le petit sourire rapidement. Ils ont fait naître un sentiment peiné. Sa voix, ses expressions, son dos... Ils émanent d'un trouble, d'un déséquilibre, d'un vide. Ça broie l'estomac. « Tu crois que tu n'es qu'un déchet ? Que tu ne vaux pas la peine d'être regardé, d'être écouté, d'être... aimé ? Tu crois qu'il ne te reste que la solitude comme option ? Et... tu crois que je vais seulement te regarder de loin sans rien faire, sans rien dire ? » les yeux s'ancrent sur lui. L'agrippent pour ne pas le laisser filer. Par peur de l'égarer. « Je ne comprends pas encore les humains totalement et ce, même si cela fait des années que je les côtoie tout les jours. Vous êtes tous si... différents et entiers. Des entités uniques à part entières. A l'instar de l'impression que me font les Éternels. » la même base. La même croyance. La même envie de paix. Ce sont les éternels en grande partie.

C'est une différence.
Tangible & r é e l l e.
Derrière l'enveloppe, il y a l ' e n t i t é.


Un craquement. Une branche se brise. & ton regard tombe dessus rapidement. Tu fais trop de bruit. Alors le regard vagabonde une seconde. Les mots se taisent dès lors. Le danger erre, mais il n'est pas encore là. « Je t'aiderais. Je vais essayer de le faire. Si tu penses qu'il n'y a vraiment rien à sauver chez toi, laisse-moi essayer de te prouver le contraire. Je ne vais pas te lâcher ; parce que je ne peux tout simplement pas t'ignorer. » c'est compliqué. Ignorer l'aura désemparée. Comme rejeter sa bonté. Impensable. Inimaginable. C'est un mélange d'un tout. D'un rien. Radioactive, il a marqué ton monde. Il a marqué ta vie. Et tu reconnais sa respiration. Sa voix. Sa présence. Observateur, c'est peut-être pour cela que ce jeune garçon se grave à ce point. Des détails, des mots. Ils s'accumulent. Ils te donnent envie de rester. De rester à ses côtés. Pour le... protéger. « Tu n'es pas un déchet. Tu es unique. Tu es réel. Tu es quelqu'un, Radioactive. » ne t'égare pas. C'est ce que tu aimerais dire. C'est ce que tu aimerais graver dans son esprit. Comment faire ? Vous êtes différents. Vos différences sont une force qui sait. A ce moment précis cependant, tu as l'impression que c'est un fossé. Un fossé qui te rend inutile. & ce sentiment te dérange. Il ronge. Il dévore. Une main se perd dans la crinière de jais. Tu aimerais le réconforter. Soigner l'humanité. La guérir comme pour espérer te sauver. C'est stupide ? C'est vide ? C'est inutile ?
Seul le futur répondra.
BY MITZI


b r e a t h i n g ;
Contact
Voir le profil de l'utilisateur
http://magmell.forumactif.com/t178-phrosyne-uc-t-a-k-e-m-y-h-a-n-d#739
http://magmell.forumactif.com/t218-phrosyne-introspection-l-e-t-s-s-m-i-l-e
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fire meet gasoline. - Cleo
» Pourquoi ces hausses de la gazoline ?
» set my heart on fire like gasoline. (dr)
» Fire meet Gasoline - Anshu -
» (kallel) fire meet gasoline

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Nos partenaires
Le devenir ?
CHRONOSREP